Notre Dame des Landes : pour faire plier les opposants, Auxiette fait du chantage aux subventions

12 mars 2014 / Camille Martin (Reporterre)

Le président du Conseil régional des Pays de la Loire, M. Auxiette enjoint les associations de la région de se désolidariser des occupants de la ZAD en affirmant que ceux-ci seraient des « casseurs et activistes radicaux ». Sinon, les subventions qu’elles reçoivent du conseil régional seraient remises en cause. Reporterre publie ce courrier étonnant.


Le président du Conseil régional des Pays de Loire, Jacques Auxiette, n’a pas fini de surfer sur les violences qui ont marqué la manifestation du 22 février à Nantes, violences dont le terrain a été soigneusement préparé et mis en scène par les autorités, comme l’a montré Reporterre.

Il envoie des courriers menaçants aux associations naturalistes et paysannes de la région qui ont exprimé leur opposition au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes :

Télécharger :

"L’irruption sur le devant de la scène de casseurs et d’activistes radicaux a décrédibilisé l’action des opposants traditionnels, parmi lesquels figure votre organisation", écrit-il.

Assimilant les habitants de la Zad à ces "casseurs", le président de la région dit attendre des associations "d’opposants traditionnels" « une position ferme et sans ambiguïté » sur l’occupation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. « Nous savons tous la réalité des choses, les soutiens implicites ou explicites, les aides directes ou indirectes apportées à des groupes radicaux présents sur place et qui ont montré leur vrai visage le 22 février », affirme-t-il.

Et Jacques Auxiette de conclure : « A défaut c’est votre crédibilité qui sera en cause, d’autant que votre organisation est bénéficiaire de nombreux fonds publics, notamment régionaux ».

Du bel et bon chantage. Dans le cadre du "dialogue républicain", il va de soi.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre

Photo : Le Télégramme

Lire aussi : La véridique et surprenante histoire de la manifestation de Nantes.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :





Documents disponibles

  Sans titre
14 mai 2019
Yannick Jadot : « Oui, je suis anticapitaliste »
Entretien
25 mai 2019
Radio Bambou : Le talent des jardiniers pour associer les plantes
Chronique
24 mai 2019
Radical et non violent, Extinction Rebellion secoue la politique britannique
Info




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)