Les plantes sauvages au secours de l’humanité

Durée de lecture : 1 minute

18 avril 2016 / George Oxley



Il y a vingt ans à Sarajevo, les habitants ont survécu à quatre années de siège en consommant 170 plantes sauvages. Mais au-delà de cette fonction nourricière, ces herbes folles jouent un rôle de sentinelles de l’environnement. Elles sont le langage du sol, elles anticipent les réactions aux changements climatiques et environnementaux. Leur présence ou leur absence est significative des maltraitances que nous faisons subir à la planète.

Depuis la découverte du biome humain, de notre incroyable biodiversité microbienne et fongique, nous prenons conscience de l’intime affinité que nous entretenons avec le sol vivant et son évolution. Sachons reconnaître que de sa bonne santé dépend la nôtre, notamment à travers l’alimentation, avant que nos enfants n’en subissent les dramatiques conséquences : autisme, dégénérescence...

Biologiste et homme de terrain, l’auteur décrit précisément les bienfaits multiples des plantes et s’appuie sur des faits scientifiques vérifiables pour montrer que les plantes ont continuellement été à nos côtés, qu’elles ont encore beaucoup de solutions à nous fournir et qu’il nous faut rapidement brandir la fleur au fusil !


-  La fleur au fusil. Nutrition, santé, climat : la science des plantes sauvages pour sauver l’homme par George Oxley, Gallimard, 144 p., 17 €.

- Source : Gallimard





Lire aussi : Il se nourrit de plantes sauvages et s’en porte bien
18 novembre 2020
Locataires et précaires, grands oubliés de la rénovation
Enquête
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
21 novembre 2020
Face au géant Veolia-Suez, la régie publique de l’eau se développe
Enquête