Manifestation le 7 décembre contre les grands projets imposés

Durée de lecture : 4 minutes

6 décembre 2013



Manifestation contre les projets inutiles imposés

samedi 7 décembre à Brest
à 11h00 – Place de la Liberté


Aéroport à Notre-Dame-des-Landes, ligne ferroviaire Lyon-Turin, réacteur thermonucléaire ITER à Cadarache, centrale à gaz à Landivisiau, et tant d’autres projets ici et ailleurs...

Refusons les projets inutiles imposés !
Mettons un terme au temps des pharaons !

Tandis que les situations économique, sociale et environnementale se dégradent chaque jour, tous les projets inutiles et imposés via des simulacres de démocratie sont des réponses inadaptées aux besoins des populations et aux enjeux du présent. Ils sont révélateurs d’une vision politique obsolète fondée sur l’idée que les ressources naturelles sont inépuisables.

Que ce soit le projet de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, de la centrale à gaz à Landivisiau, de la ZAC à Daoulas, de la rocade de Lanrinou à Landerneau, de la route qui détruira la vallée du Restic à Brest, de la carrière d’extraction de sable à Plouguin, de ports de plaisance au Guilvinec ou au Diben (Plougasnou)... tous ces projets ont en commun : la destruction des liens humains, des terres agricoles, des zones humides et de la biodiversité... Ils freinent la création d’un modèle de développement humainement responsable. Ils persistent à promouvoir des infrastructures pour servir les intérêts privés d’une minorité de personnes.

Des projets destructeurs d’emplois et de terres agricoles

C’est environ 86 000 hectares de terres agricoles qui disparaissent chaque année en France au profit de l’urbanisation, soit l’équivalent d’un département français de taille moyenne tous les 7 ans ! Des emplois dépendent de cette terre nourricière : « Nous avons perdu 160 000 emplois paysans en 10 ans – l’équivalent de deux plans sociaux PSA/Citroën par an dans la plus grande indifférence » constate la Confédération paysanne ! L’accaparement des terres sous différentes formes est à l’œuvre ici et ailleurs dans le monde et la souveraineté alimentaire des peuples est partout menacée.

Des projets nuisibles et polluants

Les projets inutiles et imposés contribuent à la production de gaz à effet de serre et au désastre climatique en cours. L’environnement est irrévocablement saccagé, le niveau des mers et des océans ne cesse de s’élever, les conditions de vie et la santé des populations sont sacrifiées au bénéfice de l’intérêt financier. Conséquences de taille sur les gaz à effet de serre : 5 millions de tonnes de CO2 pour le seul projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Une centrale à gaz de 450 Mégawatt à Landivisiau dégagerait dans l’atmosphère 1 million de tonne de CO2 par an !

Des gaspillages d’argent public

Ces projets financés ou co-financés, pour la plupart, avec de l’argent public ont un coût exorbitant. Sur la centaine de Grands Projets Inutiles Imposés (GPII) recensés en France et en n’en prenant que quelques-uns parmi eux, on arrive déjà à des sommes considérables ! Un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, sans les travaux connexes, coûterait en fonds publics pour le moins 250 millions d’euros. Une centrale à gaz à Landivisiau 40 millions d’euros par an durant au moins 20 ans reconductible, soit 40 ans, donc entre 800 millions d’euros et 1,6 milliard d’euros. Le projet de réacteur thermonucléaire ITER coûterait 15 milliards d’euros ! La ligne ferroviaire Lyon-Turin coûterait 26 milliards d’euros selon la Cour des comptes.

Au total, rien que pour ces projets, il s’agit de plus de 45 milliards d’euros ! Il faudrait accepter ces gaspillages d’argent public tandis qu’à longueur de temps l’État nous dit que ses caisses sont vides et qu’il augmente la pression fiscale sur les moins lotis ?

Alors : gouverner c’est choisir ! Choisir de rester dans l’impasse, de jeter par les fenêtres l’argent public, de détruire les emplois et les terres, au nom et au profit d’une minorité ; ou bien construire pour tous un avenir durable et non délocalisable. Pour cela il faut lutter contre le gaspillage en bloquant ces projets inutiles imposés.

Rejoignez les résistances !

Comités de soutien à Notre-Dame-des-Landes de Brest, Morlaix, Landerneau et Pays Bigouden - Collectif GASPARE - Landivisiau doit dire Non à la centrale - Collectif « Pour la sauvegarde de la vallée du Restic » (Brest) - Collectif Stop Lanrinou (Landerneau) - Association ADEL et le collectif « Zone Agricole à Conserver » (Daoulas) - Association « Bien vivre à Plouguin et ses environs » - Opposant.e.s à l’extension de la ZAC de l’Hermitage à Brest






Source : Courriel à Reporterre

Voir par ailleurs Les événements de Reporterre

29 septembre 2020
Loi Asap : le gouvernement continue à défaire le droit de l’environnement
Info
29 septembre 2020
Sites dangereux : « On rogne sur le droit plutôt que recruter des inspecteurs »
Entretien
26 septembre 2020
La France lance un chalutier géant « fossoyeur des mers »
Reportage