Le vote électronique de la primaire de l’écologie est contesté

Durée de lecture : 3 minutes

15 juin 2011 / Ecolo Citoyen




La primaire de l’écologie, qui doit désigner le candidat à la présidentielle d’EELV, se déroulera partiellement sur internet du 15 au 23 juin 2011. C’est la première primaire ouverte en France.

Or, plus de mille personnes, principalement militants d’EELV, viennent de signer la pétition ecolocitoyen.org, en ligne depuis quelques jours, qui déplore le discrédit jeté par ce « scrutin électronique intrinsèquement opaque et invérifiable ».

Un système opaque géré par une entreprise contestée

L’initiateur [1] de la pétition, Hervé Suaudeau, un adhérent actif d’EELV, dénonce l’opacité du, système : « Non seulement on me confisque mon droit de contrôle de l’élection en la dématérialisant, mais le plus absurde est qu’on m’interdit aussi de me rendre à la cérémonie de mise sous scellé du serveur, cérémonie qui ne sert à rien sauf à tenter de rassurer les électeurs. Ce que les adhérents doivent surtout savoir, c’est qu’en votant par internet, ils confieront leur vote à une entreprise choisie par le gouvernement pour servir de bras armé de l’autorité HADOPI et qui a été accusée d’une très mauvaise maîtrise des questions de sécurité informatique ».

Plus qu’un manque de prudence et de discernement : Une atteinte déontologique et éthique majeure

L’entreprise retenue par EELV pour sa primaire coûtant un quart de million d’Euros est Extelia, une filiale de La Poste. C’est la même société qui a été choisie par le ministère de la Culture pour identifier, pour le compte de l’autorité HADOPI, les internautes qui téléchargent illégalement des œuvres [2]. Or Hadopi est une autorité très contestée en matière de libertés publiques par certains candidats à la primaire de l’écologie.

L’initiateur de la pétition rajoute ainsi « Le vote doit être sous le contrôle des électeurs et non d’un tiers qui peut potentiellement avoir des intérêts à ce qu’un candidat perde. Qui trouverait normal de demander à AREVA de servir de tiers de confiance pour départager les candidats qui se seraient prononcés sur le nucléaire ? »

Cette entreprise, en charge de la sécurité de la primaire, est devenue en 2009 la cible préférée des hackers anti-HADOPI qui ont révélé des graves problèmes de sécurité et de confidentialité dans les sites qu’elle a installé pour ses clients [3]. Il était même à craindre que les serveurs d’Extelia, puisse être sous le feu d’attaques incessantes. Comment la sécurité et la confidentialité du vote sont-elles désormais garantie ? Quels sont les éléments de contrôle que possède la direction d’EELV pour savoir si une fraude a été opérée ?

..............................................

Notes :

[1] Qui a lancé la pétition ecolocitoyen.org ? http://www.ecolocitoyen.org/linitia...

[2] : “Hadopi : le gouvernement choisit Extelia pour identifier les pirates” (Les Echos du 21 Juillet 2009, page 18) http://archives.lesechos.fr/archive.... Extelia identifie les internautes à partir des adresses IP que lui fournissent les ayants-droits, envoie les mises en demeure, et lance les procédures aidant l’inscription des internautes au répertoire national des personnes dont l’accès a été suspendu.

[3] La société Extelia victime des anti Hadopi http://www.infos-du-net.com/actuali....
Hadopi 2 : le site d’Extelia est encore plus bavard http://www.pcinpact.com/actu/news/5....
Carrefour, client d’Extelia, victime collatérale de l’Hadopi : http://www.numerama.com/magazine/13....
, Extelia et ses clients, promis à un bel avenir :http://korben.info/extelia-hadopi.html






Source : Communiqué de presse de Ecolo Citoyen

Lire aussi : Le vote électronique entrave la démocratie

24 septembre 2020
Qui s’inquiète de la crise climatique ? Pas (vraiment) les Européens
Tribune
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
25 septembre 2020
En pleine croissance, le réseau Biocoop est contesté sur le plan social
Enquête