Faire un don
33707 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
42 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Les Indiens péruviens luttent contre l’exploitation pétrolière

Durée de lecture : 2 minutes

26 avril 2009 / Survival International

Des Indiens ont bloqué un affluent de l’Amazone, pour tenter de freiner la pénétration par une compagnie pétrolière française, Perenco.

De nombreux Indiens ont bloqué l’un des principaux affluents de l’Amazone, le Napo, pour dénoncer la violation de leurs droits par les compagnies pétrolières et le gouvernement péruvien.

Les manifestants ont bloqué le Napo avec des canoës et un cable pour empêcher les bateaux des compagnies de remonter la rivière. Selon nos informateurs, deux embarcations, dont une appartient à la compagnie franco-britannique Perenco, ont réussi à franchir le barrage. Trois coups de feu ont été tirés sur les Indiens qui les poursuivaient.

Le barrage sur le Napo fait partie d’une série de manifestations qui ont lieu en ce moment en Amazonie péruvienne. Coordonnées par l’AIDESEP, l’organisation des Indiens d’Amazonie péruvienne, ces protestations sont la réponse donnée aux politiques gouvernementales discriminatoires qui menacent leurs terres communautaires. L’AIDESEP fait pression pour que soit abrogées plusieurs lois qui les privent de leurs droits et que soient créées de nouvelles réserves pour les Indiens isolés.

Le gouvernement a réagi en envoyant la police et l’armée dans la région du conflit. L’AIDESEP a vivement critiqué ces mesures qu’elle qualifie d’ « intimidatoire » en raison du caractère pacifique de ces manifestations.

Perenco opère dans une région d’Amazonie où vivent au moins deux groupes d’Indiens isolés. La compagnie refuse de reconnaître leur existence.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré le 24 avril : « Dans le monde entier les peuples indigènes sont forcés de recourir à de telles méthodes pour faire valoir leurs droits sur leurs territoires. Des opérations similaires ont récemment eu lieu en Inde et en Malaisie. Ces actions seront de plus en plus fréquentes tant que la législation internationale et la Déclaration des Nations unies ne seront pas appliquées. Faire usage de la force à l’encontre des peuples indigènes qui tentent de protéger leurs terres relève du colonialisme et ne devrait pas être toléré. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.survivalfrance.org/actu/4484

28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
9 décembre 2019
Rénovation énergétique : comment passer à la vitesse supérieure ?
Alternative
10 décembre 2019
Les gaz lacrymogènes sont dangereux pour la santé. Des manifestants témoignent
Enquête




Du même auteur       Survival International