Les trusts agro-alimentaires sont en train d’avaler le bio

Durée de lecture : 2 minutes

27 février 2014 / The Cornucopia Institute

Les grandes entreprises agro-alimentaires des Etats-Unis achètent de plus en plus de petits producteurs de produits d’agriculture bio, révèle une étude.


La concentration des entreprises de la chaîne alimentaire a été largement cachée aux consommateurs. Les choses changent, grâce à des outils infograhiques comme celui de Philip Howard, publié pour la première fois en 2003.

Mis à jour le 13 février, le tableau donne un aperçu de la structure de l’industrie alimentaire biologique, montrant les acquisitions et les alliances des cent plus importants fabricants de produits alimentaires en Amérique du Nord. Le tableau permet aux consommateurs de voir en un coup d’oeil quelles entreprises dominent le marché du bio aux Etats-Unis.

Les principaux changements depuis la dernière version, en mai 2013, montrent l’acquisition en décembre 2013 par WhiteWave de la firme Earthbound Farm, le plus grand fournisseur de produits biologiques de la nation, pour 600 millions de dollars. Coca-Cola a quant à lui acheté une participation de 10 % dans Green Mountain Coffee.

Le graphique montre que de nombreuses marques emblématiques organiques sont la propriété des titans de la malbouffe, vendeurs d’aliments transformés et sucrés, les mêmes qui ont dépensé des millions pour empêcher les initiatives d’étiquetage des OGM en Californie et à Washington.

General Mills, Coca-Cola, JM Smucker et de nombreuses autres sociétés propriétaires de marques bio ont dépensé de grosses sommes pour refuser aux citoyens le « droit de savoir ce qu’il y a dans leur nourriture ».

« Les consommateurs qui veulent consommer des produits alimentaires conformes à leurs idéaux d’agriculture bio doivent être informés et choisir des marques indépendantes », conseille Philip Howard qui a réalisé ce graphique pour l’institut Cornucopia.

Cet institut de recherche sur l’agriculture et l’alimentation fournit aux consommateurs et aux petits fermiers en agriculture biologique des informations qui défendent l’écologie et la sagesse économique, principes de base d’une agriculture soutenable et biologique.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Article en anglais de Cornucopia, traduit par Elisabeth Schneiter pour Reporterre.

Lire aussi : Tempête à l’INRA autour d’un rapport sur l’agriculture biologique

24 janvier 2020
Des habitants d’un village du Nord se dressent contre un pylone de téléphone
Enquête
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
27 janvier 2020
« Nous appelons à des luttes locales et coordonnées contre les projets industriels »
Tribune