Les partis ont-ils leur place dans les luttes de terrain ? La question déchire le mouvement européen contre les GPII

Durée de lecture : 6 minutes

17 mai 2014 / Barnabé Binctin (Reporterre)

Le Forum européen contre les Grands projets inutiles et imposés ne s’est pas accordé sur l’articulation des luttes avec la sphère politique.


- Rosia Montana (Roumanie), reportage

Si le quatrième FAUIMP semble atteindre une nouvelle phase de maturité, deux événements survenus dans la journée du vendredi 9 mai montrent que le mouvement de la société civile hésite sur la relation avec le monde politique : faut-il l’associer ou s’en tenir le plus éloigné possible ?

Dans la matinée, on apprend d’abord que la manifestation collective prévue à la fin du week-end – sorte de tradition visant à clore ce temps de réflexion par une mobilisation concrète et internationale, sur les lieux-même d’une lutte, comme cela s’était fait l’année dernière à Stuttgart – est annulée.

En cause ? La présence pour un meeting, ce même dimanche à Rosia Montana, de l’UDMR, l’Union démocrate magyare de Roumanie, le parti politique représentant l’intérêt de la minorité hongroise, particulièrement importante en Transylvanie. « Nous voulons éviter toute récupération politique », lâche un des organisateurs.

Plus tard dans l’après-midi, celui-ci prend la parole en préambule de la plénière au sujet de la fracturation hydraulique. Le ton est grave : sous la tente d’informations générales, à l’accueil, quelques tracts du parti marxiste-léniniste allemand ont été disposés sur les tables allouées aux différents collectifs.

L’accusateur qualifie ce geste de propagande. Une assemblée extraordinaire est convoquée le soir même, à 21 h. « Nous ne nous sommes jamais posés ensemble la question de notre rapport aux partis politiques, le moment est venu », explique-t-il en rendant le micro.

Malgré la nuit et le froid, le chapiteau est rempli et l’auditoire très attentif. Dans une ambiance lourde, le débat s’enclenche sur le risque d’instrumentalisation. Le fautif, aimablement appelé à s’expliquer, prend la parole : « Je ne suis pas venu en ‘’invasion dominante’’, je n’ai pas collé d’affiche électorale et j’avais demandé si je pouvais amener du matériel – ce qui a dû être mal compris. Pour moi, la vocation d’un parti politique est de relayer les mouvements sociaux ».

S’ensuivent des échanges animés. L’un rapporte sa désespérance à l’égard des hommes politiques : « Tout n’est que mensonge. La démocratie représentative est un système qui ne marche pas, il faut sortir de tout lien avec le politique, c’est à nous de prendre en main le changement, nous ne pouvons plus déléguer ».

Geneviève Coiffard-Grosdoy, de la coordination des opposants à Notre Dame des Landes, lui répond : « Il faut intégrer la nécessité d’interpeller les partis politiques dans la lutte, car la décision d’abandonner de tels projets [les Grands Projets Inutiles et Imposés, ndlr] est politique. Donc, bon gré mal gré, on est obligé de se soucier de la question. Notre mouvement de coordination en France regroupe 53 organisations, parmi lesquelles des partis politiques. Cela ne veut pas dire qu’ils font la loi, mais ils ont leur place. Ce qui compte, c’est la capacité de lutte ».

Le représentant marocain n’est pas convaincu, et relate son expérience : « Le mouvement du 20 février né des révolutions arabes pour demander des réformes constitutionnelles s’est retrouvé phagocyté par les politiques. Les leaders du mouvement ont fini par adopter la ligne de tel ou tel parti, et regardez où nous en sommes aujourd’hui… Un politicien est un menteur ».

Un autre joue le conciliateur : « Je ne me fais aucune illusion sur les politiques avec qui l’on travaille, mais si l’on veut gagner nos combats, il faut interagir avec eux car ils seront une part inévitable de la victoire. On ne peut pas prétendre qu’ils n’existent pas… » explique l’animateur anglais du collectif « Stop HS2 ».

Le clivage se dessine clairement. D’un côté, ceux qui se défient de la classe politique, de l’autre les pragmatiques. Les premiers l’emportent largement à l’applaudimètre. Ceci doit certes être replacé dans le contexte de Rosia Montana, où le mouvement d’opposition reste imperméable à tout parti politique.

Difficile en effet de trouver un militant roumain pour défendre l’idée de dialogue avec les politiques ; tous racontent les pots de vin, les retournements de veste et la corruption généralisée de la classe politique.

« Concernant Rosia Montana, les Canadiens ont arrosé tous les partis politiques, jusqu’au parti écologiste », raconte Adrian Maghinici, ancien vice-président du Partidul Ecologist Român qu’il a quitté il y a trois ans pour cette raison. Il suit désormais le dossier avec son ONG, tout en continuant de s’engager en politique, « mais plus en Roumanie : je suis candidat aux élections européennes sur une liste EELV en France ».

Le refus du politique serait ainsi un gage d’efficacité dans la lutte en Roumanie : « Cela a fédéré notre mouvement, tout en nous crédibilisant : les gens ne craignent pas que la démarche soit intéressée… » dit Sorana, membre du mouvement Save Rosia Montana.

Une approche que vient par ailleurs renforcer l’échec relatif rencontré par l’autre grande lutte écologiste en Roumanie, contre les gaz de schiste. Après avoir fait campagne contre l’exploration et l’utilisation de la fracturation hydraulique, le chef du Parti social-démocrate, Victor Ponta, y a finalement donné son feu vert quelques mois après avoir été nommé premier ministre.

« La présence de partis politiques, très tôt, a compromis les mobilisations contre les gaz de schiste car elles s’y sont adossées. Quand leur engagement dans la lutte a cessé suite à leur entrée au gouvernement, le mouvement s’est effondré », relate Ioana Pasc, qui a participé à ce mouvement avec l’association Vira.

La conclusion du débat établit que « chaque lutte doit étudier et définir les relations qu’elle peut avoir avec le monde politique ». Les mouvements d’opposition aux GPII refusent en fait de choisir. « C’est un syndrome classique des forums sociaux, ce qu’on appelle l’« appelisme » : on se réunit autour de quelques grandes idées pour lancer des appels qui font consensus, et c’est tout. On ne se structure pas pour autant au sein d’une organisation plus formalisée », déplore Christophe, du mouvement Utopia.

Avec quelques camarades, il est venu proposer l’idée d’une ICE (Initiative citoyenne européenne, mécanisme européen [déjà utilisé pour défendre un revenu universel, entre autres) contre les grands projets inutiles et imposés, afin de porter plus loin cette lutte dans les institutions de l’Union Européenne. Une suggestion restée lettre morte, mais qui place les opposants aux GPII face à une question déterminante : comment, avec qui et sur quels terrains prolonger efficacement la lutte ?


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Barnabé Binctin pour Reporterre

Lire aussi :
. La question sur le rapport au politique traverse d’autres mouvements sociaux, tels que celui de la Transition, pour lequel Reporterre avait déjà rapporté les éléments de réflexion sur le sujet.

. La lutte européenne contre les grands projets inutiles s’élargit au gaz de schiste et aux projets miniers


Cet article a été rédigé par un journaliste professionnel et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien
20 septembre 2019
À Paris comme dans le monde, la jeunesse en grève pour le climat
Reportage
21 septembre 2019
Le mouvement pour le climat mise gros sur la désobéissance civile
Enquête




Du même auteur       Barnabé Binctin (Reporterre)