Notre Dame des Landes : le conseil général de Loire Atlantique soutient les « habitants atypiques »

Durée de lecture : 2 minutes

12 décembre 2012 / Reporterre




En novembre et décembre 2009, le Conseil général de Loire-Atlantique proposait à Nantes, 25 rue Paul Bellamy, une exposition sur les habitants atypiques. Voici le texte de présentation de cette exposition.

...............................

Le projet artistique

L’habitat, le choix d’une vie alternative, la ruralité aujourd’hui, tels sont les thèmes chers aux sœurs BRUNET et qui ont motivé leur projet artistique. Alexa derrière l’objectif et Irène face à la feuille blanche.

L’exposition est le fruit de quatre années de pérégrination - le dernier voyage a eu lieu en avril dernier - à travers la France, dans l’ouest, le sud et le Massif central. Durant leur séjour, Alexa et Irène BRUNET sont parties à la rencontre d’habitants ayant choisi un mode d’habiter alternatif (troglodyte, cabane, yourte etc.) par rapport aux propositions du marché. Par leurs textes et leurs photographies, les auteurs nous invitent à partager le quotidien de ces familles qui se sont construit un chez soi intime et original, le plus souvent en étroite relation avec la nature.

À l’origne, Irène et Alexa portent un intérêt tout particulier à l’habitat lui-même, aux techniques de construction. Au fur et à mesure, les rencontres de ces habitants autoconstructeurs orientent leur regard vers leur mode de vie, leur univers quotidien, emprunt de poésie et d’imaginaire.

Les habitants atypiques

Ils vivent à la campagne, hors des sentiers battus. Leurs convictions personnelles les ont poussés à vivre différemment loin des grandes villes. Ils se sont donc improvisés bâtisseurs en toute liberté, seuls, en famille ou en groupe. Cabanes dans les arbres, habitats troglodytes, maisons en matériaux de récupération, huttes éphémères, leur habitat est à leur image, unique et plein d’inventivité. Sa conception répond par ailleurs aux besoins du quotidien : s’abriter, s’alimenter, se chauffer. Leur démarche s’inscrit dans un processus global ; l’habitat est témoin d’une pensée, de valeurs humaines, d’un mode de vie respectueux de l’environnement. Les « autoconstructeurs » sont motivés, pleins d’énergie et d’idées nouvelles.

Leur engagement passe par l’action. Vivre leurs convictions implique la transgression de la norme ; être citoyen et responsable, c’est pour eux suivre les voies alternatives de la construction et remettre en cause le fonctionnement de notre société. Original et rebelle, leur habitat leur ressemble. Ils sont avides de partager leurs expériences, et grâce à ces initiatives à l’origine isolées, des réseaux se créent, des projets innovants autour de l’habitat voient le jour en région rurale. Leurs choix nous poussent à nous interroger sur nos modes de vie actuels, et nous rappellent qu’il est possible d’habiter autrement à la campagne.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Caue Loire Atlantique

Merci au lecteur de Reporterre qui nous a envoyé cette info

Complément d’info : Les photos d’Alexa Brunet

Consulter par ailleurs : Dossier Notre Dame des Landes

28 mai 2020
Pour Air France, un plan d’aide peu écolo et non contraignant
Enquête
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
28 mai 2020
Imaginons que les alternatives prennent le pouvoir
À découvrir




Du même auteur       Reporterre