Les bulldozers ravagent un site exceptionnel en Isère

Durée de lecture : 2 minutes

30 septembre 2011 / Frapna


Nous vous alertions au printemps déjà ! Au cœur d’une des rares zones naturelles encore vierge de tout impact anthropique à proximité de Grenoble, la vallée de Saint-Hugon a vu arriver les engins de travaux à partir du col de l’Occiput depuis plusieurs jours et fait déjà l’objet d’une dégradation irrémédiable ! Cela indépendamment des recommandations faites quant à la présence de zones humides et d’espèces protégées.

Pour mémoire, les communes d’Allevard et de La Chapelle du Bard prévoient une extension du domaine skiable et l’installation d’une nouvelle remontée mécanique sur le secteur du Clapier, versant tranquille et isolé, relictuel dans ce secteur des Alpes. L’impact de ce projet engendrera la destruction de ce milieu naturel fragile et patrimonial, pourvu de zones humides, dans lequel faune et flore trouvent un refuge.

Aussi la FRAPNA, dont l’objet est la lutte contre toute forme d’atteinte à l’environnement, a-t-elle donné un avis très défavorable sur le projet, dans le cadre de l’enquête publique en 2010. L’association a déposé un recours contentieux au Tribunal administratif de Grenoble à l’encontre de l’autorisation d’exécution des travaux et a alerté sur la présence de zones humides non prises en compte dans les études préalables et les demandes d’autorisation de travaux.

Sans attendre le jugement de notre recours, les bulldozers ont commencé des travaux de terrassement et détruisant ce site vierge.

Les photos sont éloquentes du désastre qui est engagé.

Plusieurs documents afférents à ce dossier sur :

- Dossier Collet d’Allevard

- Avis enquête publique et communiqué de presse 2010

- Et http://www.frapna-38.org/images/ise..., ainsi que le communiqué de presse de juin 2011



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse de la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature)

19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       Frapna