Les Objecteurs de croissance ne participeront pas à la liste de gauche dans le Pays de la Loire. Voici pourquoi.

Durée de lecture : 7 minutes

23 janvier 2010 / Thierry Brulavoine




Texte explicatif de la sortie de Région Décroissance de la liste unitaire "Ensemble, la gauche vraiment !"

Chers camarades du Front de Gauche, des Alternatifs, de la Fase, de République et socialisme et du NPA,

Le contenu de l’accord tel que rédigé au 7 janvier 2010 grâce au remarquable travail de synthèse de Christophe Mauras (Parti de Gauche) nous agrée. Nous constatons que les idées du Mouvement de la décroissance commencent à faire leur chemin dans les esprits. Nous sommes heureux d’avoir contribué, notamment le 19 décembre 2009 avec l’intervention de Bernard Gontaud (Objecteur de croissance - OC) à ce que le symbole d’une société fondée sur la foi illimitée en la croissance, qu’est le projet aéroportuaire à Notre Dame des Landes, soit enfin rejeté par tous les acteurs de cette liste unitaire.

Dans cet accord, nous avons tenu à sceller notre « engagement » en affirmant que « cette liste sera celle de toutes celles et ceux qui aspirent à rendre majoritaire une alternative à la logique du système capitalisme, du libéralisme et des modèles productivistes. » Nous estimons que c’est un tournant historique dans le champ politique.

Néanmoins, deux éléments ont modifié les données d’un processus si bien engagé.

Le premier élément a trait à la conception que nous nous faisons de la politique.

Si nous (OC) avons choisi d’investir le champ politique pour mettre la décroissance dans le débat public, c’est aussi pour faire de la politique autrement. Or l’annonce de la tête de liste en Vendée, occupée par un des vice-présidents sortant de l’équipe de M. Auxiette au Conseil Régional, nous paraît être pour le moins, du point de vue tactique, une magistrale erreur vis-à-vis des médias. Il nous semble évident que les journalistes mettront le doigt sur des contradictions telles que les subventions attribuées à l’Université Catholique de l’Ouest, par exemple. Cette contradiction est pour les Objecteurs de croissance rédhibitoire.

Le second élément est plus fondamental : comment peut-on, à la fois, désirer une sortie du productivisme et du capitalisme et proposer les amendements suivants, comme l’a fait le PCF, le 10 janvier 2010, dans le domaine « Economie et social » ?

« Introduire un paragraphe sur les enjeux des filières industrielles, notamment : Reprendre tout le dossier de l’aménagement de la Basse Loire et de l’estuaire, en donnant la priorité à un véritable renouveau industriel qui prenne en compte les besoins en emploi, en formation, en recherche- développement, tout en respectant l’exigence écologique trop souvent abandonnée au profit de la seule course à la rentabilité financière et à la concurrence.
Les chantiers navals, l’aéronautique ne sont pas des industries ’dépassées’. Elles doivent être relancées à partir d’une véritable ambition de maîtrise publique des grandes filières industrielles nationales.
S’agissant de la filière automobile, développer à partir de l’IAM (Institut Automobile du Mans) les recherches et la mise en chantier de l’automobile propre. »
(sic)

Nous rappelons que pour nous, Objecteurs de croissance de Région Décroissance, il est nécessaire de débattre d’abord des besoins des hommes plutôt que de mettre en avant « le besoin en emploi » qui caractérise tant cette société où l’obsession plaçant le travail au centre des activités humaines nous paraît problématique. La sortie du productivisme s’accompagne inéluctablement d’une remise en cause de la centralité du travail. D’autant qu’il est principalement devenu une variable d’ajustement à la rentabilité financière du capital.

Le secteur de l’aéronautique ne peut quant à lui pas s’envisager sans la question de la raréfaction et du renchérissement inéluctables de cette fabuleuse énergie fossile qu’est le pétrole. Il nous semble aujourd’hui nécessaire de poser la question de la pertinence de la massification du transport aérien via le tourisme. Les actrices et acteurs de la liste en seront-ils capables ?

Quant à l’industrie navale, si nous voulons sortir du libéralisme tout en proposant une relocalisation de l’économie, n’est-ce pas en allant vers une décroissance des échanges de marchandises transportées par la mer et ses autoroutes ? Il nous semble nécessaire de penser à réduire la voilure dans cette activité et mettre plutôt l’argent public dans la relocalisation et la création d’activités économiques nouvelles. De plus la relance de la Navale risque de se faire aussi par le biais de commandes de bateaux militaires, ce qui est pour nous inconcevable.

Cerise sur le gâteau, « s’agissant de la filière automobile, il faudrait développer à partir de l’IAM (Institut Automobile du Mans) les recherches et la mise en chantier de l’automobile propre. » Automobile propre ! Certains se bercent encore des illusions portées par le scientisme et la croissance verte alors que le programme met en avant le développement des transports collectifs. Il y a des choix à faire et les Objecteurs de croissance de Région Décroissance ne feront pas celui de la voiture, fut-elle verte, carburant à l’énergie nucléaire ; nucléaire dont le PCF, dans ses propositions, ne veut pas « tourner la page » mais « le dépasser progressivement ».

Nous constatons simplement que les imaginaires sont toujours aussi colonisés par la référence à la croissance (« La Région des Pays de la Loire se situe au 4e rang des régions françaises pour le taux de richesses produites »). Nous constatons que la logique qui émerge est celle du « polluer moins pour polluer plus longtemps ». Bref qu’avec de telles propositions, c’est la part belle au développement durable qui nous paraît si peu anti-productiviste, si peu anticapitaliste.

Et cocasse broutille pour terminer, cet amendement à la « Page 6 : Programme 1er chapitre. Après ’objecteurs de croissance’ mettre, ’et avec la participation active de citoyens engagés dans le mouvement social, associatif, culturel, avec des salariés en lutte pour l’emploi, la formation, le pouvoir d’achat’ ».

Dans la même phrase, mettre « objecteurs de croissance » et « pour le pouvoir d’achat », c’est faire montre d’un manque cruel de connaissance des idées que nous portons, tout comme des altermondialistes d’Attac telle que Geneviève Azam, ainsi que beaucoup de gens ayant pris conscience que la croissance consumériste ne peut plus être une finalité puisque nous sommes dans un monde fini. En quoi l’achat est-il un pouvoir dans nos vies ? Faire de la politique pour les colporteurs de la décroissance, c’est aussi veiller aux mots que nous employons. Wittgenstein écrivait : « Les limites de notre langage fournissent les limites de notre monde. »

Vous comprendrez ainsi, chers camarades, que nous, Objecteurs de croissance de Région Décroissance ne pouvons plus dans ce contexte, avec des sensibilités que l’on sent encore attachées aux fondements du productivisme, participer à la liste unitaire ; ceci afin de ne pas trahir nos idées qui sont en totale incompatibilité avec les propositions ci-dessus énumérées, et ce, malgré les avancées notables et remarquables effectuées, notamment en matière d’agriculture.

Pour autant, nous notons les bonnes intentions de chaque parti qui augurent une convergence dans les luttes et débats d’idées à venir. Nous partageons en effet de nombreuses valeurs communes.

Nous vous invitons à découvrir et à lire les auteurs creusant la question de la décroissance (Paul Ariès, Vincent Cheynet, Serge Latouche) ainsi que les journaux (La Décroissance, le Sarkophage) et revues (Entropia, Limites) dédiés à ce courant de pensée.

Les Objecteurs de Croissance regroupés sous l’emblème Région Décroissance des Pays de Loire restent à votre disposition pour engager tout débat et tout travail de réflexion communs car nous savons que notre diversité est notre richesse et que le monde que nous voulons c’est ensemble que nous le construirons.

Pour les Objecteurs de croissance de Région Décroissance Pays de la Loire,
Thierry Brulavoine






Source : Courriel à Reporterre.

Contact : tbrulavoine (at) no-log.org

Infos : http://lesobjecteursdecroissance.org

Lire aussi : Certains Objecteurs de croissance avec le NPA, d’autres non http://www.reporterre.net/spip.php?...

24 septembre 2020
Fragilisé par la sécheresse et le Covid, le nucléaire a besoin du charbon
Info
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
24 septembre 2020
Journalistes et ONG vent debout contre les nouvelles mesures de maintien de l’ordre
Info