Les Verts allemands obtiennent le meilleur score de leur histoire

Durée de lecture : 2 minutes

29 septembre 2009 / Les Verts


Les Verts félicitent chaleureusement leurs homologues allemands qui viennent d’obtenir aux élections législatives du 29 septembre le meilleur score de leur histoire avec 10,7 % des voix et 68 sièges (contre 8,1 % et 51 sièges en 2005).

Ces résultats sont corroborés par ceux des deux élections régionales qui ont eu lieu le même jour au Schleswig-Holstein et au Brandebourg. Au Schleswig-Holstein les Verts ont doublé leur score précédent en obtenant 12,4 %, au Brandebourg ils ont réintégré le Parlement dont ils étaient absents depuis 15 ans en obtenant 5,6 % des voix. Aux trois élections provinciales du 30 août, en Sarre, en Saxe et en Thuringe, les Verts étaient déjà en légère hausse partout.

Ces résultats démontrent que les Verts allemands sont devenus un acteur stable, fiable et en progression constante dans la vie politique allemande. Leur campagne a été axée sur la création d’un million d’emplois verts, à promotion des énergies renouvelables, des transports propres, des économies d’énergie, le refus d’une remise en cause de la sortie du nucléaire en 2020.

Petite ombre au tableau : malgré leur score record, les Verts n’arrivent qu’en 5e position derrière les deux mastodontes conservateur (CDU en légère régression) et social-démocrate (SPD en chute libre) mais aussi derrière les libéraux du FDP et le parti de gauche radicale Die Linke, tous deux en forte progression.

Grosse ombre au tableau : le pays sera désormais dirigé par une coalition de droite CDU/FDP qui ne manquera pas de mettre en place des politiques libérales. C’est dans l’opposition que les Verts allemands devront agir pour que le réchauffement climatique et le sort des plus défavorisés ne passent pas par pertes et profits, aux côtés du SPD et de Die Linke. Nous leur souhaitons d’y parvenir, en prévision d’autres succès à l’avenir !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source :http://www.lesverts.fr/article.php3...

Ecouter aussi : Comment les Grünen se portent-ils ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

11 octobre 2019
Des immeubles à la place d’une bergerie ? À Bagnolet, la résistance s’organise
Alternative
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
11 octobre 2019
Équateur : un pays révolté par « le retour du FMI dans la politique »
Entretien




Du même auteur       Les Verts