Les catastrophes climatiques vont se multiplier en Asie, juge la Banque asiatique de dévelpppement

Durée de lecture : 2 minutes

14 mars 2012 / AFP

« Il y aura des désastres naturels beaucoup plus fréquemment et ils vont compliquer le défi du développement durable en Asie ».


Bangkok - La région Asie-Pacifique aura besoin de 40 milliards de dollars (environ 30 milliards d’euros) par an dans les 40 prochaines années pour s’adapter au réchauffement climatique, a estimé lundi 12 mars à Bangkok la Banque asiatique de développement (BAD).

Le continent doit notamment se préparer à une « métamorphose » pour accroître sa résilience aux catastrophes naturelles, a précisé le vice-président de la BAD, Bindu Lohani, lors du second Forum sur l’adaptation aux changements climatiques en Asie-Pacifique.

La réunion avait été reportée l’an passé suite aux pires inondations qui aient frappé la Thaïlande depuis des décennies, dans lesquelles 800 personnes ont été tuées

« Il y aura des désastres naturels comme celui-là beaucoup plus fréquemment et ils vont compliquer le défi du développement durable en Asie », a relevé le responsable.

« Alors que les économies de la région sont de plus en plus liées par les circuits commerciaux d’approvisionnement (...), l’impact de tels désastres ne se limite plus au lieu où ils surviennent », a-t-il ajouté, évoquant l’influence sur l’industrie automobile japonaise des inondations en Thaïlande.

« Des estimations récentes indiquent qu’environ 40 milliards de dollars seront nécessaires chaque année pour neutraliser les impacts du changement climatique (...) d’ici 2050, dont moins de 10% sont aujourd’hui disponibles ».

Le vice-ministre thaïlandais de l’Environnement Pithaya Pookaman a pour sa part estimé que les inondations dans le royaume constituaient « une indication forte » de l’urgence d’agir sous peine de voir les efforts de développement anéantis.

« Les deltas s’érodent, les forêts s’éclaircissent, les barrières de corail se dégradent, les écosystèmes du littoral sont sur-exploités, les mégalopoles s’étendent (...) et le changement climatique représente dès aujourd’hui un danger clair pour notre mode de vie et notre existence », a-t-il martelé.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Good planet

Lire aussi : Himalaya : le recul des glaciers pèse sur l’avenir de l’Asie