Notre Dame des Landes : avis favorable de l’enquête publique, selon la préfecture

Durée de lecture : 2 minutes

27 octobre 2012 / Le Télégramme


Les enquêtes publiques réalisées en juin et juillet 2012 au titre de l’application de la loi sur l’eau sur le projet de futur aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes ont rendu un avis « favorable sous réserves et recommandations », a annoncé vendredi la préfecture de Loire-Atlantique.

La principale réserve à l’avis favorable, tant pour l’aéroport que pour sa desserte routière, est la mise en place d’un « collège d’experts indépendants » qui devra valider les propositions de compensation environnementale que le concessionnaire de l’aéroport, le groupe Vinci, a faites. Cette réserve n’empêchera pas la publication « d’ici Noël » 2012, selon le préfet de Loire-Atlantique, Christian de Lavernée, des arrêtés d’autorisation de début des travaux dans le cadre de la loi sur l’eau, mais les arrêtés stipuleront que les validations scientifiques devront précéder « la réalisation de travaux de terrassements généraux (...) qui créeront un dommage irréversible à l’ensemble du site ».

Le préfet estime que l’avis du collège scientifique sur les compensations environnementale ne sera pas rendu avant l’automne 2013. Néanmoins, la construction d’un échangeur routier qui devait démarrer début 2013 n’a pas été incluse dans le périmètre de cette enquête publique car il n’est pas conditionné par l’aéroport et ses travaux ne sont donc pas retardés, a précisé la préfecture. Les travaux prévus par Vinci pour 2013 (pour une ouverture de l’aéroport en 2017) prévoyaient un diagnostic archéologique et un diagnostic écologique et ne seront donc pas retardés.

Le futur aéroport étant situé en zone humide, la question des compensations environnementales fait l’objet de vives critiques des opposants à l’aéroport, qui estiment que les compensations proposées par le concessionnaire Vinci sont insuffisantes.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Le Télégramme

Complément d’info : Le rapport de la Commission d’enquête

20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative
17 septembre 2019
La Durance, une rivière asséchée par les barrages et le dérèglement climatique
Enquête
17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune




Du même auteur       Le Télégramme