Les squatteurs de la Place des Vosges continuent le combat

Durée de lecture : 1 minute

1er février 2010 / Jeudi Noir


Les militants de Jeudi-Noir ont décidé de rester et de faire appel.

Désormais expulsables ils engagent une médiation et proposent de participer aux charges à hauteur du préjudice reconnu par la justice à la propriétaire pour les mois de novembre et décembre, soit 3400 euros par mois (voir « Pourquoi nous restons » http://ministeredelacrise.blogs.lib...

Dans l’attente de l’issue de cette médiation, ils ont décidé d’ouvrir le bâtiment sur l’extérieur pour démontrer que l’occupation ne nuit pas, bien au contraire. Après la nuit de solidarité de mardi, la journeé portes ouvertes de samedi, le ciné club (tous les lundi) et le prêt de salles aux artistes ou troupes de théatre, Jeudi-Noir accueille le lancement de la semaine anticoloniale.

Par ailleurs, et puisque le mal logement ne frappe pas qu’à Paris, le collectif « Jeudi-Noir Lyon » a décidé de remettre le couvert et vous invite à sa prochaine action mercredi 3. A Lyon évidemment.

Mardi 2

Les habitants accueillent la conférence de presse de la semaine anti-coloniale.
Mardi 2 février 10h30 - Entrée par le 11 bis rue de Birague

Mercredi 3

Action à Lyon avec les « gones » galériens du coin.
Rdv mercredi 3 février 16h45 place du Carroussel (à Lyon)

5€ pour une attestation CAF, consignes données aux salariés de tout faire pour conserver la caution (5€ pour trou au mur, 140 € pour frais de nettoyage de parking,...) facturation de frais de relance ou de quittance illégaux, frais d’agences astronomiques,...

« 77% des agences immobilières sont des escrocs d’après la DGCCRF, nous demanderons des comptes sur place... »

Lire : http://www.minefe.gouv.fr/direction...



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre.

Infos : http://www.jeudi-noir.org/

Lire aussi : Une habitante de Neuilly défend son bien http://www.reporterre.net//spip.php...

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
27 juillet 2019
Voiture reine, magasins à perte de vue... Bienvenue à la zone commerciale géante de Plan-de-Campagne
Reportage




Du même auteur       Jeudi Noir