Le quotidien du climat
OBJECTIF :
70 000 €
89156 € COLLECTÉS
127 %
Je fais un don

Les objecteurs de croissance étudient comment « sortir du productivisme »

25 février 2012 / Mouvement des objecteurs de croissance

Les journées d’étude des objecteurs de croissance auront lieu du 9 au 11 mars, dans le Gard, sur le thème : « Sortir de l’industrialisme et du productivisme ».


Depuis 2009, les objecteurs de croissance se rencontrent en hiver et en été durant les (F)Estives : "Economie alternative au capitalisme" en février 2009, "Habiter, une critique de l’urbanisme" en mars 2010, "Territoires en transition" en mars 2011. Cet année le rendez-vous est fixé :

- 9-10 et 11 mars 2012, toujours à (10 km de) Saint-Jean du Gard : Sortir de l’industrialisme et du productivisme.

Même si vous n’y venez qu’une journée, ce sera déjà une bonne occasion de se rencontrer, de se connaître... D’autant que le programme est vraiment très riche :

Lutte contre le TGV Lyon-Turin, réappropriation des usages, syndicat du bien-vivre, luttes contre l’extractivisme, Fab Lab, atelier de bricologie, démantèlement du nucléaire, c’est du vent, reconversion par l’autogestion, revenir à une agriculture paysanne, scientisme et démocratie, le cas des grands chantiers navals, mesures de la Transition (Energie, CO2, déchets et décroissance)...

· Conversion des activités économiques : agriculture, industrie, services. Comment entreprendre, avec la participation des salariés et des usagers, la reconversion des activités néfastes ?
· Transition vers un mode de vie de sobriété et de non-dépendance énergétique : quels modes de production, pour quels produits ? Comment relocaliser la satisfaction de nos besoins ?
· Contre la marchandisation et la compétition dans les rapports sociaux, pour une nouvelle approche syndicale : le Bien Vivre. Quel mode d’organisation sociale, pour une démocratie généralisée, associant producteurs et usagers ?

Programme :

- Vendredi 9 mars

· 10h00 : Accueil général.
· 11h00 : Présentation générale du Séminaire (plénière).
· 12h30 : repas (on partage ce que chacun a apporté).

14h30 – 16h00 : Ateliers :
· No TAV : La lutte depuis près de 15ans en Val di Susa contre le projet de la ligne à grande vitesse de Lyon à Turin ; avec Sergio Ghirardi : Val di Susa et Little Big Horn.
· Mode de production, nature des produits et réappropriation des usages : avec Christian Sunt et les Cahiers d’usologie.
.
· Transition vers le bien-vivre contre la marchandisation et la compétition dans les rapports sociaux : nouvelle approche syndicale et nouveaux modes d’organisation sociale : avec Thomas Couderette.

16h30 – 18h00 : Ateliers :
· Contre la financiarisation de la nature, recréer du commun : avec Maxime Combes (ATTAC).
· FabLab, fabriquer du commun : avec Nicolas Lassabe (Artilect Fab Lab Toulouse).
· Auto Construire une approche alternative et sobre : Atelier de bricologie : http://www.bricologie.com/ et réseau d’autoconstructeurs.

Repas

· Film proposé : Bernard, ni dieu, ni chaussettes.
· Un poète local, « Léon », a été invité.

- Samedi 10 mars

10h00 – 12h00 : Longs ateliers du matin :
· Modalités de démantèlement et de reconversion de la filière du nucléaire : par quels moyens ? Avec Didier Glatigny.
· C’est du vent ! Le cas de l’éolien industriel, avec Thierry Brulavoine.
· Comment entreprendre la reconversion industrielle avec la participation des salariés et des usagers ? Avec Richard Neuville (Association pour l’autogestion).

Repas

14h30 – 16h00 : Ateliers :
· Remise en question du productivisme agricole, revenir à une agriculture paysanne. Avec Rémi Echinard, maraîcher à Crépol (Drôme).
· Science, recherche et démocratie : l’idéologisme de l’industrie et de la production, avec Lionel Larqué (Petits débrouillards).
· Le cas des Chantiers navals de l’Atlantique, avec Bertrand Chetodal.

16h30 – 18h00 : Grand débat de l’après-midi :

Énergie, CO2, déchets et décroissance : mesurons la Transition, de l’individuel au collectif.
Données, outils, exemples... vos idées, avec Boris Prat.

Repas

Film à prévoir + débat éventuellement avec un économiste atterré.

- Dimanche 11 mars

9h30 : Bilan général en plénière.

vers 11h00 : Départ pour la chaîne humaine pour sortir du nucléaire.




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Courriel à Reporterre du Mouvement des objecteurs de croissance

Lire aussi : Les Semaines de l’environnement se fichent de la performance.

17 décembre 2018
Les Gilets jaunes à Bordeaux : « Le gouvernement est sourd. Mais on les aura à l’usure »
Reportage
18 décembre 2018
Les solutions à la crise ? La répartition des richesses et du pouvoir !
Chronique
17 décembre 2018
Nous ne voulons pas que les robots remplacent les paysans
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Mouvement des objecteurs de croissance