Night Moves

Durée de lecture : 3 minutes

7 mai 2014 / Vu par Philippe Desfilhes (Reporterre)

Night Moves. L’aventure jusqu’au-boutiste d’un trio d’environnementalistes.


Cinéaste indépendante et à contre-courant, Kelly Reichardt montre l’Amérique et les Américains sous des dehors inhabituels. Dans son précédent film, La Dernière Piste, elle démythifiait la conquête de l’Ouest en nous faisant vivre les errements de trois familles de pionniers. En route vers l’Oregon, ils finissaient par se dissoudre dans une nature trop grande et trop sauvage pour eux.

Dans Night Moves, Kelly Reichardt est restée en Oregon. Mais les pionniers de 1845 ont été remplacés par les écologistes de l’Ouest des Etats-Unis qui cultivent des légumes bio, vivent dans des yourtes équipées de panneaux solaires et s’inquiètent pour la planète et leur production de fromages de chèvre.

Et ce sont trois destins individuels que sa caméra nous invite à suivre. Ceux de Josh (Jess Eisenberg), jeune homme introverti et solitaire qui travaille dans une coopérative agricole, de Dena (Dakota Fanning), étudiante idéaliste et militante, et de Harmon (Peter Sarsgaard), ancien marine et ex-taulard marginalisé qui vit dans un mobil home au milieu des bois.

Ils se mettent en tête de faire sauter un barrage pour libérer les saumons et faire réfléchir les gens. Le film raconte l’histoire de cette opération clandestine menée en mode commando (les faits, les gestes, les déplacements du trio sont filmés de manière précise, minutieuse, chronométrée) et de ses conséquences.

- De gauche à droite, Dena (Dakota Fanning), Josh (Jess Eisenberg) et Harmon (Peter Sarsgaard) -

La nature reste au centre du propos de Kelly Reichardt. Mais elle est ici montrée capturée et domestiquée, à l’instar du lac artificiel qui tient une place centrale dans le film et dont les rives sont peuplées d’arbres en train de mourir.

Kelly Reichardt a choisi de filmer cette nature en automne. Les pêcheurs, campeurs et amateurs de bateau à moteur et de jet-ski ont (presque) tous disparu. Alors que dans La Dernière Piste, les paysages dévoraient l’écran, ils sont montrés ici en arrière-plan, derrière les personnages.

Si le film de Kelly Reichardt peut être qualifié d’« écologiste », ce n’est pas seulement parce qu’il montre des écolo américains vivant en marge de la société de consommation (les nouveaux pionniers ?). C’est parce qu’il rappelle combien, aux Etats-Unis, la nature a été subordonnée à l’homme, et qu’il interroge les Américains sur leur capacité (ou leur incapacité) à réagir à l’urgence de la crise environnementale. C’est des hommes et de leur responsabilité que parle Kelly Reichardt.

Fabriquée à partir d’un mélange d’engrais au nitrate d’ammonium et de pétrole remué dans une bétonneuse, la bombe sera bien posée nuitamment le long du barrage, comme semble l’indiquer le titre du film. Mais si leur acte est réfléchi dans son exécution, Josh, Dena et Harmon arriveront-ils à échapper individuellement à ses conséquences ?

- Vu par Philippe Desfilhes


- Night Moves, un film de Kelly Reichardt, Grand Prix du Festival de Deauville 2013, en salle depuis le 23 avril, durée : 112 minutes.



Source : Philippe Desfilhes pour Reporterre

Photos : Ad Vitam Distribution

Consulter par ailleurs : La bibliothèque de Reporterre


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien