Faire un don
80255 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
67 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Les ampoules basse consommation ne sont pas inoffensives

Durée de lecture : 3 minutes

1er mars 2011 / France Info

Ondes électromagnétiques et mercure : les ampoules économiques présentent certains risques.


La Commission de sécurité des consommateurs vient de rendre un avis sur les dangers des ampoules fluo-compactes. Dans son numéro de mars, Que Choisir publie un test sur ces ampoules, qui progressivement remplacent nos anciennes ampoules à incandescence.

Les ampoules fluo-compactes présentes des dangers de deux ordres :
- la présence de mercure à l’intérieur de ces ampoules, qu’on appelle aussi lampes basse consommation ou à économie d’énergie.
- l’émission de champs électromagnétiques.

Ces deux dangers sont réels mais minimes et ce n’est qu’un rappel, car le débat existe depuis 2009, dès les premiers retraits du marché des ampoules classiques. C’est le rôle de la Commission de sécurité des consommateurs de les pointer, explique Jean-Paul Geai, de Que Choisir.

Pour les vapeurs de mercure, il n’y a aucun risque tant que l’ampoule n’est pas cassée. C’est un peu comme avec les anciens thermomètres médicaux au mercure. Ce n’est qu’en cas de bris de l’ampoule que le risque existe. Dans ce cas, il faut aérer la pièce pendant une vingtaine de minutes pour éviter de respirer les effets toxiques des vapeurs de mercure. Puis il faut ramasser les débris de verre avec un balai, ou encore un tissu humide ou du papier collant avant de les mettre à la poubelle. Surtout ne pas les aspirer avec un aspirateur, ça ne ferait que disperser les vapeurs dans la pièce.

D’où ce conseil : si une ampoule fluo-compacte ne fonctionne plus, surtout ne pas la jeter à la poubelle, mais bien la déposer dans les différents réceptacles que l’on trouve dans les magasins qui les vendent. C’est très important pour éviter toute pollution.

Les mesures faites par l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, comme celles faites lors des tests de Que Choisir, montrent que les émissions électromagnétiques sont perceptibles quand on est situé à moins de 30 cm de l’ampoule. Au-delà, on ne mesure pratiquement plus rien.

Donc, il n’y a apparemment pas de danger pour les ampoules qui équipent un plafonnier ou les lampes ou appliques d’une pièce. Par précaution en revanche, il vaut mieux ne pas en équiper les lampes de bureau ou de chevet ou encore les liseuses, toutes ces lampes auprès desquelles on peut rester un long moment, la tête à moins de 30 cm de l’ampoule. Ou alors équiper ces lampes d’ampoules protégées pas des globes en verre qui, eux, seront protecteurs.

La solution face à ces problèmes pourrait être les LED. Mais elles coûtent cher, comptez 40 à 90 € l’ampoule. L’investissement n’est pour l’heure pas très rentable. Pour en équiper son domicile, il faudra attendre que les prix baissent sérieusement.

L’autre handicap est plus grave : il s’agit des risques pour la vue. Ils ont été identifiés par l’ANSES, l’Agence nationale de sécurité sanitaire. Le rapport que l’ANSES a publié l’automne dernier est plutôt inquiétant. Les LED sont dangereuses pour les yeux, en particulier ceux des enfants. La lumière bleue nécessaire pour obtenir des LED blanches conduit à « un stress toxique pour la rétine », notamment pour les jeunes enfants, « car leur cristallin reste en développement et ne peut assumer son rôle efficace de filtre de la lumière ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.france-info.com/chroniqu...

Lire aussi : Ah, qu’il est difficile d’être écologiste devant un beau jambon !

24 juin 2019
Avec la 5G, demain, tous surveillés
Enquête
24 juin 2019
VIDÉO et PODCAST - Les « 30 ans de l’écologie » pour celles et ceux qui n’y étaient pas
Info
24 juin 2019
Nous, collégiens, en avons marre que la question climatique soit négligée
Tribune




Du même auteur       France Info