Notre Dame des Landes : un paysan condamné pour refus d’ADN

Durée de lecture : 3 minutes

22 mai 2013 / JL Voitou



Au tribunal de Saint Nazaire, mardi 21 mai, Christian, un paysan engagé dans la lutte contre l’aéroport de Notre Dame des Landes, a été condamné à dix mois de retrait de permis et 400 euros d’amende pour avoir refusé le prélèvement de son ADN.


Christian est jugé pour un double refus d’obtempérer au carrefour des Ardillières en mai, et refus de prélèvement d’ADN. Or Christian est un récidiviste, c’est la troisième fois qu’il refuse le prélèvement d’ADN et donc effectivement, certainement qu’il y avait là, pour la police l’intention de le saisir au vol.

Sur les faits concernant l’histoire du refus d’obtempérer, il fallait à cause des chicanes et de la présence des flics, il fallait à Christian, avec son tracteur et sa remorque faire une manœuvre particulièrement délicate, les flics prétendent qu’ils ont fait les injonctions, les signaux nécessaires …

[REPORTERRE : les faits se sont produits le dimanche , lors de la fête de Sème ta Zad, alors que Christian rentrait chez lui]

Christian dit qu’il n’a pas vu ni perçu l’injonction sonore, ni visuel de s’arrêter, faut dire en plus avec un tracteur de 65 cv qui est entrain de redémarrer, avec le moteur diesel sous les pieds, . . le fait qu’il n’ait rien entendu n’a rien d’exorbitant, … donc il y a lui d’un coté qui dit ; « j’ai pas vu, j’ai pas entendu … » et les gendarmes qui disent oui, or les gendarmes ont aussi essayé d’avancer qu’il y avait une mise en danger d’autrui parce qu’il avait foncé sur eux. Cette argumentation n’a pas été retenue par le tribunal.

Donc pour faire bref, sur le refus de prélèvement d’ADN, le tribunal a souligné que Christian, c’était un méchant récidiviste, etc.

Réquisitoire du Proc : 6 mois de suspension du permis de conduire et 3 ans en principal toujours pour le refus d’obtempérer, 3 ans d’interdiction sur le territoire de NDDL et sur le refus du prélèvement d’ADN 3 mois de prison avec sursis, … malgré la récidive, a dit le procureur !.

Sur la plaidoirie de l’avocat de Christian, très très intéressante, en particulier, sur le sens, car c’est ça aussi la plaidoirie politique : sur le refus de prélèvement de l’ADN et deux choses :

d’une part qu’il n’y a aucune obligation pour un officier de police judiciaire de faire procéder au prélèvement d’ADN, il peut très bien laisser tomber,

d’autre part, il n’y avait aucune nécessité d’éclairer l’enquête, puisqu’il n’y avait pas eu de prélèvement d’ADN sur les lieux et que Christian ne conteste pas de se retrouver là au tribunal etc.

Comme pas non plus de comparaison avec des prélèvements précédents, parce qu’il n’y en avait pas eu, et il a donc rappelé les textes et attestations de travail de Mme Bourgain, qui explique qu’en 1990 au moment ou la loi a été votée, on pensait que les prélèvements d’ADN étaient non codants, et que maintenant la preuve est faite qu’ils sont codants, et donc que c’est une intrusion dans le patrimoine génétique des personnes et que donc, sans motif de prélèvement, c’est invraisemblable d’obliger quelqu’un à se soumettre au prélèvement.

Jugement : 10 mois de retrait de permis, ce qui va poser des problèmes énormes dans la vie professionnelle de Christian... dans une ferme, t’as besoin de conduire. 400 euros d’amende pour le refus de prélèvement d’ADN ….



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Courriel à Reporterre

Photos :
-Tracteurs à Saint Nazaire, le 21 mai, en solidarité avec Christian (FR3)
- Soutien devant le tribunal : JL Voitou, courriel à Reporterre

Lire aussi : Le fichage ADN jugé le 21 mars à Senlis

Voir aussi : Dossier Notre Dame des Landes

14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
27 mai 2020
En plein déconfinement, la gestion des tests reste bancale
Enquête
27 mai 2020
Sur les plages, la ruée des promeneurs menace les oiseaux d’eau
Reportage