Non au massacre durable en Lozère

Durée de lecture : 2 minutes

9 septembre 2009 / Les Robins des bois de la Margeride

Un coin de France encore épargné par l’urbanisation et la motorisation ? Qu’à cela ne tienne !


A l’initiative du Conseil Général de la Lozère et de la Bibliothèque départementale, Bruit de pages fut un réel événement sur le thème : « Construire un monde durable ? » Ce qui est gênant, c’est ce point d’interrogation.

Durant ces deux mois, nous avons assisté à de nombreuses conférences et nous tenons à féliciter les organisateurs pour leur choix des sujets traités, la qualité des intervenants, la convivialité et l’esprit qui s’en est dégagé.

Et ce point d’interrogation ? Pourquoi construire un monde durable ? Alors que cet événement a été organisé par le Conseil Général, sauf de très rares exceptions, nos élus ont brillé par leur absence.

Alors que depuis longtemps nos voisins proches ou éloignés viennent en Lozère pour se ressourcer, apprécier notre qualité de vie, le calme, nos paysages, nos élus veulent rattraper le retard sur les autres départements. Toutes les aberrations liées à la surconsommation qui nous ont conduit entre autres à la crise actuelle, économique et écologique : hypermarchés, zones commerciales, Mac Do, autoroutes, rond-points, flicage permanent, éoliennes, mise à mort des arbres le long des routes, tout ce qui est désormais rejeté ailleurs, nos élus le mettent en place en Lozère !

Les agriculteurs s’y mettent aussi : déforestation, coupes à blanc pour la « bioénergie », remplacement par des prairies, la pauvreté du sol étant compensée par des engrais chimiques. Ces mêmes engrais étant actuellement déversés à foison (à poison), rendement oblige, alors que le nombre de cancers dus à l’alimentation augmente. A quand le retour des vrais Paysans qui respectent la terre ?

Le tourisme vert en Lozère se porte bien, avec son porte drapeau « Le trèfle Lozérien » qui avec ses quelques mille motos polluent et dégradent pendant trois jours nos chemins, mais sont « indispensables » à l’économie locale. Suit ensuite la cohorte des quads dont les conducteurs vous regardent béatement et s’enfoncent dans nos forêts, mais sans faire de dégâts… grâce à la « charte de bonne conduite » signée par le Conseil Général.

Alors que certains subissent la crise de plein fouet, on érige à l’entrée du Malzieu, à l’image des rond-points des banlieues des grandes villes, des statues. Ce n’est pas la qualité de « l’œuvre » qui est contestable, mais la banalisation de notre territoire. Ridicule pour ridicule, il serait plus judicieux de mettre des nains de jardin, et baisser la facture du contribuable.

Les Robins des bois de la Margeride disent « Non au Massacre durable en Lozère ».




Source : Courriel à Reporterre

Contact : lesrobins@viveole.com

Lire aussi : La nature peau de chagrin http://www.reporterre.net/spip.php?...

19 septembre 2019
En France, une sécheresse qui n’en finit pas
Info
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien




Du même auteur       Les Robins des bois de la Margeride