Manuel d’antispéculation immobilière

Durée de lecture : 3 minutes

24 novembre 2014

Manuel d’antispéculation immobilière. Une introduction aux fiducies foncières communautaires, sous la direction de John Emmeus Davis.


Au lieu de considérer la terre comme une ressource commune devant faire l’objet d’un usage partagé, notre système voit la terre et le patrimoine bâti qui s’y trouve comme des propriétés individuelles à vendre au plus offrant. Au point où l’on considère généralement comme un droit indiscutable le fait de pouvoir accumuler des terres et des propriétés autant qu’on le peut : la spéculation étant désormais ancrée dans les cultures occidentales.

C’est pour contrer ce phénomène, source d’inégalités sociales, qu’est né ce Manuel d’antispéculation immobilière afin de développer le modèle des fiducies foncières communautaires (FFC et CLT en anglais pour Community Land Trust).

Cette formule s’est développée selon une tradition ancienne où la terre est traitée comme un héritage collectif. Elle consiste à encourager la propriété de terrains par ceux qui sont prêts à y vivre et à l’utiliser, et non pas par ceux qui désirent en prendre possession dans le seul but de s’enrichir.

Cette tradition favorise les bonnes utilisations et le développement intelligent, tout en conservant en commun les gains qui résultent de l’effort collectif. C’est en puisant dans ces traditions que s’est développé le modèle des FFC, véritable antidote à la logique spéculative qui gangrène les marchés immobiliers et fonciers traditionnel et qui prive nombre d’individus l’accès à un logement décent ou à une terre pour subvenir à leurs besoins.

Les textes qui composent Le manuel d’antispéculation immobilière visent à montrer ce qui a inspiré et défini ce concept et à donner des outils pour mettre de l’avant ce type d’initiatives. Les différents auteurs y démontrent comment l’innovation que constitue la FFC en matière d’occupation de la terre puise ses racines dans des expériences aussi diverses que les Cités-jardins en Angleterre, les villages Gramdam en Inde et le mouvement pour les droits civiques dans le sud des États-Unis.

Le présent manuel est bonifié par un aperçu de ce qui se fait sur cette question au Québec, en Belgique (CLT Bruxelles et CLT Wallonie) et en France (CLT France).

Dans un contexte où la spéculation immobilière fut au cœur de la crise de 2008, où le droit au logement est sans cesse bafoué et où un grand nombre d’individus se voient dénier un accès à la terre, Le manuel d’antispéculation immoblière deviendra rapidement un ouvrage de référence.

En favorisant la conservation, le respect de la terre et le développement communautaire, en offrant des prix abordables pour se loger et en empêchant la spéculation pour les générations à venir, le modèle des FFC est appelé à jouer un rôle grandissant dans les décennies à venir.


John Emmeus Davis est né en 1949 aux Etats-Unis. Il possède plus de 30 ans d’expérience dans l’assistance technique aux FFC et autres organisations de développement communautaire, pour la ville de Burlington (Vermont) et, à but non lucratif, à travers les États-Unis.

Il a enseigné la politique du logement et l’urbanisme au New Hampshire College et au MIT (Chicago).


Manuel d’antispéculation immobilière. Une introduction aux fiducies foncières communautaires, sous la direction de John Emmeus Davis, Préface de Hubert Lavallée, Traduit de l’anglais par Michel Durand, Editions Ecosociété, 216 pages, 25€.

Avec des textes Thomas Dawance, Cécile Lavey, James M. Libby, Tim McKenzie, Kirby White, Geert de Pauw, Jean-Philippe Attard et les membres de l’Institute for Community Economics.



Source : Editions Ecosociété

Consulter par ailleurs : La bibliothèque de Reporterre

18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
8 juillet 2019
Un grand merci, ami(e)s lectrices et lecteurs ! Reporterre va bien
Édito
17 juillet 2019
De Rugy : dix mois ministre, dix mois d’inaction
Info