Les boissons énergisantes sous surveillance

Durée de lecture : 2 minutes

26 novembre 2012 / Le Journal de l’Environnement




La Food and Drug Administration (FDA) a ouvert une enquête sur la boisson énergisante 5-Hour, liée à 92 rapports d’effets indésirables depuis 2004, dont 13 ayant entraîné un décès et 33 une hospitalisation.

Mauvaise passe pour les boissons énergisantes aux Etats-Unis : en octobre, c’était Monster Energy qui était montrée du doigt, avec une plainte déposée par la famille d’une adolescente décédée après en avoir consommé près de 1,5 l en 24 heures. Une mort d’origine cardiovasculaire que l’autopsie a clairement lié à un excès de caféine.

Or Monster Energy, liée à un total de 5 décès depuis 2004, n’est pas la seule boisson à intéresser la FDA. Selon un bilan publié par l’agence, 5-Hour a fait l’objet de 93 rapports d’effets indésirables entre le 1er janvier 2004 et le 23 octobre 2012, dont 13 décès, parmi lesquels certains liés à un arrêt cardiaque. La FDA cite aussi Rockstar, avec 13 effets indésirables, dont aucun mortel.

Dans un communiqué de réaction, la société Living Essentials, qui commercialise 5-Hour, se défend en déclarant que sa boisson contient autant de caféine qu’une tasse de café.

Sans détailler le chiffre, dont son statut de « complément alimentaire » l’exempte de l’afficher sur l’étiquette. Particularité de 5-Hour par rapport à ses concurrents, elle se présente en bouteilles de 1,9 once (environ 6 centilitres), appelées « shots ».

L’affirmation de Living Essentials contredit les tests récemment menés par ConsumerReports.org, équivalent américain de notre 60 Millions de consommateurs. Selon cette étude publiée en octobre, un « shot » de 5-Hour contient 215 milligrammes de caféine, tandis que 25 cl de café en comportent 100 mg. Quant à 5-Hour Energy Extra Strength, elle remporte la palme des boissons énergisantes, avec 242 mg de caféine pour un « shot » de même taille.

En jeu, la frontière entre, d’une part, ces boissons souvent présentées comme festives ou « énergétiques » (donc à visée sportive), et d’autre part, leur statut officiel de « complément alimentaire », qui soustrait ces produits à certaines règles d’étiquetage auxquelles sont soumis les sodas.

Dans son communiqué, Living Essentials, dont le logo de 5-Hour représente un homme en train de courir, conseille de ne pas boire plus de deux shots par jour.

Ce type de débat n’est pas inconnu en France, où l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a rapporté en juin 30 effets indésirables liés aux boissons énergisantes depuis 2008, et 2 décès récents par arrêt cardiaque.






Source : Le Journal de l’environnement

19 septembre 2020
Le cri des pauvres, le cri de la Terre, reconnaître l’altérité : une lecture chrétienne
Tribune
18 septembre 2020
Avec le projet de contournement de Montpellier, la voiture reste reine
Reportage
19 septembre 2020
À Plélan-le-Grand, le parc éolien souffle à l’énergie citoyenne
Alternatives