Les droits universels des multinationales enfin reconnus

Durée de lecture : 2 minutes

8 décembre 2014 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Les firmes multinationales sont odieusement brimées : les contraintes environnementales, les lois sur le travail, la lutte contre l’évasion fiscale constituent autant d’atteintes à leurs droits imprescriptibles. Un ministère des Multinationales défend enfin ces droits ! Reportage sonore.


- La Défense, reportage

Midi, l’esplanade de la Défense grouille de monde. Au milieu des hommes d’affaires et des familles venues faire leurs courses de Noël, un petit groupe se fraye un chemin. Haut-de-forme, costard noir, bandeau tricolore, et mégaphone, ils attirent le regard.

Ils s’installent devant l’entrée gigantesque du centre commercial, et commencent leur litanie : « Considérant que la course au profit des multinationales prime sur les droits de l’homme... » Quelques passants s’arrêtent, dégainent leur smartphone. D’autre passent leur chemin en maugréant.

- Ecouter ici le reportage audio (3’28’’) :

Ces crieurs d’un nouveau genre sont les avocats d’une campagne lancée mercredi 3 décembre sur la toile : celle du Ministère des multinationales. Un message plein d’ironie, pour attirer l’attention du grand public sur les exactions commises par les multinationales. Histoire de pimenter la performance, les crieurs choisissent leurs lieux avec soin : Place de la Bourse, Ministère de l’économie, Place des droits de l’homme...

Manier le cynisme n’est pourtant pas chose aisée. Dans les allées du marché de Noël de la Défense, les passants, occupés à commander une choucroute ou à choisir un bibelot, écoutent à peine la déclaration des crieurs. « Mais qu’est-ce qu’ils nous veulent ? » Même résultat dans le centre commercial ou devant le siège la Société générale. La foule oscille entre indifférence et perplexité.

Sur le site du Ministère, la dénonciation se fait plus tranchante. « Liberté, inégalité, impunité », peut-on lire en Une. Violation des droits de l’homme, travail des enfants, surexploitation des ressources naturelles, accaparement des terres... La longue liste des griefs devrait s’allonger un peu plus chaque jour, jusqu’au mercredi 10 décembre, journée mondiale des droits de l’homme... et des multinationales.

- Voir action dans le métro en vidéo :


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Lorène Lavocat pour Reporterre.

Dessin : Tommy Dessine.

Lire aussi : GDF Suez, Shell et Samsung championnes 2014 du « greenwashing ».


Cet entretien a été réalisé par un journaliste professionnel et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :



Documents disponibles

  Sans titre   Sans titre
14 septembre 2019
Véganes et paysans (presque) unis contre l’élevage industriel
Enquête
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir




Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)