Les ventes d’armes augmentent malgré la crise économique

Durée de lecture : 2 minutes

23 février 2011 / SIPRI

Les Etats-Unis et l’Europe occidentale restent de loin les principaux fournisseurs d’armes du monde.


(Stockholm, le 21 Février 2011)

Malgré la récession économique qui a marqué l’année 2009, les ventes d’armes combinées des 100 plus importantes firmes d’armement (Top 100) ont augmenté de 14,8 milliards de dollars depuis 2008, atteignant 401 milliards de dollars en 2009, soit une augmentation de 8 % en termes réels selon les nouvelles données publiées aujourd’hui par l’Institut International de Recherche sur la Paix de Stockholm (SIPRI).

Les ventes d’armes combinées des 100 plus importantes firmes d’armement (Top 100) sont toujours à la hausse, accusant une progression de 59% en termes réels depuis 2002.

Les ventes d’armes des 10 principales firmes d’armement (Top 10) avoisinent 228 milliards de dollars, ce qui représente 56,9% du total des ventes d’armes du Top 100 du SIPRI en 2009.

Selon le Dr Susan Jackson, spécialiste de l’industrie de l’armement au SIPRI, « les dépenses en biens et services militaires du gouvernement des États-Unis sont un facteur déterminant de l’augmentation des ventes d’armes des entreprises américaines productrices d’armes et prestataires de services militaires et des entreprises d’Europe Occidentale qui sont présentes sur le marché américain des armes et services militaires ».

Des différences régionales majeures

Sur les 100 principales entreprises d’armement, 78 sont basées aux Etats-Unis et en Europe Occidentale. Leurs ventes d’armes ont atteint 368 milliards de dollars, totalisant 91,7% du total des ventes d’armes du Top 100 du SIPRI en 2009.

En détail, la répartition régionale des entreprises du Top 100 est la suivante :
- 45 firmes du Top 100 sont basées aux Etats-Unis. Leurs ventes d’armes ont quasiment atteint 247 milliards de dollars.
- 33 firmes du Top 100 sont basées dans neuf pays d’Europe Occidentale (Allemagne, Espagne, Finlande, France, Italie, Norvège, Royaume-Uni, Suède et Suisse). Leurs ventes d’armes ont atteint 120 milliards de dollars, c’est-à-dire 30% des ventes d’armes du Top 100.
- 26 des principales firmes d’Europe Occidentale sont basées dans quatre pays : Allemagne, France, Italie et Royaume-Uni.

Dix firmes du Top 100 sont basées en Asie - à l’exclusion des entreprises chinoises - (3 en Inde, 4 au Japon, 1 à Singapour, 2 en Corée du Sud), et 5 au Moyen-Orient (3 en Israël, 1 au Koweït, 1 en Turquie). Les ventes d’armes combinées des firmes du Top 100 issues de ces deux régions s ́élèvent à 24 milliards de dollars, ce qui représente 6% du total des ventes
d’armes du Top 100 pour 2009.

Aucune firme du Top 100 de 2009 n’est basée en Amérique Latine ou en Afrique.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse.

Texte original en anglais

28 mars 2020
En Grèce, les migrants enfermés subissent en plus le coronavirus
Reportage
28 mars 2020
Pour limiter les pandémies, les humains doivent « décoloniser le monde »
Enquête
27 mars 2020
Le monde qui vient n’a rien d’une utopie, c’est un cauchemar
Tribune