Notre Dame des Landes : la résistance continue

Durée de lecture : 8 minutes

18 octobre 2012 / Zone à défendre

Les gendarmes ont continué d’occuper la forêt de Notre Dame des Landes et d’en vider les habitants. Mais ceux-ci restent présents, rejoints par des opposants de toujours au projet d’aéroport.


On apprend que 500 personnes se sont rassemblées à Nantes ce soir en solidarité avec la Zad. On les aura !

23h23 : la personne arrêtée ce matin est sortie, elle a une convocation pour le 22 janvier à St Nazaire à 14h (Il ne s’agit pas de la personne arrêtée à 16h20, qui est toujours en GAV)

22h08 : Devant les bureaux de VINCI à Couëron, il y a 6 camions de CRS et 2 voitures de gendarmes.

20h08 : Nous avons l’information qu’une personne est détenue en GAV à La Chapelle sur Erdre depuis 16h20 pour refus de donner son identité. Elle a été arrêtée sur la route près des Ardillères.

19h20 : La voie est totalement libre sur la route entre la Vache Rit et La Saulce

19h : Des convois de Flics partent de la zone.

18h39 : La plupart des camions de flics sont partis du carrefour du Moulin de Rohanne (près de la Saulce, il reste 4 camions, et 5 gendarmes mobiles à pied

18h15 : à la Saulce il y a encore des flics postés sur la route, et il y a deux engins (dont un sur un plateau) prêts à partir escortés par des flics

17h 34 : Des personnes interpellées aujourd’hui, il y en a une dont on n’a pas de nouvelles, les autres ont été relâchées.

Lande de Rohanne : depuis ce matin, destruction de la cabane collective entourée d’une poignée de Gendarmes Mobiles. Quelques personnes dans des arbres, d’autres en soutien au sol. 4 personnes ont été déscendues des arbres par le GIPN. Les restes de la cabane ont été emmenés par un marabout. Vers 17h les flics se dirigent plus au nord, vers une deuxième cabane au sol, en dégageant les personnes qui étaient sur leur passage, mais sans se préoccuper des au moins 3 camarades encore dans dans les arbres. à 17h02, on a reçu l’info que des machines allaient vers le nord de la cabane collective détruite en cassant les arbres sur leur passage. Puis à 17h24 les flics quittent la forêt.

17h24 : Les flics quittent la Lande de Rohanne

17h02 : dans la forêt, des machines vont vers le nord de la cabane collective détruite et cassent les arbres sur leur passage

16h47 : à la Pointe, une dizaine de camions de flics et des engins de travaux, ils ont l’air de vouloir murer (la maison n’est donc pas détruite)

16h42 : demande de renfort dans la forêt de Rohanne où les flics commencent à pousser les gens pour prendre toute la place

16h25 : Une personne interpellée il y a 4h était en contrôle d’identité et a été relâchée

16h08 : relève de flics à la Saulce

16h03 : nombreux flics vus sur la 4 voies Nantes/St Nazaire au niveau de la discothèque à Vigneux

16h01 : le GIGN a quitté la forêt, ils ne pourraient donc pas expulser les gens encore dans les arbres

15h59 : un manitou vient d’enlever la carcasse à l’entrée du chemin de la chèvrerie. (En fait, on apprend que c’est un voisin qui a fait ça. Vive la solidarité ...)

14h50 : « énorme » dispositif policier devant la Saulce.

14h30 : nombreux camions de flics se dirigeant vers la Pointe. Des bruits d’engins de traveaux ont été entendus là bas.

[14 26 : Message envoyé à Reporterre :

"Les résistants au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes (près de Nantes) en appellent à votre soutien.

Nous sommes en ce moment-même, sous le bruit assourdissant des hélicoptères en lutte contre les forces de l’ordre qui nous encerclent et veulent finir de nous expulser et détruire les maisons, les cabanes, caravanes sur la ZAD. La ZAD, c’est la Zone A Défendre, 2000 hectares de bocage, plus d’une trentaine d’habitations.

Contrairement aux déclarations du préfet, reprises par certains média, nous résistons toujours. Nous sommes environ 250 depuis mardi matin, face à un millier de gendarmes mobiles, des bulldozers, des tractopelles, et autres engins de destruction.

Des camarades continuent à se battre pour défendre nos lieux de vie et de cultures. Malgré la fatigue, certains d’entre nous reprennent possession de maisons vidées ces derniers jours.

Nous savons notre situation désespérée, mais nous continuons à lutter pour faire connaître notre refus de participer à ce monde de merde, de fric de béton et d’esclavage.

Soutenez-nous :

en venant nous rejoindre sur la ZAD,
en faisant partout en France et dans le monde des actions contre la multinationale Vinci (promoteur de l’aéroport, le même qui construit les autoroutes, les prisons, les centrales nucléaires dans le monde entier),
En propageant l’information partout où vous pouvez."
]

13h50 : toujours des camarades dans la cabane du Sabot, les flics sont dans le jardin. Toujours des camarades dans les arbres à la forêt aussi.

13h25 : il semble y avoir une relève des flics en cours.

13h20 : trois personnes ont été expulsées de la Forêt de Rohanne. Deux sont actuellement libres, une en contrôle d’identité. Il y a toujours du monde en l’air.

13h10 : il y a toujours plusieurs personnes dans les arbres dans la forêt. Les flics ne sont plus en train de grimper. Il y aurait trois interpellés qui auraient été relâchés. On entend à nouveau l’hélicoptère.

12h42 : appel à renforts à la forêt.

12h34 : les flics reculent vers la lisière de la forêt.

12h19 : dans la forêt : ils sont redescendus de l’arbre sans la personne (qui est restée en haut) ; le soutien continue à se rassembler en bas, avec présence de la batucada, beaucoup de flics en civil et physionomiste sur place

12h17 : relève de gendarmes mobiles au niveau de la route de l’Isolette

12h14 : d’après la presse en ligne, la préfecture annonce l’évacuation du lieu-dit la Pointe et de la lande de Rohanne ; et mentionne trois interpellations. Informations à confirmer

12h : dans la forêt de Rohanne : la pelleteuse travaille et a presque fini de détruire la maison collective ; la personne dans l’arbre où sont montés les grimpeurs refuse de descendre, elle est visée par un flashball

11h30 : un manitou avec bras télescopique est arrivé au niveau de la Saulce ; il prend le chemin de Suez

11h22 : NOUS NE RECEVONS PLUS D INFORMATIONS REGULIERES. NOUS APPELONS TOUTES ET TOUS A MANIFESTER LEUR SOLIDARITE AVEC CE QUI SE DEROULE ICI ET A LE FAIRE SAVOIR LE PLUS LARGEMENT POSSIBLE Localement : appel à rassemblement à 19h devant la préfecture de Nantes ce soir / à 18h30 devant la mairie de Rennes vendredi soir (et non ce soir)

11h08 : dans la forêt, ils montent dans un arbre où se trouve quelqu’un. Au moins une autre personne est dans un arbre. Des bruits de tronçonneuse sont entendus dans la forêt

11h05 : Sabot : Situation stationnaire, les barricades brûlent toujours

10h39 : un camion benne arrive au carrefour de la saulce depuis le nord

10h33 : rappel de la situation : une quinzaine de flics sur la route de l’Isolette ; une ligne de flics à l’intérieur de la Saulce (côté route de Vigneux) ; des véhicules en stationnement déblayent le carrefour

10h32 : ils vident la maison collective de la forêt. Ils ont une équipe de grimpe

10h28 : ils ont fait les sommations au Sabot. Besoin de renfort

10h25 : début d’expulsion de la grande forêt : ils sont en train de détruire la maison collective. des personnes sont dans les arbres

10h15 : un mégaphone aurait été entendu du côté de la forêt de Rohanne

10h13 : les informations ne nous parviennent presque plus pour l’instant. La situation serait stable au Sabot et à la Saulce. POUR RAPPEL : LA SAULCE N EST PAS EXPULSABLE D APRES LA JUSTICE

9h37 : il est notifié aux forces de l’ordre qu’il y a des gens en hauteur à la Saulce. Nuage de lacrymo

9h35 : les flics dégagent l’entrée du Sabot mais restent sur la route.

9h28 : les flics sont au centre de la grande forêt. 15 camions de CRS et camions de déménagement dans le chemin de Suez

9h25 : les flics entrent dans la forêt de la Saulce depuis le sud, et dans la forêt de Rohanne

9h18 : un tractopelle arrive de Vigneux vers la Saulce. Barrricade nord de la Saulce détruite ; des flics sont en train de détruire la barricade sud. Ils chargeraient le Sabot mais sans certitude. L’hélico tourne

9h15 : un nouveau convoi arrive vers la saulce avec des camions de déménagement. Les flics sont entrés dans la forêt de Rohanne, peut-être avec une équipe de GIGN (grimpeurs)

9h12 : Les flics continuent à démonter la barricade de la Saulce. 3 camions de flics vont dans le chemin de Suez depuis la barricade de la Saulce. Ils entrent dans le Sabot.

9:10 : flics tiennent l’entrée du sabot

9:05 :entrée des gendarmes dans la saulce, CRS avancent vers barrage du chemin du sabot

9 : arrivée de convois vers barricade saulce, vers le sabot

8:55 : un convoi de flics arrive vers le Far ouest

8:45 : petite annonce : il y a des chaussettes sèches, de la nourriture et des piles disponibles à la nouvelle boulangerie !

7:15 : situation sur les routes : bcp de flics entre les ardillières et les Planchettes barrage à la Paquelais croisement route des fosses noires/route de la Paquelais libre.

6:00 : pour le moment, pas de nouvelles après cette longue nuit



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Zone à défendre

Lire le récit de la journée du 17 octobre et de la journée du 16 octobre

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
20 septembre 2019
La fonte accélérée des glaces fait monter les océans plus vite que prévu
Info
19 septembre 2019
En France, une sécheresse qui n’en finit pas
Info




Du même auteur       Zone à défendre