Les kamikazes du nucléaire sacrifient leur vie

Durée de lecture : 3 minutes

15 mars 2011 / Le Figaro


Ce sont des héros. Ils jouent le tout pour le tout. Alors que le monde est actuellement confronté à la plus grande catastrophe nucléaire depuis celle de Tchernobyl en 1986, les salariés de la centrale de Fukushima, à 250 km au nord-est de Tokyo, seraient une cinquantaine à se battre. En temps normal, ils sont 800 à travailler sur le site. Mais une partie a été évacuée. La nuit dernière, ils ont bataillé sous la neige. Leur objectif : éviter à tout prix, et ce au péril de leur vie, la fusion du cœur des réacteurs, synonyme d’émanations radioactives importantes et dangereuses pour les populations avoisinantes.

Munis de combinaisons protectrices, ces hommes, qui sont de véritables sacrifiés, ont notamment pour tâche d’injecter de l’eau de mer dans le réacteur pour en refroidir le cœur. Mardi, le patron de l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) leur a rendu hommage. Ces personnels sont « exposés à des conditions folles », a-t-il confié. « Affreuses », disait même Thierry Charles, le directeur de la sûreté des installations de l’Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). À Tchernobyl, plusieurs dizaines de « liquidateurs » comme on les avait appelés, étaient morts, pour certains un mois après. Les plus irradiés étant ceux qui étaient intervenus les premiers jours et qui avaient survolé en hélicoptère le réacteur en feu.

À Fukushima, la situation est très préoccupante. La radioactivité a atteint des niveaux extrêmement élevés. Mardi, dans la salle de contrôle du réacteur 4, les doses étaient tellement fortes que les ingénieurs ne pouvaient quasiment plus travailler. Dans la nuit de lundi à mardi, un incendie s’est déclenché dans ce bâtiment contenant un bassin de rétention. Ce dernier abrite du combustible usagé, mais qui, faute de refroidissement, s’est mis à chauffer. Les salariés de Tepco, le géant de l’électricité qui exploite la centrale, ont dû effectuer des rotations dans la salle de contrôle pour limiter l’exposition à la radioactivité. Tepco a d’ailleurs annoncé mardi que quinze de ses « kamikazes » du nucléaire avaient été blessés. « Les doses peuvent même remettre en cause le fait de maintenir des travailleurs sur place, a expliqué Agnès Buzyn, la présidente de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français. On est inquiet pour leur capacité à tenir car la radioactivité a atteint des niveaux toxiques. »

Un choix volontaire

Si un accident de ce type se produisait en France, des « intervenants en situation d’urgence radiologique » seraient prêts à intervenir. Plusieurs catégories de personnels sont concernées, en tout des centaines peuvent être mobilisables. Il s’agit d’abord des pouvoirs publics (les pompiers des cellules formées pour les risques radiologiques, Samu), des salariés des exploitants des centrales nucléaires (comme EDF), et enfin, des agents du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), de l’IRSN ou des fabricants comme Areva. « Ces personnels font l’objet d’un suivi médical spécifique avec un examen complet chaque année », rapporte Julien Collet, directeur de l’environnement et des situations d’urgence de l’ASN. « Ce ne sont pas des superhéros hollywoodiens, insiste-t-on chez EDF. Quand on travaille dans une centrale nucléaire, le travail en équipe fait partie du quotidien. L’entraide n’est pas un vain mot. » Dans chacun des 19 sites nucléaires français, des volontaires s’inscrivent pour être appelés en cas d’accident.

C’est devant le médecin du travail que les salariés d’EDF doivent dire s’ils se portent ou non volontaires pour les situations d’urgence. « C’est du volontariat, il n’y a aucune pression », assure-t-on chez EDF, où le terme de « liquidateurs » fait sursauter. Car « la loi encadre les choses, et dire que ce sont des liquidateurs signifie que ce personnel est sacrifié ». En théorie, les interventions sont limitées dans le temps et les doses maximales sont clairement définies pour ces volontaires du nucléaire. À Fukushima, face à la réalité d’une telle catastrophe, rien ne permet de dire si de telles procédures ont été respectées.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.lefigaro.fr/internationa...

27 février 2020
Quand des villes refusent d’être vendues à des multinationales
À découvrir
27 février 2020
Face aux précarités du monde, cultivons une politique de la rencontre
Tribune
28 février 2020
Les candidats à la mairie de Paris confrontent leurs projets écologiques
Info