Les écologistes font jeu égal avec le Front national

Durée de lecture : 4 minutes

25 mars 2014 / Barnabé Binctin (Reporterre)

La rengaine tourne en boucle sur tous les médias officiels : « la poussée du Front national ». Ce jeu qui sert la soupe à l’extrême-droite cache une réalité dérangeante : EELV obtient de très bons résultats.

- Actualisation mardi 25 mars à 16 h 00

Une élection municipale est toujours difficile à analyser sur le plan national. En raison des particularités des petites communes, des nombreuses listes autonomes et des stratégies d’alliance à géométrie variable, les enseignements du premier tour se tirent souvent au cas par cas. Comment alors mesurer l’avancée de l’écologie dans les urnes ? EELV ayant noué un nombre important d’alliances, « il est impossible d’évaluer le succès des écologistes en fonction du nombre de mairies emportées », juge David Cormand, responsable des élections au parti d’Europe-Ecologie Les Verts (EELV).

Il affirme en revanche valoir que, sur les 262 communes où il y avait une tête de liste EELV, les voix récoltées représentent une moyenne de 11,6 % des suffrages exprimés. Aux précédentes municipales, en 2008, deux fois moins de listes avaient été présentées et le résultat moyen n’atteignait pas 9 %.

Symbole de cette progression, Paris : à l’exception du 16e arrondissement, tous les arrondissements de la capitale voient les candidats écolo améliorer leur score.

A l’image de Paris, cette tendance vaut surtout pour les endroits où EELV s’est présenté distinctement du Parti Socialiste : « Les listes d’union PS-EELV aux municipales dans certaines villes ont déçu. Résultat, l’écologie politique gagne du terrain là où elle se présente en autonomie. C’est l’un des enseignements ce premier tour, tout comme l’est l’abstention » remarque Antoine Lagneau dans un article.

Selon David Cormand, « dans un contexte de recul du Parti Socialiste, nous avons bénéficié d’un report des voix de gauche, qui ne sont pas allées au Parti de Gauche ».

Comment expliquer cette adhésion ? « L’écologie percute ce qui touche au plus près les gens. Quand nous parlons de transports, de projets d’infrastructures, des plans d’urbanisme et de destruction des terres, d’alimentation dans les cantines, etc., les gens voient que nous apportons des réponses. On n’est plus dans l’écologie abstraite, mais bien dans l’écologie du quotidien », analyse David Cormand.

Du côté du Parti de gauche, Corinne Morel Darleux juge que "les résultats valident l’idée que, quand le PG est allié à EELV, on obtient des succès, comme à Grenoble, à Rennes ou aux Lilas. Cela valide notre stratégie d’autonomie par rapport au PS. Et la stratégie gagnante, c’est l’alliance PG-EELV-PC".

Le Parti de gauche estime maintenir son score des présidentielles de 2012. Mais, reconnait Corinne Morel Darleux, "on n’a pas réussi notre pari d’aller chercher les abstentionnistes et de contrer le FN".

Pourquoi EELV a-t-elle bénéficié des reports de voix du PS ? "Parce que le Parti de gauche n’a pas le même électorat".

Avec 597 têtes de liste, le Front National n’obtiendrait que 4,7% des suffrages sur l’ensemble du territoire, avec 1 033 535 bulletins décomptés par le ministère de l’Intérieur, qui les a communiqués mardi après-midi 25 mars. Soit un ratio moyen de 1731 voix par commune où il se présentait. Sur ces mêmes chiffres, EELV ne représenterait que 972 voix.

Problème ? Cette méthode de calcul comptabilise uniquement les listes autonomes et omet une part substantielle de vote écologiste qui a caractérisé les nombreuses listes d’alliance qu’a choisi d’engager EELV. Ce qui revient, selon cette nomenclature, à ne pas décompter comme écologiste les votes effectués pour Eric Piolle à Grenoble ou Matthieu Theurier à Rennes... un non-sens.

Le FN ne séduit donc guère davantage que les listes citoyennes et écologistes. Mais la valeur finale à l’échelle nationale n’est pas calculable en raison des multiples alliances. « On minimise le score des écologistes, car leur présence au gouvernement ne leur donne pas l’autonomie d’une vraie force politique », décrit Erwan Lecoeur, politologue.

Spécialiste de l’extrême-droite, il estime que les responsabilités de cette manipulation médiatique sont partagées avec les forces politiques en place : « Le mythe de la tripolarisation est intégré par les deux grands partis pour resservir l’idée du vote utile. Mais il n’y a pas de troisième force politique avec le FN ou alors, il y a deux troisièmes forces - avec les écologistes ».

En attendant, il fait peu de doute qu’il y aura plus de municipalités écolo que frontistes pour les six années à venir. Pour quelques mairies FN, on table chez EELV sur près d’une cinquantaine de victoires dans une semaine, côté écolo. Certaines ont déjà été remportées dès le premier tour, comme à Bègles où Noël Mamère est reconduit tout comme les maires sortants de Loos-en-Gohelle, Arcueil, Mouans-Sartoux ou Pussay. Et avec des espoirs importants à Grenoble, où le résultat au premier tour d’Eric Piolle dans une liste d’union avec le Parti de Gauche et des associations de la société civile constitue déjà un « exploit incroyable » selon Julien Bayou, le porte-parole d’EELV.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre.

Première mise en ligne le 24 mars à 12 h 00.

Image :
. chapo : Eric Piolle, à Grenoble ledauphine.com.

Lire aussi : Les résultats des écologistes et de la gauche.

Consulter aussi : DOSSIER MUNICIPALES - Dans les villes et villages, du bon… et du mauvais.

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       Barnabé Binctin (Reporterre)