Les grands projets inutiles s’introduisent dans le débat sur la transition énergétique

Durée de lecture : 3 minutes

30 novembre 2012 / Agir pour l’environnement




Lettre ouverte adressée à Madame la Ministre de l’Ecologie en date du 28 novembre 2012.

Madame la Ministre,

Neuf ans après le dernier débat sur l’énergie initié par Nicole Fontaine, cinq ans après le Grenelle de l’environnement, 37 jours après le début des opérations policières menées par votre gouvernement en vue d’expulser les opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes, vous vous apprêtez à ouvrir les travaux d’un nouveau « débat national sur la transition énergétique ».

Figure imposée ou réelle volonté politique, ce nouveau débat débute dans un contexte où la sérénité est très loin d’être au rendez-vous.

Vous avez bien voulu nous inviter à rejoindre le conseil national du débat sur la transition énergétique. Par-delà le flou entourant l’organisation même de ce débat, nous avons finalement décidé d’y participer afin de vous faire part de nos demandes et obtenir des réponses précises.

Pour nous, la question des grands projets d’infrastructures (autoroutes, aéroports, voies LGV, grand canal...) ne peut être exclue du débat national sur la transition énergétique.

La suite de notre participation est donc clairement conditionnée au fait que le débat national sur la transition énergétique puisse aborder l’utilité supposée des grands projets d’infrastructures, leur comptabilité non moins supposée avec les contraintes climatiques et énergétiques et puisse, le cas échéant envisager leur abandon.

Il en va de même de la construction de l’EPR à Flamanville et de sa ligne THT Maine-Cotentin que rien ne justifie actuellement mais aurait pour effet d’accroître nos surcapacités de production et ainsi pousser l’opérateur historique à poursuivre sa vaste campagne de gaspillage énergétique.

Ce débat doit être l’occasion de produire des scénarios de sortie immédiate du nucléaire et ne pas se contenter d’une baisse de 25% de la production nucléaire d’ici à 2025 qui pourrait n’avoir aucune incidence sur le nombre de réacteurs nucléaires actuellement en fonctionnement si la consommation intérieure et les exportations d’électricité augmentaient d’ici là.

Concernant les gaz et pétroles de schiste, les engagements pris par le chef de l’Etat à l’occasion de la Conférence environnementale ne peuvent constituer une garantie de leur non exploration alors que les dommages causés par cette énergie fossile en cas d’exploitation seront irréversibles pour l’environnement.

Le gouvernement doit enfin mettre un terme immédiat à la violence perpétrée par les forces de l’ordre à Notre-Dame des Landes. Le débat que vous avez l’honneur de présider est un exercice délicat car il vous invite à la cohérence. Il serait inconcevable que la volonté de dialogue soit confinée aux seuls salons parisiens et l’usage de la force publique appliqué méthodiquement à Notre-Dame des Landes.

Pour Agir pour l’Environnement, un débat n’est qu’un outil au service d’une fin, la transition énergétique. Si nous constations que ce débat n’était qu’une énième mise en scène sans volonté réelle de changement, nous rejoindrions immédiatement les nombreuses associations qui ont déjà fait le choix respectable de boycotter ce débat.

Nous espérons sincèrement que vous aurez à cœur de répondre positivement à nos demandes afin que nous puissions poursuivre ensemble ce débat nécessaire.

Comptant sur votre écoute, nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de nos sentiments les plus respectueux.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Agir pour l’environnement

Lire aussi : Les Amis de la terre se retirent du « débat sur la transition énergétique »

14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
27 mai 2020
Sur les plages, la ruée des promeneurs menace les oiseaux d’eau
Reportage
27 mai 2020
En plein déconfinement, la gestion des tests reste bancale
Enquête