Les écoliers rentrent dans une école... de paille

Durée de lecture : 2 minutes

5 septembre 2013 / Isabelle Duffaure-Gallais (lemoniteur.fr)


Une école isolée en paille ouvre ses portes dans l’éco-quartier du Fort d’Issy. C’est le premier établissement public de plusieurs étages qui utilise cette technique.

La nouvelle école Louise Michel d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) accueille ses premiers élèves en cette rentrée scolaire : 9 classes élémentaires et 5 maternelles sur une surface de 5 241 m². Pour réaliser ce groupe scolaire implanté au pied du fort d’Issy, dans un nouvel écoquartier, les architectes Sonia Cortesse et Bernard Dufournet ont fait appel à des matériaux naturels : notamment le bois et la paille.

Essai au feu

Les deux bâtiments sont construits en structure poteaux-poutres et planchers en bois. L’isolation est réalisée en laine de bois et en ouate de cellulose pour les toitures, en bottes de paille enfermées dans des caissons préfabriqués pour les façades. Une innovation pour un bâtiment public R + 2 de cette importance.

Malgré des rapports d’essais allemands annonçant une résistance au feu de 1 h 30 pour une paroi en bottes de paille enduite sur les deux faces, le bureau de contrôle Socotec a exigé de faire réaliser un essai afin de justifier le comportement au feu du système, notamment pour ce qui concerne le passage des flammes ou gaz chauds d’un étage à l’autre (instruction technique IT n° 246).

Le CSTB a réalisé un incendie réel sur une travée de façade, permettant de conclure à la possibilité de réaliser un ERP en R+2 avec une façade en paille, et ouvrant la voie à l’utilisation plus étendue de ce matériau dans la construction.

Géothermie et aspiration pneumatique des déchets

L’opération inclut en infrastructures un parking et une chaufferie géothermique collective qui alimentera également les nouvelles opérations immobilières du Fort d’Issy, ainsi qu’une installation pour l’aspiration pneumatique des déchets.

Grâce à la conception bioclimatique et à l’enveloppe très performante, l’architecte annonce une consommation d’énergie réduite à 7 kWh/m².an pour le chauffage. Le plancher chauffant en rez-de-chaussée et les panneaux rayonnants des étages seront alimentés par une eau à 28°C en provenance de la nappe profonde. Un appoint sera apporté par une pompe à chaleur si nécessaire.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Le Moniteur.fr

Lire aussi : La plus vieille maison en paille d’Europe... attend l’aide de tous

18 novembre 2019
À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale
19 novembre 2019
Les autochtones brésiliens accusent les multinationales d’incendier l’Amazonie
19 novembre 2019
Les assurances privées à l’assaut d’une agriculture affaiblie par le climat