Les chaines de télévision ont voté Front national

Durée de lecture : 3 minutes

26 mars 2014 / Hervé Kempf (Reporterre)

Une poussée de l’extrême-droite ? Servie sur un plateau par les chaînes de télévision, qui ont accordé au Front national, dans les dernières semaines, un temps d’antenne bien supérieur à son poids réel, et largement supérieur à celui des écologistes et du Parti de gauche.


Parmi la myriade d’organismes qui composent l’Etat français, il y a en un qui s’appelle le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Parmi les tâches de ce conseil, l’écoute des chaînes de télévision afin de mesurer l’équité dans la distribution des temps de parole aux principaux partis politiques. En période électorale, le Conseil est particulièrement attentif.

Que s’est-il ainsi passé à la télévision dans les dernières semaines, entre le 10 février et le 14 mars ? Un fort déséquilibre de la parole : « Le Conseil a relevé que le traitement de l’actualité électorale au niveau national est caractérisé par le faible accès à l’antenne des représentants de l’UMP et du parti socialiste ainsi que par la persistance de la surreprésentation du Front national. »

Pour mesurer précisément ce déséquilibre, on peut aller examiner plus en détail les différents relevés.

Si l’on regarde les chaînes généralistes, en comptant les journaux et les magazines, on observe un déséquilibre important : le Front national bénéficie de 22 % du temps d’antenne consacré aux partis politiques sur France 2, de 29 % sur France 3, de 65 % sur France 5 et de 50 % sur Canal Plus. En comparaison, EELV a 1 % sur France 2, 5 % sur France 3 et rien sur les autres chaines. L’UMP est bien mieux traitée que le PS, et le Parti de gauche n’apparait simplement pas.

Du côté de Canal Plus, en revanche, on observe une surreprésentation importante de l’UMP, une surreprésentation d’EELV et du FN, tout ceci au détriment du PS :

Quant aux chaines d’information en continu, elles se livrent à une véritable propagande en faveur du parti d’extrême-droite :

EELV : 5 % du temps sur BFM, 4 %sur i-Télé, 2 % sur LCI.

FN : 43 % sur BFM, 21 % sur i-Télé, 15 % sur LCI.

Parti de gauche : 8 % sur BFM, 2 % sur i-Télé, 7 % sur LCI.

PS : 15 % sur BFM, 29 % sur i-Télé, 40 % sur LCI.

UMP : 19 % sur BFM, 33 % sur i-Télé, 26 % sur LCI.

Au total, si l’on additionne les temps de parole accordés par les huit chaînes de télévision pour lesquelles le CSA a effectué un relevé, on obtient un temps d’antenne pour la période, tous partis confondus, de 5h45min51s.

. Le temps consacré au FN a été de 1 h 29min 59 s. Soit 26 % de 5 h 45 min 51 s.
. Le temps consacré à l’UMP a été de 1 h 37 min 18 s, soit 28,1%.
. Le temps consacré au PS a été de 1 h 28 min 35s, soit 25,6%.
. Le temps consacré à EELV a été de 13 mn 1s, soit 3,75 %.

Les chaines de télévision ont voté Front national. Et les médias, ensuite, claironnent sur « la poussée du Front national ». Cela s’appelle une prophétie auto-réalisatrice.


- Actualisation 27 mars

Dans la dernière semaine, entre le 14 et le 21 mars, les télévisions ont redressé la barre. Selon les relevés publiés par le CSA le 26 mars, on observe que sur la période 10 février-21 mars, le FN revient à 15,87 % du temps de parole sur les journaux et magazines des télévisions généralistes, et à 12,18 % sur les chaînes d’information en continu. Quant à EELV, elle se situe bien en-dessous, respectivement à 3,69 % et 5,41 %. Parti de gauche, PC et Modem apparaissent enfin.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Hervé Kempf pour Reporterre.

Lire aussi : Les écologistes font jeu égal avec le Front national.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :



Documents disponibles

  Sans titre   Sans titre   Sans titre
14 septembre 2019
Véganes et paysans (presque) unis contre l’élevage industriel
Enquête
14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
13 septembre 2019
Valdepiélagos, l’écovillage espagnol qui résiste à l’exode rural
Alternative




Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)