Les Indignés parisiens votent un campement permanent

7 juin 2011 / AFP


Environ 500 personnes ont participé dimanche 5 juin sur le parvis du centre Georges Pompidou à Beaubourg (Paris) à une assemblée générale des « indignés » parisiens, au cours de laquelle a été décidé la mise en place vendredi d’un campement.

Peu avant 20h l’assemblée a adopté par consensus « la mise en place d’un campement citoyen et écologique », dont l’emplacement n’a pas été précisé. Son installation est prévue vendredi, ont précisé plusieurs manifestants, qui s’inspirent du mouvement éponyme espagnol.

L’assemblée générale a également décidé la création « de groupes de travail pour sortir des propositions sur la séparation des pouvoirs, la démocratie et l’indépendance des médias », a déclaré l’un des participants, Stelios Haratsis.

Le « parlement du peuple »

Les « indignés » parisiens ont « décidé de prendre (cette) place publique, d’en faire le parlement du peuple, une sorte d’agora de la Grèce antique », a expliqué Guillaume Beaulande, un enseignant.

« On ne peut pas les chasser tant qu’ils ne gênent pas notre public, qu’ils respectent la tranquillité de nos visiteurs », a dit Louis Corno, le responsable de la sécurité du centre George Pompidou, après une brève concertation avec les leaders du mouvement et la police.

Ce mouvement initié au début par des jeunes attire de plus en plus des gens plus âgés, des chômeurs, des précaires, mais aussi des salariés et des seniors.

Plutôt dans la journée, une trentaine d’entre eux s’étaient livrés à une « casserolade » spectaculaire Place de la République et avaient distribué des tracts aux passants.

Des mouvements similaires étaient organisés dans plusieurs villes de France pour défendre la « démocratie réelle maintenant ».




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...

Info : rendez-vous du 7 juin, à Paris et dans les autres villes

Lire aussi : En Grèce, les Indignés se rassemblent par milliers

27 juillet 2018
Monsieur Macron, terrifiant chef de meute
Chronique
26 juillet 2018
Voyager sans argent et écolo ? Voici comment faire
Tribune
28 juillet 2018
Les rendez-vous festifs, écolos et militants du mois d’août
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre