Liste des 44 famillles françaises les plus riches exilées en Suisse

Durée de lecture : 2 minutes

3 avril 2012 / Le Mouton noir


LISTE DES 44 FAMILLES FRANCAISES LES PLUS RICHES EXILEES EN SUISSE :

(Avec estimation de leur fortune en euros, selon le mensuel suisse Bilan)

- Famille Wertheimer (Chanel) : de 3,2 à 4 milliards
- Famille Castel (vins et spiritueux) : de 3,2 à 4 milliards
- Famille Primat (Schlumberger) : de 1,6 à 2,5 milliards
- Benjamin de Rothschild (Groupe Rothschild) : de 1,6 à 2,5 milliards
- Famille Peugeot (PSA) : de 1,2 à 1,6 milliard
- Famille Lescure (Seb, Tefal, Rowenta, Krups, Moulinex, Calor) : de 1,2 à 1,6 milliard
- Famille Bich (Bic) : de 1,2 à 1,6 milliard
- Famille Mimran (Compagnie sucrière sénégalaise) : de1,2 à 1,6 milliard
- Héritiers Louis-Dreyfus (Groupe Louis-Dreyfus, OM) : de 815 millions à 1,2 milliard
- Claude Berda (fondateur d’AB Prod) : de 815 millions à 1,2 milliard
- Paul-Georges Despature (Damart) : de 815 millions à 1,2 milliard
- Famille Murray : de 815 millions à 1,2 milliard
- Nicolas Puech (Hermès) : de 815 millions à 1,2 milliard
- Familles Defforey et Fournier (Carrefour) : de 650 à 730 millions
- Famille Zorbibe (Lancel) : de 400 à 490 millions
- Roger Zannier (Z, Kenzo, Kookaï, Oxbow, Chipie) : de 400 à 490 millions
- Famille Lejeune (Seita) : de 325 à 400 millions
- Philippe Jabre (Jabre Capital Partners) : de 325 à 400 millions
- Famille Harari : de 325 à 400 millions
- Famille Taittinger (champagne) : de 325 à 400 millions
- Alexandra Pereyre de Nonancourt (champagne Laurent-Perrier) : de 245 à 325 millions
- Denis Dumont (Grand Frais) : de 245 à 325 millions
- Michel Lacoste (Lacoste) : de 245 à 325 millions
- Georges Cohen (Groupe Sogeti) : de 245 à 325 millions
- Nicole Bru-Magniez (laboratoires UPSA) : de 165 à 245 millions
- Michel Reybier (Cochonou, Aoste, Justin Bridou) : de 165 à 245 millions
- Alain Duménil (Acanthe Développement) : de 165 à 245 millions
- Serge Kampf (Capgemini) : de 165 à 245 millions
- Bruno Moineville (Réseaux câblés de France) : de 165 à 245 millions
- Antoine Zacharias (Vinci) : de 165 à 245 millions
- Hugues de Montfalcon de Flaxieu (Maxiris) : de 165 à 245 millions
- Christian Picart (Buffalo Grill) : de 165 à 245 millions
- Jean Pigozzi (Simca) : de 165 à 245 millions
- Michèle Bleustein-Blanchet (Publicis) : de 165 à 245 millions
- Thierry Roussel (?) : de 165 à 245 millions
- Daniel Hechter (Hechter) : de 80 à 165 millions
- Philippe Hersant (groupe Hersant Média) : de 80 à 165 millions
- Paul Dubrule (Accor) : de 80 à 165 millions
- Jean Louis David (Coiffure) : de 80 à 165 millions
- Maurice et David Giraud (Pierre & Vacances) : de 80 à 165 millions
- Eric Guerlain (Christian Dior) : de 80 à 165 millions
- Famille Ducros (Ducros) : de 80 à 165 millions
- Jérôme DeWitt (horlogerie) : de 80 à 165 millions
- Dominique Frémont (Mauboussin) : de 80 à 165 millions.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Le mouton noir

Consulter aussi : DOSSIER - Le revenu maximal admissible (RMA) : pourquoi ? comment ?

17 octobre 2019
EN VIDÉO – Le 115 du particulier, une communauté autogérée d’anciens SDF
Alternative
17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien
17 octobre 2019
Crues au nord, assèchement au sud : la crise climatique dérègle déjà nos rivières
Info