Les animaux ont eux aussi une vie sociale bien remplie

Durée de lecture : 1 minute

5 mai 2018 / Frank Cézilly, Luc-Alain Giraldeau et Guy Théraulaz

Dans « La vie sociale des animaux », Frank Cézilly, Luc-Alain Giraldeau et Guy Théraulaz font découvrir l’éthologie, la science sociale du vivant qui permet de comprendre pourquoi les paons et les éléphants de mer sont polygynes, les ouistitis et les jacanas prédisposés à la polyandrie et les loups et les flamants roses strictement monogames…

  • Présentation du livre par son éditeur :

Une vie sociale qui n’a rien à envier à celles des humains !

Quel est le point commun entre les lions, les fourmis et les ouistitis ? Chacune de ces espèces vit en société. Communication, coopération, répartition des tâches, mais aussi conflits sociaux ou familiaux, la vie sociale des animaux est régie par des comportements complexes et très variés selon les espèces.

Bienvenue en éthologie, la science sociale du vivant qui permet de comprendre pourquoi les paons et les éléphants de mer sont polygynes, les ouistitis et les jacanas prédisposés à la polyandrie et les loups et les flamants roses strictement monogames… et bien d’autres choses encore.

Frank Cézilly est professeur d’écologie comportementale à l’université de Bourgogne.

Luc-Alain Giraldeau est professeur au département des sciences biologiques, université du Québec à Montréal, codirecteur du Groupe de recherche en écologie comportementale et animale et directeur général de l’Institut national de recherche scientifique. Son essai L’Œil du pigeon, publié au Pommier, vient d’obtenir Le Prix Moron de philosophie de l’Académie française.

Guy Théraulaz est directeur de recherche au CNRS, Centre de recherche sur la cognition animale, CNRS/université Paul-Sabatier.


  • La vie sociale des animaux, de Frank Cézilly, Luc-Alain Giraldeau et Guy Théraulaz, éditions Le Pommier, mars 2018, 192 p., 10 €.

27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête
16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info