Les égoûts sont une source d’énergie

Durée de lecture : 2 minutes

1er octobre 2013 / Françoise Voisel (Veille construction.be)



Les eaux usées, une richesse insoupçonnée ? Elles sont le plus souvent considérées comme une charge : il faut les évacuer, les traiter, entretenir les réseaux... Depuis quelque temps, le regard qu’on leur porte évolue. Car elles peuvent être une mine d’énergie. Quelques exemples, ici et ailleurs.


France – La chaleur des eaux grises

La quantité d’eaux usées produites par des collectivités (immeubles à appartements, hôpitaux, hôtels) est importante. Une partie de cette eau est chaude. L’idée consiste à récupérer ces calories pour préchauffer de l’eau chaude sanitaire. Une réhabilitation de logements sociaux en région parisienne a exploité cette technologie innovante. La moitié des besoins en énergie pour le chauffage de l’eau chaude sanitaire sont couverts, tout bénéfice pour les allocataires sociaux.
Plus d’infos.

Angleterre – La graisse, une biomasse

Les égoûts de Londres se remplissent en permanence de graisse. Les bouchons ne sont évités que par des entretiens réguliers : un budget important, une montagne de déchets. Pourquoi ne pas les valoriser ? L’idée innovante, c’est alimenter une centrale cogénération avec cette graisse. Dès 2015, la production devrait couvrir les besoins en électricité de 40 000 logements.
Plus d’infos.

Espagne – La culture d’algues

Le traitement des eaux usées se fait par des algues récupérées comme biomasse pour la production de carburant. Un projet à l’échelle industrielle qui devrait atteindre sa vitesse de croisière en 2015.
Plus d’infos.

La culture d’algues, c’est aussi la technique utilisée dans les bioréacteurs en façade avec en corolaire l’épuration, la production de biomasse mais aussi la régulation thermique...

France et Belgique – Les effluents industriels

Les industries ont aussi des rejets d’eau lourdement chargés qui nécessitent un traitement. Les projets se développent, de plus en plus nombreux, pour valoriser ces effluents. C’est le cas d’une usine alsacienne dont les jus de choucroute sont méthanisés dans la station d’épuration voisine.
Plus d’infos.

En aparté, car ce ne sont pas des eaux grises : à noter une autre biométhanisation mais à base de déchets agricoles - des melons -, un des projets de la société belge GreenWatt, spécialisée dans le traitement de biomasse et la biométhanisation.
Plus d’infos.






Source : Veille construction.be

Photo : Rue89

Lire aussi : Arrêter de jeter les bio-déchets et en faire du compost

5 octobre 2020
La plus grande action jamais menée en France contre le trafic aérien
Reportage
27 octobre 2020
Des marins-pêcheurs troquent le chalut pour des bouteilles de plongée
Alternatives
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien