Les chasseurs incitent les enfants à tuer - en convention avec l’Education nationale

Durée de lecture : 3 minutes

17 janvier 2014 / FRAPNA



Un enfant avec un fusil ? Normal pour les Chasseurs du Rhône. Qui, par convention avec le ministère de l’Education nationale, peuvent intervenir dans les écoles pour « l’éducation à l’environnement ». Les naturalistes s’indignent.


A l’attention de Madame Françoise Moulin Civil, Rectrice de l’académie de Lyon, et Monsieur Daniel Filatre, Recteur de l’académie de Grenoble

Lyon, le 9 janvier 2013

Objet : Interventions en milieu scolaire au titre de l’Education à l’Environnement et au Développement Durable par les Fédérations Départementales des Chasseurs.

La convention du 4 mars 2010 signée par les ministères de l’Éducation Nationale, de l’Écologie et du Développement Durable avec la Fédération Nationale des Chasseurs a permis à ces usagers de la nature de proposer des interventions pédagogiques en milieu scolaire dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler "Education à l’Environnement et au Développement Durable".

Comme vous le savez, notre association, dont plusieurs sections départementales bénéficient d’un agrément académique, est impliquée de longue date dans ce secteur et a largement contribué à son essor. Notre région s’est aussi illustrée par la tenue des Assises Nationales de l’Education à l’Environnement à Lyon au printemps 2013, Assises auxquelles nous avons beaucoup contribué dans l’organisation et la participation. L’objet de cette Education à l’Environnement dans laquelle nous sommes si profondément impliqués est bien évidemment lié au désir de transmettre aux jeunes générations le respect de la biodiversité et en aucune façon la défense d’intérêts particuliers.

La photographie de couverture du numéro de décembre de la revue publiée par la Fédération Départementale des Chasseurs du Rhône (voir pièce jointe) suscite une vive réprobation parmi les naturalistes, mais aussi chez de nombreux parents d’élèves, enseignants et acteurs de la protection de l’enfance. En effet, cette mise en scène macabre d’enfants armés exhibant un cadavre d’animal est choquante. Cette couverture nous montre clairement l’intention des interventions des chasseurs dans les écoles : recruter de nouveaux adeptes pour renouveler leur base. Elle confirme que la Fédération Nationale des Chasseurs et ses organisations départementales demeurent sur les positions qu’elles expriment depuis 25 ans (« Il faut organiser au niveau des Fédérations des excursions dans la nature pour les écoles. Il s’agira de faire assister les enfants à une chasse pour qu’ils en apprécient l’atmosphère et non à une découverte des animaux, qui favorise chez eux le processus de personnification de l’animal » - Etats généraux de la chasse - février 1990).

Nous sommes donc très loin de l’objet de la convention mentionnée ci-dessus, qui fixe clairement et exclusivement « la coopération dans le domaine de l’Education au Développement Durable, à la biodiversité et au respect de la nature » (réponse du Ministre de l’Education, de la Jeunesse et de la Vie associative à la question écrite du député Lionnel Luca - J.O. du 19/04/2011). L’utilisation en milieu scolaire d’éléments de communication dans l’esprit des Etats généraux de la chasse et illustrés par la Fédération des Chasseurs du Rhône représenterait clairement à nos yeux une violation du principe de neutralité, lui-même composante essentielle du principe de laïcité.

Avec l’assurance que vous exercerez un contrôle rigoureux sur la qualité et les contenus des interventions données dans le cadre de l’Education à l’Environnement et au Développement Durable et de votre vigilance quant au risque de démarche prosélyte, je vous présente, Madame Moulin-Civil, Monsieur Filatre,
mes meilleurs vœux pour l’année 2014.





Source : Courriel de la Frapna à Reporterre.

La Frapna est la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature.

Lire aussi : Deux loups abattus en deux jours par des chasseurs.

19 septembre 2020
À Plélan-le-Grand, le parc éolien souffle à l’énergie citoyenne
Alternatives
18 septembre 2020
« Les retenues d’eau aggravent la sécheresse, et la vulnérabilité de l’agriculture »
Entretien
18 septembre 2020
Avec le projet de contournement de Montpellier, la voiture reste reine
Reportage