Faire un don
28970 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
36 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Lettre ouverte à Charlie Hebdo

Durée de lecture : 3 minutes

13 janvier 2015 / Patrick Flouriot

Les attentats vont-ils favoriser le recul des libertés ? Peut-on résumer ces événements à une lutte de la liberté contre le fanatisme, des Lumières (sous-entendues cartésiennes) contre l’obscurantisme (sous-entendu religieux) ? Non. « Les mondes musulmans ont terriblement besoin d’une main tendue, face aux terroristes qui prétendent confisquer leur parole. »

Ce qui a déclenché cet attentat est le droit au blasphème, considéré à juste titre par les Occidentaux comme le fer de lance de la liberté d’expression. La civilisation occidentale, dans son élan universaliste, présuppose que la fin du sacré religieux vaut pour tout le monde. Est-ce respectable ? Oui. Mais atteignons-nous notre but, qui devrait être de vivre libres, et tous libres, en défendant haut et fort le droit au blasphème ? Cela reste à prouver.

Ainsi Charlie Hebdo, qui lutte pour ce droit, mais aussi et surtout contre l’absurdité générale, risque de faire l’expérience absurdissime de servir d’étendard à tout ce que le monde compte de va-t-en-guerre contre l’islam ; de justifier des lois liberticides, une hausse des budgets militaires ; de conforter dans ses idées rances la foule de plus en plus nombreuse qui vote pour les extrêmes. Ça fait cher le droit de blasphème. Très cher.

Car enfin, l’essentiel est-il de dénoncer l’obscurantisme au sens large, y compris celui qui mijote dans nos villes, nos campagnes, ou de dénoncer l’obscurantisme islamique comme s’il s’agissait d’une vitrine de tous les fanatismes ?

Bien sûr, le fanatisme islamique a ses tueurs, qu’il faut combattre sans pitié. Mais arrêtons de présenter les terroristes comme des décérébrés, ex-vendeurs de shit ayant succombé au plaisir égotiste de faire la Une des journaux, même si, à l’occasion, cela les représente bien à titre individuel.

Ces tueurs-là sont, entre autres, le poison qui sourde d’un sentiment diffus, mais tenace : le sentiment, au sein de l’immense majorité des musulmans qu’on leur manque de respect en caricaturant leur croyance.

Et en effet, nous imposons notre liberté de blasphème à des sociétés qui ne veulent pas - ou pas encore - l’accepter. Est-ce un crime de ne pas avoir fait la Révolution française ? Dans une écrasante majorité, ces musulmans ne prennent pas les armes pour autant, fort heureusement. Mais tant que ce sentiment de manque de respect durera, il y aura des fous pour commettre des massacres.

So what ? Mourir pour des idées... Ou avancer dans la compréhension entre les peuples ? La liberté et le respect de nos différences sont-ils irréconciliables ? Avons-nous, en fait, un autre choix, si nous voulons faire progresser la paix, l’amitié et surtout, la liberté ?

La rédaction de Charlie Hebdo a aujourd’hui une occasion historique : celle de faire le premier pas dans le sens d’un apaisement, malgré le drame qui vient de se passer. Vous avez aujourd’hui beaucoup de monde à vous suivre : la direction que vous prendrez sera symbolique et cruciale. Quant aux mondes musulmans, ils ont terriblement besoin d’une main tendue, face aux terroristes qui prétendent confisquer leur parole.

Hissez les couleurs de la liberté d’expression drapée dans sa dignité contre le fanatisme islamique décérébré, et vous participerez à coup sûr à une confrontation de civilisations qui ne servira aucunement la liberté et la rigolade.

Partez à la rencontre des musulmans du monde, en Mauritanie, au Maroc, en Indonésie, à Gaza, en Iran ou en Syrie, dans ces pays qu’on présente maintenant dans les médias comme les frontières barbares alors qu’ils sont d’exceptionnelles civilisations ; dessinez avec leurs caricaturistes, ouvrez-leur vos colonnes ; brocardez et moquez - moderato d’abord, car la liberté d’expression, cela s’apprend.

Riez avec les musulmans en terre d’islam. Quand vous aurez réussi à faire rire leurs grenouilles de bénitier, alors, oui, vous aurez fait avancer la compréhension entre les peuples, la paix, donné un exemple fondateur et fait reculer l’obscurantisme. Et oui, ce jour-là, vous aurez hissé haut le drapeau de la Liberté : celui d’un monde plus humain.



Lire aussi : « Pour empêcher le risque de la logique guerrière : la citoyenneté terrienne »

Source : Courriel à Reporterre de Patrick Flouriot

Patrick Flouriot est créateur et éditeur du magazine mauritanien Nouakchott Citymag (2006-2014). Il édite Cram Cram, magazine invitant les enfants à la découverte des autres cultures.

Dessin : Arthur et Louis.

7 décembre 2019
COP25 : les négociations internationales sur le climat s’enlisent
Info
8 novembre 2019
La réforme de l’assurance chômage va « hacher menu » les précaires
Entretien
7 décembre 2019
VIDÉO - Thomas Piketty : « Il va y avoir des crises sociales extrêmement violentes »
Entretien