Mélenchon, un couillon de plus ou un écologiste ?

Durée de lecture : 7 minutes

20 septembre 2011 / Fabrice Nicolino / Corinne Morel-Darleux

Nicolino : "la pauvreté est l’horizon indépassable de notre avenir commun, et Mélenchon n’est rien qu’un couillon de plus“. Morel-Darleux : "On ne changera pas les modes de production et de consommation en culpabilisant et en taxant les pauvres".


...........................Le texte de Fabrice Nicolino

Mélenchon et madame Morel-Darleux (triste)

C’est bien triste, mais c’est comme cela. Mélenchon, qui a passé la bagatelle de 31 ans au parti socialiste, qui a été formé à l’école épouvantable de l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI) auparavant, est un homme du passé. Ce n’est pas agréable à accepter, et c’est pourquoi, contre l’évidence, Mélenchon se prétend l’homme de l’avenir désirable, désirable entre tous.

C’est pathétique, mais qu’y puis-je ? Rien. Je dois juste vous signaler l’une de ses dernières hallucinations, qui consiste à réclamer 1700 euros de smic. Mélenchon feint, pour des raisons tactiques évidentes - on ne peut même exclure certaine sincérité - que le Sud n’existe pas. Que la crise écologique planétaire n’existe pas. Que la fabrication d’objets inutiles et nuisibles, sur quoi repose l’économie, n’existe pas. C’est son intérêt bien compris.

Ce l’est, mais ça n’est pas le nôtre ! Je ne suis pas, ni se serai jamais pour la misère, qui humilie et détruit jusqu’à l’âme. Mais la pauvreté est l’horizon indépassable de notre avenir commun, et Mélenchon n’est rien qu’un couillon de plus dans une distribution qui n’en manque pourtant pas. Son héros s’appelle Chávez. Le mien n’a pas de nom. Car il est la multitude, qui nous renvoie au néant de la politique française. Avis à Corinne Morel-Darleux, qui se pique d’être mélenchoniste - elle est secrétaire nationale du fameux Parti de gauche - et écologiste. Il faut choisir, madame.


...........................La réponse de Corinne Morel-Darleux

"Mélenchon et Mme Morel Darleux" : Réponse à Fabrice Nicolino

Fabrice Nicolino intitule son dernier billet de blog « Mélenchon et mme Morel Darleux (triste) » .

Fabrice Nicolino est un militant et auteur écologiste que je respecte depuis longtemps pour les idées qu’il porte. Son blog est d’ailleurs référencé sur « les petits pois sont rouges » [le site de Corinne Morel-Darleux] depuis longtemps, et ce malgré ses attaques férocement (et parfois à la limite de l’honnêteté intellectuelle, disons le ;) anti Mélenchon. Parce que j’ai toujours mis les idées au dessus des rivalités de personnes, et qu’il me semblait qu’on pouvait partager un certain nombre de combats. Ça a d’ailleurs été le cas sur les gaz de schiste, contre lesquels Fabrice Nicolino s’est engagé début 2011 aux côtés de José Bové, et ce malgré sa répugnance habituellement affichée pour les politiques...

Mais là je ne comprends pas. S’appuyant sur la proposition de hausse du SMIC à 1.700 euros contenue dans le programme partagé du FDG [Front de gauche] (dont il n’y a pas un mot curieusement dans ce billet), Fabrice Nicolino en profite pour rappeler le parcours politique de Jean Luc Mélenchon (quel rapport ?), pour fustiger la hausse du SMIC qualifiée d’ « hallucination » (pourquoi ?) et continue sur un amalgame confus avec la crise écologique et le pillage des pays du Sud. Me sommant pour finir de choisir entre « être Mélenchoniste » et écologiste.

Alors d’abord je ne suis pas "Mélenchoniste", je suis Secrétaire nationale à l’écologie du PG [Parti de gauche], comme c’est rappelé d’ailleurs dans le billet de Fabrice Nicolino. Faire cet amalgame, c’est nier la réalité de milliers de camarades qui constituent le PG, dont beaucoup d’écologistes de longue date, d’autres plus récemment convaincus par les débats sérieux et argumentés que nous avons en permanence au sein du parti et avec des associatifs, syndicalistes et citoyens comme encore ce week end sur la Fête de l’Huma. Des militant-e-s du PG qui tou-te-s présentent la particularité d’avoir un petit « plus » par rapport à d’autres militants écolos : une certaine vision de la lutte des classes au 21e siècle. Et qui partagent le même combat anticapitaliste. Oui, nous sommes au PG fermement convaincus que les deux vont ensemble, et que justement il n’y a pas à choisir entre le social et l’écologie. C’est nouveau comme discours politique, bien loin de l’environnementalisme béat, peut-être est-ce ce qui bouscule Fabrice Nicolino ?

On ne fera pas la révolution écologique sans un vaste mouvement populaire et sans justice sociale, c’est ce constat qui nous a conduits à mener la réflexion et adopter comme mesure principale le Revenu Maximum Autorisé et à discuter avec Hervé Kempf (Comment les riches détruisent la planète ), ou encore explorer le champ de l’extension de la gratuité avec Paul Ariès.

On ne changera pas les modes de production et de consommation en culpabilisant et en taxant les pauvres. Ce n’est pas le peuple qui est responsable de la crise, pas plus de la crise écologique que de celle de la dette ! Mais visiblement la revalorisation des salaires ne trouve pas grâce aux yeux de Fabrice Nicolino. Et c’est bien dommage. Car la hausse du SMIC est une mesure élémentaire de justice sociale. Couplée au RMA et à un écart maximum des salaires de 1 à 20, comme c’est écrit dans le programme du méchant Mélenchon, elle n’a rien d’une logique productiviste ou croissanciste, elle veut juste dire que ce sont les mega riches qui nous polluent, qu’aujourd’hui dans ce pays on ne peut plus accepter que des gens qui bossent dorment dans leur voiture et ne puissent plus se soigner. Parce que oui, il n’y a pas que dans les pays du Sud qu’il y a de la misère. Ici aussi, dans ce pays riche qu’est la France, il y a aussi du « Sud », des gens peinent à survivre.

Alors quoi, on se présente au élections en leur disant qu’on va les laisser travailler pour un salaire de misère parce que « le Sud existe » ? Mais où Fabrice Nicolino voit-il une contradiction ? Notre programme du Front de Gauche prône également la relocalisation industrielle, justement pour des raisons sociales et écologiques ! Fabrice Nicolino oublie de le mentionner. C’est pourtant important, non ? Un peu de pensée systémique est nécessaire quand on se pique de réfléchir à un programme. Quand on se pique de le critiquer aussi...

Car défendre les peuples du Sud, c’est aussi ça : mettre en place des barrières douanières et relocaliser la production pour éviter que des objets nuisibles et inutiles soient fabriqués dans des conditions de travail indignes à l’autre bout du monde. Lutter contre les politiques libérales de l’OMC, du FMI, de l’Union européenne qui tuent l’agriculture des pays du Sud et leurs services publics. Et repenser l’industrialisation de la France. L’écologie n’est pas l’ennemie de l’industrie ! On aura toujours besoin de chaises et de tables ou d’ordinateurs, et franchement je préfère qu’ils soient produits ici, en créant des emplois, en socialisant les moyens de production (eh oui, ça aussi on le dit).

Une production déterminée par l’utilité sociale de la production, l’impact environnemental et la manière dont sont prises les décisions dans l’entreprise (au passage, notre programme fait également la part belle aux reprises d’entreprises par les salariés sous forme coopérative, une paille...). En outre, le programme du Front de Gauche prône l’annulation de la dette des pays pauvres, la fin de la politique néo-coloniale de l’État français (cf la Françafrique), la mise en place d’un fonds international de coopération solidaire... Et j’en passe !

Tout ça, qui d’autre le dit ? Qui d’autre l’écrit ? Qui d’autre le fait, au Parlement européen, dans les Régions, sur le terrain ?

Voici l’entretien de JL Mélenchon sur le productivisme publié dans le dernier numéro du Sarkophage, et un autre sur Bastamag où il est question de planification écologique et de révolution citoyenne, qui ont peut être échappé à la vigilance de Fabrice Nicolino. Lisez-les, et jugez sur pièces...

Quant à moi, non, Monsieur Nicolino, je n’ai pas à choisir : entre Mélenchon et l’écologie, mon choix est fait. Je garde les deux.




Sources :

-Le texte de Nicolino

-La réponse de Morel-Darleux

Ecouter aussi : Jean-Luc Mélenchon, Comment harmoniser la retraite à 60 ans et la politique écologique que vous préconisez ?

13 septembre 2019
Valdepiélagos, l’écovillage espagnol qui résiste à l’exode rural
Alternative
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir