Les shadoks luttent contre le changement climatique

Durée de lecture : 1 minute

18 janvier 2008 / Les Verts

Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, il faut réduire la part du transport routier et stimuler le chemin de fer, moins polluant. Logiquement, la France ferme donc 250 gares de marchandises et réduit le nombre d’employés du fret ferroviaire…

Les Verts estiment une fois de plus inconséquente l’action du gouvernement en matière environnementale et sociale. D’un côté, annonce du développement ferroviaire et de modes de consommations d’énergies alternatives, de l’autre, fermeture de plus de 250 gares de marchandise et suppression de plusieurs milliers de postes en 2007 et d’un millier au bas mot pour le fret dans le budget SNCF en 2008. D’un côté grand tralala du Grenelle et sauvetage de la planète la main sur le cœur, de l’autre aucun effort financier pour sortir du tout voiture, gangrène de notre planète et raison majeure du dérèglement climatique. D’un côté, décroissance des emplois à venir pour toute l’économie reposant sur le pétrole, de l’autre, une politique de restriction du nombre d’emplois. "Ceux qui restent gagneront plus" dit la direction de la SNCF. Comme M. Sarkozy l’a promis dans tous les secteurs en particulier public, en particulier pour l’éducation. Et ceux qui ne travailleront plus, qu’en fera-t-on ? "Que reste-t-il du Grenelle, si ce n’est des promesses et des déceptions ?", s’interroge enfin Anne Souyris, porte-parole des Verts.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://lesverts.fr

20 janvier 2020
Agir localement pour changer l’avenir
Tribune
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
20 janvier 2020
Les activités industrielles causent de plus en plus de séismes
Info




Du même auteur       Les Verts