Les agrocarburants et la consommation de viande aggravent le réchauffement climatique

Durée de lecture : 2 minutes

29 novembre 2011 / Ouest France

Si la planète pousse les feux des agrocarburants et mange toujours plus de viande, la déforestation et le réchauffement risquent de s’amplifier, indique un nouveau modèle scientifique.


Pour Thierry Brunelle, chercheur au Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (Cired), et Nicolas Vuichard, chercheur au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE), il n’y a guère de doute : le changement climatique est enclenché. L’atmosphère se charge en gaz à effet de serre. Ils sont émis pour les deux tiers par les transports, l’industrie et pour un tiers par l’agriculture. Les températures grimpent, les accidents météo (tempêtes, canicules, sécheresses, pluies diluviennes...) gagnent en intensité et en fréquence.

« Cette évolution dessine une nouvelle géographie mondiale des cultures et de la gestion de l’eau », a déclaré l’agronome Michel Griffon, lors des Entretiens de l’agriculture écologiquement intensive, à Angers, les 25 et 26 octobre. Les modèles prévisionnels circulant jusqu’à présent dans la sphère des climatologues se fondent exclusivement sur des paramètres météo (températures, pluies..). Ils anticipent « une évolution favorable pour l’agriculture des zones septentrionales de la planète, mais une détérioration pour le Brésil, l’Inde, l’Afrique, le bassin méditerranéen », résume l’agronome, directeur adjoint de l’Agence nationale de la recherche.

Sous l’impulsion de celle-ci, le Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (Cired), à Nogent-sur-Marne, et le Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE), à Gif-sur-Yvette, en région parisienne, ont construit un nouveau modèle baptisé « Autrement ».

Il dessine la carte mondiale des cultures et des écosystèmes, à l’horizon 2070. Il tient compte d’« une triple contrainte : nourrir une population croissante dans les pays émergents ; séquestrer le carbone dans les forêts pour limiter les gaz à effet de serre ; produire des énergies renouvelables pour remplacer le pétrole », énumère Thierry Brunelle, chercheur au Cired. « Nous avons voulu savoir si ces trois objectifs étaient réalisables », complète Nicolas Vuichard, du LSCE.

Les deux scientifiques se gardent d’émettre des conclusions définitives. « Nos travaux sont à prendre avec des pincettes. Mais ils mettent en évidence des tendances significatives. On sait que, si la production d’agrocarburants augmente en Europe ou aux États-Unis, que si la consommation mondiale de viande continue de progresser au même rythme, le prix du blé, maïs, soja va tripler, incitant les paysans brésiliens à déforester l’Amazonie. »

D’où une dégradation accélérée du climat. Inversement, un régime alimentaire, tout aussi calorique, mais mieux équilibré entre protéines végétales et animales, permettrait aux populations d’accéder à une alimentation moins chère et à notre planète de garder son poumon vert. « Nous sommes un peu les versions modernes de la Pythie de Delphes, sourit Thierry. On cherche à stimuler la réflexion, sans a priori. Oui, nous sommes des lanceurs d’alerte. »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Ouest France

Lire aussi : La discussion sur le climat va s’ouvrir à Durban

20 janvier 2020
Agir localement pour changer l’avenir
Tribune
20 janvier 2020
La survie de Terre de liens entre les mains du gouvernement
Enquête
20 janvier 2020
Les activités industrielles causent de plus en plus de séismes
Info




Du même auteur       Ouest France