Manifestations au Portugal et en Grande-Bretagne contre l’austérité

Durée de lecture : 3 minutes

3 octobre 2011 / Jean-Pierre Anselme, avec AFP




Contre les plans d’austérité infligés par leurs gouvernements, l’UE et le FMI, 160.000 personnes ont manifesté samedi 1 octobre 2011, à Lisbonne et à Porto, et dimanche 2 ocotbre, ils étaient 35.000 à Manchester pour accueillir le congrès du parti conservateur au pouvoir.

Portugal : « Il faut un projet politique alternatif »

À l’appel de la CGTP, la principale confédération syndicale, 130.000 manifestants à Lisbonne et 30.000 manifestants à Porto, fonctionnaires et salariés du privé, ont défilé samedi après-midi pour protester contre les mesures d’austérité du gouvernement de droite de Pedro Passos Coelho, issu des élections de juin dernier.

« Il est temps de changer de cap (…). La démocratie est aujourd’hui fortement affectée (...). Il faut un projet politique alternatif », a lancé Manuel Carvalho da Silva, le secrétaire général de la CGTP, lors d’un discours prononcé à la fin du défilé à Lisbonne. Il a par ailleurs annoncé une semaine d’action pour poursuivre la lutte contre « l’appauvrissement et les injustices », conformément aux mots d’ordre des manifestations de samedi, avec plusieurs grèves du 20 au 27 octobre prochain.

« Assez de Troïka » et « Non à l’ingérence du FMI », proclamait une banderole en lettres rouges portée par les manifestants à Lisbonne arborant des autocollants portant l’inscription : « Nous disons non à ce programme d’agression. »

Le peuple Portugais est confronté à une série de mesures d’austérité dictées par l’Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) : taxe extraordinaire sur les revenus, diverses hausses d’impôts, baisse des prestations sociales, privatisations, maintien du gel des salaires et des embauches des fonctionnaires.

Mercredi 28 septembre, à Lisbonne, plusieurs centaines de policiers et gendarmes qui avaient pour ordre de briser la contestation sociale ont fini par la rejoindre. Les policiers exigent de meilleures conditions de travail et le respect d’un accord salarial convenu en 2010. Revendications rejetées par le gouvernement.

Grande Bretagne : « Le moment est venu de se battre »

Au cri de « conservateurs pourris, dehors ! », 35.000 personnes ont défilé à Manchester dimanche, au premier jour du congrès du Parti conservateur britannique au pouvoir (Tories, à l’appel de la confédération des syndicats britanniques, le Trades Union Congress (TUC), qui a intitulé le défilé : « L’alternative - emplois, croissance, justice ».

Les pancartes dans la foule affirmaient : « Les coupes ne sont pas le remède », « Manchester, une ville unie contre les coupes » ou encore, à l’adresse du Premier ministre conservateur David Cameron : « Il doit partir ».

Le gouvernement britannique, auquel participent les conservateurs et les libéraux-démocrates, a lancé l’an dernier un plan d’austérité drastique, considéré comme l’un des plus sévères des grands pays développés, afin de venir à bout d’ici 2015 d’un déficit colossal. Ce plan se traduit notamment par une réforme des retraites du secteur public et la suppression de plus de 300.000 postes d’ici quatre ans dans le public.

Fin juin 2011, une grève de 24 heures avait été organisée contre la réforme des retraites, le plus grand conflit social depuis l’arrivée au pouvoir de M. Cameron en mai 2010. Des milliers d’écoles étaient restées fermées et l’activité de nombreux tribunaux et centres pour l’emploi avait été perturbée.

Les syndicats comptent organiser le 30 novembre une autre grève sur le même sujet. « On est sur le point d’avoir la plus grande grève depuis 80 ans en Grande-Bretagne », a lancé dimanche Mark Serwotka, à la tête du Public and Commercial Services Union (PCS), premier syndicat de la fonction publique d’État).

« Si après le 30 novembre, ils ne font pas marche arrière, s’ils continuent avec les coupes, continuent à nous voler nos retraites, et bien on fera encore grève jusqu’à ce qu’on gagne, a-t-il ajouté. Le moment est venu de se battre, le moment est venu de faire échouer le gouvernement. »






Source : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean...

18 janvier 2021
Les armes non létales, un mythe qui légitime les violences policières
À découvrir
16 janvier 2021
Des collectifs citoyens repoussent l’installation d’antennes de téléphone
Info
18 janvier 2021
VIDÉO — À Notre-Dame-des-Landes, un anniversaire sous le signe de la reconstruction
Reportages