Le soutien au projet Yasuni s’étend en France

Durée de lecture : 2 minutes

22 juin 2011 / Laëtitia Moreau



L’association Viva Yasuni, qui vise à soutenir le projet équatorien de non exploitation du pétrole dans la réserve de Yasuni, est créée.


L’association VIVA YASUNI verra le jour mercredi 22 juin à 18h à l’Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine 28 rue Saint Guillaume, à Paris, en présence d’Yvonne Baki, déléguée du président de la République d’Equateur, venue spécialement de Quito, et de Mathieu Klein, vice-président de la Meurthe-et-Moselle.

VIVA YASUNI est née d’un élan suscité par le documentaire "Une Idée Simple et Révolutionnaire" de Laëtitia Moreau qui retrace deux ans de combat du gouvernement équatorien et de la société civile pour faire aboutir l’initiative Yasuni-Itt. C’est au cours de projections suivies de débats que l’idée est née de créer cette association.

Elle regroupe des responsables associatifs et des collectivités territoriales notamment le département de la Meurthe et Moselle et de la région Rhône-Alpes qui ont joué un rôle moteur.
Ces deux collectivités ont d’ailleurs décidé de contribuer financièrement à cette initiative. Beaucoup d’autres collectivités sont sur le point de les imiter ou ont déjà voté une contribution.

VIVA YASUNI a pour objet général la promotion, l’appui et l’accompagnement sur le territoire national français, de l’initiative « Yasuni-ITT » portée par le gouvernement de l’Equateur. Elle poursuivra dans ce but, trois grands objectifs :

- 1. promouvoir le projet Yasuni ITT par tous les moyens sur le territoire national français. L’accent sera particulièrement mis sur les concepts politiques, économiques et écologiques qui le guident.

- 2. mobiliser le maximum de soutiens financiers au fonds fiduciaire mis en place et géré par le PNUD en faveur du projet Yasuni ITT et selon les termes définis en accord avec le PNUD.

- 3. reprendre et transposer les objectifs de Yasuni ITT dans les projets portés en France par les membres de l’association, afin, dans un principe de réciprocité, de faire vivre ici les objectifs de développement durable et de participation citoyenne prônés plus largement par le projet équatorien et notamment son ambition basée sur un changement de maîtrise énergétique et un nouveau modèle de développement participatif apte à construire une économie post-pétrolière.

Pour la première fois en France, des collectivités territoriales s’organisent en association pour soutenir une initiative destinée à lutter contre le changement climatique prise dans un pays étranger. Pourquoi ?

Parce que la sauvegarde de l’Amazonie est un enjeu majeur

Parce que nous devons construire le monde post-pétrole, post-énergie fossile

Parce qu’à l’échelle locale nous pouvons reprendre la main et nous inspirer de l’expérience équatorienne.

Par cette initiative collective, ces nombreuses collectivités territoriales de France souhaitent par ailleurs encourager le gouvernement français à prendre, comme d’autres pays, une décision positive quant à une contribution nationale française en faveur du fonds fiduciaire Yasuni.






Source : Courriel à Reporterre.

Contact : moreaulaetitia (at) mac.com

Lire aussi : La région Rhône-Alpes soutient le projet Yasuni

25 septembre 2020
« Lubrizol nous a salis » : un an après l’incendie, des Rouennais témoignent
Reportage
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
24 septembre 2020
Fragilisé par la sécheresse et le Covid, le nucléaire a besoin du charbon
Info




Du même auteur       Laëtitia Moreau