Notre Dame des Landes : des données oubliées pour gonfler artificiellement les estimations du trafic aérien

Durée de lecture : 6 minutes

19 février 2013 / Nexus

Les chiffres de perspective du trafic sur l’aéroport de Notre Dame des Landes sont censés attester de sa rentabilité future. Mais ils sont faux, puisqu’ils n’ont pas pris en compte l’arrivée de la LGV et les effets qu’elle va avoir sur le trafic.


Lettre à Monsieur Claude Chéreau
Président de la Commission de dialogue
du projet pour un aéroport à NDDL
Préfecture de Loire Atlantique
6 quai Ceineray
44000 Nantes

Objet

- Transport dans l’Ouest Atlantique,

- Intermodalitél Rail / Air / Route,

- Projet Aéroport du Grand Ouest,

- Surévaluation des trafics, un manque
de recouvrement D.G.A.C./ R.F.F.
Monsieur le Président,

Le temps disponible lors de notre audition du 29 Janvier 2013 n’ayant pas permis d’attirer votre attention sur quelques points troublants à connaître par les Membres de la Commission de dialogue, nous nous
permettons en conséquence de vous les faire parvenir progressivement par courrier et par thème...

Thème

- Concurrence des LGV nouvelles « occultée » ou « oubliée » dans l’évaluation du trafic par la D.G.A.C.[Direction générale de l’aviation civile] dans le dossier du Maître d’ouvrage projet NDDL soumis à enquête publique.

La D.G.A.C. dans ses estimations de trafic régulier a pris pour référence de base le trafic 2005 sur lequel elle a appliqué les prévisions de croissance pour les années 2006 à 2050 soit pour le scénario 3 [1],
9.48%
de 2006 à 2010,
6.2% de 2011 à 2015,
3.3% de 2016 à 2020,
2.805% de 2021 à 2025,
2.1754% de 2026 à2050.

Mais alors que la D.G.A.C. aurait dû appliquer ces coefficients de croissance au cas par cas pour les onze lignes aériennes de l’hexagone pour permettre d’en réactualiser le total au gré de l’arrivée de la
concurrence de telle ou telle LGV nouvelle, elle a appliqué ces coefficients de croissance d’une façon globale et constante sur le montant total des passagers du trafic régulier en 2005 à Nantes Atlantique soit
sur 1 341 081 [2] !

Les coefficients ont été appliqués systématiquement sur ce chiffre de 1 341 081 pendant 45 ans ce qui onduit à l’ estimatif de 6 590 000 [3] pour 2050 mais cela sans tenir compte de l’arrivée au fil du temps de
la concurrence des LGV nouvelles !

Les coefficients de croissance ont été appliqués pour 45 ans par la D.G.A.C. sur les onze lignes de l’Hexagone dont la ligne n° 1 Nantes - Roissy, soit 306 723 passagers en 2005, chiffre qui devient en 2050, par
l’application des coefficients D.G.A.C., 1 507 554 .

Un chiffre que vous ne verrez apparaître nulle part et qui n’attirera donc pas l’attention du lecteur puisqu’il est présenté « noyé » dans le total de 6 590 000.

Or aux environs des années 2024 cette ligne n°1 (Nantes-Roissy), du fait des concurrences LGV Bretagne/Pays de la Loire (2018), de l’Interconnexion Sud LGV Ile de France (2024), voire même d’un
prolongement de la LGV depuis Sablé-sur-Sarthe jusqu’à Nantes et de la billetterie commune, subira le même sort que la ligne actuelle Strasbourg-Roissy [4] dont le transfert au rail suite à l’effet LGV Est
sera effectif le 2 Avril 2013.

Il faut donc que la D.G.A.C. pour son trafic estimé en 2050 déduise 1 507 554 à son estimation de 6.590 000 passagers du trafic régulier en 2050 et portée dans le dossier du Maître d’ouvrage puisque cette
ligne aérienne Nantes-Roissy ne sera plus active dès 2024 ou alors vraiment insignifiante.

Ceci est le chiffre à déduire des prévisions pour le seul cas de la ligne n°1. Il faut maintenant appliquer le
même raisonnement sur les dix autres lignes aériennes dans l’hexagone au départ du projet NDDL.

Ces lignes subiront elles aussi des réductions de leur trafic à l’occasion des mises en service de LGV nouvelles prévues pour entrer en service entre 2005 et 2050. Le pourcentage à déduire varie au cas par cas de 0 à 100% selon la localisation des LGV nouvelles sur le territoire.

Des estimations à diviser par deux

Nous confirmons que la prise en compte de la concurrence des LGV nouvelles « occultée » ou « oubliée » par la D.G.A.C. revient par ses effets directs et indirects à diviser quasiment par deux l’estimation de
8 940 000 passagers pour 2050 inscrite dans le dossier du Maître d’ouvrage du projet d’aéroport.

Voilà pourquoi nous avons proposé une audition par la Commission de dialogue de la D.G.A.C. qui ne pourra que constater et vous confirmer qu’elle n’intègre pas véritablement dans sa/ses prospective(s) les aspects rails.

Nexus saurait si nécessaire montrer documentations ou correspondances en relation avec ses écrits.
L’audition simultanée de R.F.F.[Réseau ferré de France] nous paraît nécessaire afin d’établir pourquoi, alors que cette entité a dans ses fonctions la recherche de nouveaux marchés, et qu’elle est bien placée pour connaître l’impact de la vitesse rail, elle n’a pas défendue pour l’Ouest la carte de l’Intermodalité Rail / Air pour absorber les
accroissements de trafic.

Certes la marge d’expression pour la Direction de R.F.F. comme pour celle de la S.N.C.F. n’est pas bien grande lorsque l’employeur à Matignon est aussi bien avant mai 2012 qu’après, un porteur inconditionnel du projet pour un autre aéroport à Notre Dame-des-Landes !

Ceci explique pourquoi nous avons demandé une audition des divers porteurs de projets transport devant les acteurs économiques clés, CCI [Chambre de commerce et d’industrie], chambre d’agriculture, chambre des métiers, Medef... et cela en présence de personnalités rompues aux métiers du transport et davantage en situation de s’exprimer librement.

Le constat d’un trafic largement surévalué à 9 000 000 de passagers pour 2050 à Notre-Dame des-Landes ne gêne en rien le réaménagement que nous préconisons à Nantes-Atlantique et que nous savons possible au-delà de dix millions de passagers.

Toutefois la vérité sur les chiffres pour tous constitue bien un droit et montre au demeurant que les dépenses d’aménagement de Nantes-
Atlantique n’en seront que plus voire très réduites.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre considération distinguée.

Bernard Fourage Annie Le Gal La Salle
Département Études Vice Présidente
Association NEXUS

................................................

Notes

[1] Pièce F du dossier du Maître d’ouvrage page 84,
Scénario 3, tableau accroissement des trafics réguliers prévus à NDDL (situation de référence)

[2] Pièce F du dossier du Maître d’ouvrage page 45.
Le tableau du trafic régulier de l’aéroport de Nantes par destination en 2005.

[3] Pièce F du dossier du Maître d’ouvrage page 84,
Scénario 3, tableau accroissement des trafics réguliers prévus à NDDL (situation de référence)

(Le Lien vers : Dossier du Maître d’ouvrage projet NDDL, pièce F Évaluation Socio-économique et Financière

Rappel lettre à RFF 21.10.2012 Concurrence déloyale, dossier Maître d’ouvrage projet NDDL)

[4] Lien vers journal l’Alsace, Ligne Strasbourg-Roissy, AF remplacera en avril ses avions par des TGV.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Nexus

Lire aussi : Notre Dame des Landes : l’Etat a manipulé les chiffres. Voici comment

8 août 2019
Comment se passer de l’avion ?
Tribune
27 juillet 2019
Voiture reine, magasins à perte de vue... Bienvenue à la zone commerciale géante de Plan-de-Campagne
Reportage
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête