Les égoûts sont une source d’énergie

Durée de lecture : 2 minutes

1er octobre 2013 / Françoise Voisel (Veille construction.be)

Les eaux usées, une richesse insoupçonnée ? Elles sont le plus souvent considérées comme une charge : il faut les évacuer, les traiter, entretenir les réseaux... Depuis quelque temps, le regard qu’on leur porte évolue. Car elles peuvent être une mine d’énergie. Quelques exemples, ici et ailleurs.


France – La chaleur des eaux grises

La quantité d’eaux usées produites par des collectivités (immeubles à appartements, hôpitaux, hôtels) est importante. Une partie de cette eau est chaude. L’idée consiste à récupérer ces calories pour préchauffer de l’eau chaude sanitaire. Une réhabilitation de logements sociaux en région parisienne a exploité cette technologie innovante. La moitié des besoins en énergie pour le chauffage de l’eau chaude sanitaire sont couverts, tout bénéfice pour les allocataires sociaux.
Plus d’infos.

Angleterre – La graisse, une biomasse

Les égoûts de Londres se remplissent en permanence de graisse. Les bouchons ne sont évités que par des entretiens réguliers : un budget important, une montagne de déchets. Pourquoi ne pas les valoriser ? L’idée innovante, c’est alimenter une centrale cogénération avec cette graisse. Dès 2015, la production devrait couvrir les besoins en électricité de 40 000 logements.
Plus d’infos.

Espagne – La culture d’algues

Le traitement des eaux usées se fait par des algues récupérées comme biomasse pour la production de carburant. Un projet à l’échelle industrielle qui devrait atteindre sa vitesse de croisière en 2015.
Plus d’infos.

La culture d’algues, c’est aussi la technique utilisée dans les bioréacteurs en façade avec en corolaire l’épuration, la production de biomasse mais aussi la régulation thermique...

France et Belgique – Les effluents industriels

Les industries ont aussi des rejets d’eau lourdement chargés qui nécessitent un traitement. Les projets se développent, de plus en plus nombreux, pour valoriser ces effluents. C’est le cas d’une usine alsacienne dont les jus de choucroute sont méthanisés dans la station d’épuration voisine.
Plus d’infos.

En aparté, car ce ne sont pas des eaux grises : à noter une autre biométhanisation mais à base de déchets agricoles - des melons -, un des projets de la société belge GreenWatt, spécialisée dans le traitement de biomasse et la biométhanisation.
Plus d’infos.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Veille construction.be

Photo : Rue89

Lire aussi : Arrêter de jeter les bio-déchets et en faire du compost

9 novembre 2019
L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat
Info
9 novembre 2019
Chute du mur de Berlin : les écologistes étaient en première ligne
Info
12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question