Les trusts agro-alimentaires sont en train d’avaler le bio

27 février 2014 / The Cornucopia Institute

Les grandes entreprises agro-alimentaires des Etats-Unis achètent de plus en plus de petits producteurs de produits d’agriculture bio, révèle une étude.


La concentration des entreprises de la chaîne alimentaire a été largement cachée aux consommateurs. Les choses changent, grâce à des outils infograhiques comme celui de Philip Howard, publié pour la première fois en 2003.

Mis à jour le 13 février, le tableau donne un aperçu de la structure de l’industrie alimentaire biologique, montrant les acquisitions et les alliances des cent plus importants fabricants de produits alimentaires en Amérique du Nord. Le tableau permet aux consommateurs de voir en un coup d’oeil quelles entreprises dominent le marché du bio aux Etats-Unis.

Les principaux changements depuis la dernière version, en mai 2013, montrent l’acquisition en décembre 2013 par WhiteWave de la firme Earthbound Farm, le plus grand fournisseur de produits biologiques de la nation, pour 600 millions de dollars. Coca-Cola a quant à lui acheté une participation de 10 % dans Green Mountain Coffee.

Le graphique montre que de nombreuses marques emblématiques organiques sont la propriété des titans de la malbouffe, vendeurs d’aliments transformés et sucrés, les mêmes qui ont dépensé des millions pour empêcher les initiatives d’étiquetage des OGM en Californie et à Washington.

General Mills, Coca-Cola, JM Smucker et de nombreuses autres sociétés propriétaires de marques bio ont dépensé de grosses sommes pour refuser aux citoyens le « droit de savoir ce qu’il y a dans leur nourriture ».

« Les consommateurs qui veulent consommer des produits alimentaires conformes à leurs idéaux d’agriculture bio doivent être informés et choisir des marques indépendantes », conseille Philip Howard qui a réalisé ce graphique pour l’institut Cornucopia.

Cet institut de recherche sur l’agriculture et l’alimentation fournit aux consommateurs et aux petits fermiers en agriculture biologique des informations qui défendent l’écologie et la sagesse économique, principes de base d’une agriculture soutenable et biologique.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Article en anglais de Cornucopia, traduit par Elisabeth Schneiter pour Reporterre.

Lire aussi : Tempête à l’INRA autour d’un rapport sur l’agriculture biologique

13 novembre 2018
Contre le GCO, ils et elles poursuivent la grève de la faim
Reportage
14 novembre 2018
Élections européennes : seule une liste unique sauvera la gauche
Tribune
14 novembre 2018
En Suède, la « taxe carbone » est bien acceptée
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre