Les Indignés de Barcelone veulent réfléchir plus intensément

Durée de lecture : 3 minutes

1er juin 2011 / François Diaz Maurin



« Après trois semaines de débats, il faut aller dans plus de détails et ne plus seulement annoncer ’il faut proteger l’environnement’ ou encore ’la croissance infinie dans un monde fini est impossible’. »


D’après ce que l’on peut ressentir ici par rapport a la mediatisation du mouvement du 15-M, c’est qu’elle evolue assez vite. Donc une fois encore, c’est interessant de regarder la dynamique des evenements.

Vendredi, El Pais (tendance gauche) montrait bien clairement que la violence policiere venait de la police. Les photos y etaient particulierement explicites. Quant a La Vanguardia (journal le plus lu en Catalogne et a tendance de droite meme si plus modere ces derniers temps), elle essayait de balancer le discours par rapport aux charges violentes du matin meme. En gros, les policiers auraient ete violents parce qu’ils se seraient sentis menaces. La Vanguardia rappelait que les policiers n’etaient que 350 pour leur operation « nettoyage » alors que les alentours de la place dont ils bloquaient l’acces se retrouvaient subitement remplis de monde.

Le meme discours pouvait se retrouver dans El Periodico du lendemain qui insistait sur les erreurs d’organisation de cette « operation » et non sur le fait que la violence est un probleme recurrent et tres clair dans ce cas.

Pourtant, la tendance s’est un peu inversee dans la nuit de samedi a dimanche lorsque des « hooligans » fetant la victoire du Barca proche de l’acampada de Barcelone ont clairement depasses les bornes (comme souvent dans ce genre d’evenements). Le contraste etait en effet saisissant entre les hooligans (ou peut-etre de simple supporters un peu trop saouls) et les acampados qui essayaient de les calmer alors que eux sont restes sobres et detendus. Ce contraste a alors permis de credibiliser encore un peu plus ce mouvement qui montre une maturite impressionnante. Ceci s’est reflete dans les medias dont La Vanguardia dans leurs analyses suivant cette nuit.

Tout ceci pour montrer l’exemplarite de ce mouvement et de sa volonte et de son serieux. On voit bien que les acampados ne sont pas descendus dans la rue juste pour occuper une place. Non. Ils montrent et demontrent qu’une autre forme de mobilisation est possible et s’y tiennent.

Juste un petit mot au sujet de l’evolution des debats. Il semble qu’ici les debats evoluent tres bien meme si tres lentement. Les gens sont de plus en plus prêts à des revendications structurelles et semblent donc aller au-dela des simples reformes. Mais, d’apres ce qu’on me rapporte, les assemblees en grand nombre ne permettent pas d’avancer a fond dans les debats car, a l’oral, les reflexions ne sont pas developpees tres en profondeur. Le mouvement est donc en train de reflechir a changer le format des sous-assemblees / AG par des forums de discussions via le net sur lesquels se baseront ensuite les assemblees. C’est apparemment la seule facon de pouvoir apporter des elements developpe qu’en 2 min a l’oral. Car apres trois semaines de debats, il faut aller dans plus de details et ne plus seulement annoncer « il faut proteger l’environnement » ou encore « la croissance infinie dans un monde fini est impossible ».

Le mouvement est donc ici vraiment en train de passer dans une phase 2.0 comme on pourrait dire. Car non seulement il a obtenu sa legitimite vendredi matin et samedi soir en demontrant sa non-violence, desormais il est en train de veritablement construire les bases de sa revolution pacifique. Les gens sont prêts à aller plus loin dans la reflexion ce qui est impressionnant. Ce qui est rassurant c’est qu’il y a du potentiel puisque de nombreuses personnes competentes sont presentes dans ce mouvement et donc capables d’apporter la theorie necessaire a tout mouvement sur le long terme.






Source : Courriel à Reporterre.

Lire aussi : A Barcelone, les indignés réoccupent la place de Catalogne

24 septembre 2020
Qui s’inquiète de la crise climatique ? Pas (vraiment) les Européens
Tribune
25 septembre 2020
« Lubrizol nous a salis » : un an après l’incendie, des Rouennais témoignent
Reportage
24 septembre 2020
Fragilisé par la sécheresse et le Covid, le nucléaire a besoin du charbon
Info




Du même auteur       François Diaz Maurin