Les Indignés toujours à La Défense

Durée de lecture : 5 minutes

18 novembre 2011 / Démocratie réelle

Rassemblement à 17 h à La Défense, samedi 19 novembre.

« Unis comme un seul peuple, nous reconnaissons ce fait indéniable : l’avenir de l’Humanité exige la coopération de ses membres. »


Samedi 19 Novembre 2011

La Défense et Belleville

La Défense : débat sur l’international des Indignés ainsi qu’un débat sur les Indignés en cités pour les faire adhérer au mouvement.

Belleville : une délégation ira soutenir les marocains de 15h à 17h puis emmèneront des personnes du mouvement du 20 Février à la Défense pour partager.

Rassemblement à 17 heures à la Défense.


Nous, occupants de la Défense, adressons aux peuples de France et du Monde ce message d’alerte et d’espoir.

Nous sommes réunis ici, au cœur de la finance française, afin de débattre, de réfléchir et d’agir au sein d’un espace public qui appartient à tous les citoyens.

Nous refusons de n’être que de simples pions manipulés par la mécanique d’un système opaque, sur lequel nous n’avons aucune prise. Alors qu’une grande partie de notre classe gouvernante s’est mise au service du monde financier et des grands groupes industriels, nous estimons que le système de démocratie dit « représentatif » ne nous représente plus.

Ainsi, unis comme un seul peuple, nous reconnaissons ce fait indéniable : l’avenir de l’Humanité exige la coopération de ses membres.

Nous n’aspirons pas à jouer le rôle d’un parti politique. Ce qui nous distingue, c’est que nous ne voulons pas accaparer le pouvoir, mais le rendre accessible à tous. Notre action, via internet et les assemblées populaires, va dans le sens de la démocratie directe et réelle.

Or malgré une attitude strictement non-violente, nous avons été molestés ou spoliés de nos biens par la force publique. Cette même force publique instituée selon la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen « pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. »

Nous sommes avant tout des citoyens conscients, et des êtres humains indignés par le monde qui nous entoure.

Voilà pourquoi, nous appelons tous les citoyens et citoyennes qui refusent les divisions que l’on nous impose à unir leurs talents et intelligence, à se rencontrer pour œuvrer ensemble à la création d’un nouveau projet, dont l’essence sera le respect des individus et de leur environnement.

Nous pouvons libérer et reprendre l’espace public sous toutes ses formes.

Rejoignez-nous !


De la construction à la résistance

Posté le 15 novembre 2011 à 23:16:00

Nous avons visité Occupy Amsterdam, nous leur avons raconté notre quotidien à La Défense, les violences policières tous les jours, la précarité du camp, l’interdiction de poser ne serait-ce qu’une tente... Ils n’y croyaient pas, nous demandant même si La Défense était bien en Europe. Nous avons suivi de près Occupy Wallstreet et leur expulsion ce matin, puis le revirement de situation après une décision de justice contre l’action de la Police new-yorkaise. Nous avons regardé Occupy LSX (Londres), nous avons vu Occupy Berlin... Partout des tentes, des camions, des espaces multimédias, des livestreams avec les autres lieux Occupés.

Les CRS chargent et chargent encore !

Mais aujourd’hui, en France, nous voyons des occupations stratégiques totalement précarisées, que les interventions policières cherchent à montrer désorganisées et gérées par des squatteurs. La réalité est bien différente : depuis le premier jour de Occupons la Défense, à chaque fois que l’occupation se structure, qu’une tente est montée, qu’une bâche est tendue pour se protéger de la pluie... les brigades chargent et chargent encore ! Tous les jours nous subissons des intimidations policières, nous constatons des vols de biens privés par les forces de l’ordre, nous encaissons des coups de matraque et des gaz lacrymo...

Que se passe-t-il en France ?? Dans quelle démocratie moderne sommes-nous pour que de tels ordres soient donnés par des représentants de l’État élus par les français pour les représenter. Et pour qu’ils puissent être exécutés par des êtres humains ?

Ce soir, un niveau supérieur a été franchi.

Ce soir les "Gardiens de la Paix" sont sortis déchaînés et caparaçonnés comme pour se préparer à une guerre civile. Ils ont détruit à nouveau le camp, tapé sur des citoyens non-violents, volé des couvertures et des duvets, détruit une cuisine collective. C’est ici la dignité humaine qui a été clairement visée. Le seul tort des indignés ? Sans doute celui d’avoir la pertinence de viser clairement l’oligarchie financière qui tient les rênes du pouvoir aujourd’hui partout dans le monde, et en France en particulier.

Ce sont des parents en transit vers chez eux, des retraités de passage, des consommateurs du centre commercial voisin qui sont venus apporter leur soutien physique contre les brigades d’intervention. Ce sont aussi des centaines d’inconnus qui, tous les jours, apportent un peu de riz, du sucre, du café chaud, des légumes, etc. (dommage que nous n’ayons toujours pas la possibilité d’avoir un réchaud sur place). Merci à eux.

Un message d’espoir, un cri d’alerte

Ce communiqué d’urgence est autant un message d’espoir qu’un cri d’alerte. Beaucoup de médias demandent aux indignés de la Défense et d’ailleurs de réagir sur les violences qui ont eu lieu contre Occupy Wallstreet ce matin (15 novembre). Mais combien diffusent au Journal Télévisé de 20h ou dans les premières pages de leurs journaux la réalité de ce qui se passe en bas de leur tour ?

Nous ne lâchons rien : le camp de La Defense est ruiné, mais nous y dormirons ce soir, comme à Nantes, Lyon et ailleurs.

À vous.




Sources :
- Samedi 19 novembre

- Nous, occupants de la Défense

- De la construction à la résistance

Complément d’info : Un reportage radio sur les Indignés de La Défense par Les pieds sur terre, France Culture, 21 novembre 2011.

Lire aussi : Lettre des Indignés au Parlement européen

29 juillet 2019
L’été, au loin
La vie de Reporterre
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
26 juillet 2019
L’association La Bascule, instrument macronien ou outil du changement ?
Enquête




Du même auteur       Démocratie réelle