Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

Les droits universels des multinationales enfin reconnus

Les firmes multinationales sont odieusement brimées : les contraintes environnementales, les lois sur le travail, la lutte contre l’évasion fiscale constituent autant d’atteintes à leurs droits imprescriptibles. Un ministère des Multinationales défend enfin ces droits ! Reportage sonore.


- La Défense, reportage

Midi, l’esplanade de la Défense grouille de monde. Au milieu des hommes d’affaires et des familles venues faire leurs courses de Noël, un petit groupe se fraye un chemin. Haut-de-forme, costard noir, bandeau tricolore, et mégaphone, ils attirent le regard.

Ils s’installent devant l’entrée gigantesque du centre commercial, et commencent leur litanie : « Considérant que la course au profit des multinationales prime sur les droits de l’homme... » Quelques passants s’arrêtent, dégainent leur smartphone. D’autre passent leur chemin en maugréant.

-  Ecouter ici le reportage audio (3’28’’) :

Ces crieurs d’un nouveau genre sont les avocats d’une campagne lancée mercredi 3 décembre sur la toile : celle du Ministère des multinationales. Un message plein d’ironie, pour attirer l’attention du grand public sur les exactions commises par les multinationales. Histoire de pimenter la performance, les crieurs choisissent leurs lieux avec soin : Place de la Bourse, Ministère de l’économie, Place des droits de l’homme...

Manier le cynisme n’est pourtant pas chose aisée. Dans les allées du marché de Noël de la Défense, les passants, occupés à commander une choucroute ou à choisir un bibelot, écoutent à peine la déclaration des crieurs. « Mais qu’est-ce qu’ils nous veulent ? » Même résultat dans le centre commercial ou devant le siège la Société générale. La foule oscille entre indifférence et perplexité.

Sur le site du Ministère, la dénonciation se fait plus tranchante. « Liberté, inégalité, impunité », peut-on lire en Une. Violation des droits de l’homme, travail des enfants, surexploitation des ressources naturelles, accaparement des terres... La longue liste des griefs devrait s’allonger un peu plus chaque jour, jusqu’au mercredi 10 décembre, journée mondiale des droits de l’homme... et des multinationales.

-  Voir action dans le métro en vidéo :

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende