Les Indignés en marche vers Bruxelles ont tenu leur assemblée générale place de la Bourse, à Paris

Durée de lecture : 3 minutes

22 septembre 2011 / Groupe « DRParis Commission Communication »


18h [mercredi 21 septembre], Marcha Bruselas qui regroupe différentes marches depuis lEspagne et la France est partie de Bercy en file indienne, sur le trottoir et dans le respect du code de la route en direction de Notre Dame. Il ne s´agit pas d´une manifestation, juste d´un déplacement de la marche vers un autre lieu. Marche, qui a déjà parcouru des milliers de kilomètres en France sans aucun souci.

Pendant ce temps à Notre Dame, 3 camions de police et un autobus attendaient les indignés.

La marche se déroula dans un parfait silence sous les regards surpris des passants. Pas de police, tout se passe dans le calme. Au passage devant le Ministère des Finances, les gardes ferment les portes d´entrées avec entrain.

Nous avions fait un appel à la presse à Notre Dame, mais au vu des circonstances d´accueil plus que probable à Notre Dame, et ayant toujours à l´esprit les faits du 19 septembre derniers, les marcheurs décidèrent de célébrer l´assemblée Place de La Bourse.

Les Indignés se sont assis par terre devant l´édifice de France Press juste à côté de la Bourse. Très vite des gendarmes sont arrivés sur place, les ont encerclés. Les Indignés ont commencé leur assemblée, sans faire attention au large dispositif policier disposé autour d’eux. De plus en plus de policiers ont continué à arriver, mais aussi des citoyens et des caméras. Un streaming a été mis en place par nos camarades pour pouvoir suivre ce qui se passait en direct.

D’abord nous avons eu droit à un arrêté pour contrôle d´identité, le motif qui lui a été donné par l’agent : manifestation illégale. Les Indignés sur place se sont mis à résister pacifiquement demandant la libération du cammarade. Par la suite, les gendarmes sont passés à arrêter tous les gens encerclés. Les premiers groupes ont été emmenés par camion, 30 personnes sont restées assises sur la place pendant que les forces de l’ordre préparaient l’autobus.

Très rapidement toutes les personnes encerclées ont été arrêtées, parfois avec violence comme nous avons pu constater via le streaming en live et emmenées vers une destination inconnue.

Une fois l’autobus rempli, les forces de l´ordre quittent la place de la Bourse, il reste beaucoup de monde et les Indignés se réorganisent pour décider des actions futures.

Au même moment, au Média Center Paris on s´informe. Il résulte que :

Les indignés se sont fait arrêter par une brigade spéciale apparemment celle qui s´occupe de la sécurité du territoire.

Nous rappelons que les Indignés, nous sommes un mouvement pacifiste qui depuis mai a organisé nombre de manifestations et assemblées populaires à Paris sans qu’il n’y ait de dégâts ni de vandalisme, ni violence de notre part.

D’aprés nos sources, on nous reproche de ne pas avoir respecté 2 lois : la loi du port du voile, et une nouvelle loi d´il y a 3 jours qui interdit aux gens de s´assoir pour prier dans les lieux publics.

Les masque de déguisement utilisés par certains indignés ne sont nullement représentatif d’aucune religion, il s´agit de déguisement ! Les Indignés ne prient pas, ils s´assoient sur les places pour parler et échanger des idées.

Les personnes arrêtées ont été emmenées aux commissariats du 18 et 19e arrondissement. Il s´agit d’une centaine de personnes.

Nous remercions tous les Officiers de Police Judiciaire du Sud de Paris qui se sont manifestés contre ces mesures disproportionnées face à des personnes et citoyens pacifistes.

La Ministère des affaires étrangères d´Espagne est intervenu aujourd´hui pour demander des explications sur le traitement réservé à ses citoyens en France.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre, 21 septembre 2011 à 22 h 00.

Infos : Take the squareEcouter aussi :

Le mouvement des Indignés échoue-t-il ?

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
19 septembre 2019
Climat : la France ne tient pas ses objectifs
Info
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien