Notre Dame des Landes : une opération policière coûteuse et intenable dans la durée

Durée de lecture : 3 minutes

5 décembre 2012 / Hervé Chambonnière (Le Télégramme)



Les forces de l’ordre peuvent-elles venir à bout des squatteurs de Notre-Dame- des-Landes ? Gendarmes et policiers nous affirment que c’est quasiment... impossible. La mission coûte, en tout cas, très cher : selon nos informations, déjà plus d’1M€ pour les frais des seuls policiers.


Construction-démolition, évacuation-réoccupation... Les forces de l’ordre peuvent-elles reprendre le contrôle de Notre-Dame-des-Landes ? Premier obstacle : la taille du site. Le terrain de construction du projet d’aéroport du Grand Ouest est aussi vaste que... l’île d’Ouessant. Son coeur, la « Zone d’aménagement différé », rebaptisée « Zone à défendre » par les opposants, représente l’équivalent de 1.147 terrains de football ou quatre îles de Bréhat, ou encore six principautés de Monaco ! Cette zone boisée et boueuse est squattée en permanence par une centaine d’opposants très organisés. « Évacuer, c’est techniquement toujours possible, même sur une zone aussi importante et difficile. Il suffit juste d’y mettre les moyens », explique un officier supérieur de la gendarmerie, spécialiste du maintien de l’ordre.

Plus de 1.000 gendarmes et CRS

Question moyens, l’État fait les choses en grand. Actuellement, selon nos informations, quatre compagnies républicaines de sécurité (CRS), soit 320 hommes, sont déployées dans la seule région nantaise (Nantes ville et aéroport Nantes-Atlantique). « Plus de dix escadrons » de gendarmerie mobile, soit plus de 730 militaires, ont été engagés à et dans les environs de Notre-Dame-des-Landes.

Mais pour les opérations coup de poing, comme lors des premières expulsions, en octobre dernier, le double de ces effectifs, soit au moins 2.200 hommes, sont déployés, affirme le principal syndicat de police, Unité SGP, majoritaire aussi chez les CRS. Selon ce syndicat, quatorze escadrons de gendarmes mobiles et quinze compagnies républicaines de sécurité ont été mobilisés à cette période-là sur la région nantaise. Le ministère de l’Intérieur, de son côté, reconnaît que « plus de 500 gendarmes mobiles et CRS ont pu participer simultanément aux opérations ».

Hébergés à Vannes à Rennes et à Angers

Le gouvernement peut-il consentir un tel effort dans la durée ? « La logistique a du mal à suivre », rapporte Thierry Boutier, délégué zonal Ouest du syndicat Unité SGP pour les CRS. Parfois mobilisées pour une ou deux journées, des compagnies ont dû être hébergées à Angers, à Vannes et à Rennes, faute de logement disponible dans la région nantaise. Cela fait des temps de déplacement supplémentaires et de la fatigue en plus. « Les relèves posent problème, surtout quand les renforts viennent de toute la France (Nice, Orléans, Pau et LaRochelle actuellement) ».

« On n’en voit pas la fin »

Le syndicat déplore aussi « l’absence de visibilité et d’anticipation ». « Nous sommes habitués à intervenir en urgence, mais ici, on n’est plus dans l’urgence. Cela fait déjà un mois et demi que ça dure et on n’en voit pas la fin. Et nous avons d’autres missions », explique le policier syndicaliste, évoquant, notamment, la mise en place des zones de sécurité prioritaire.

« Il ne faudrait pas qu’il y ait d’autres gros événements de ce type en France ou des manifestations dans tout le pays, prévient un autre policier. Il n’est pas possible de tenir dans la durée et de fixer autant d’effectifs sur un seul site ». C’est bien là le gros problème des forces de l’ordre. « Déloger, on peut faire. Mais tenir, c’est impossible. On ne peut pas empêcher les gens de revenir le lendemain ou la nuit », reconnaît un spécialiste du maintien de l’ordre.

Le dispositif risque en tout cas de coûter une petite fortune à l’État et donc au contribuable. À titre indicatif, il y a trois ans, le député UMP Éric Ciotti estimait le coût de mobilisation d’une CRS (salaires, primes et heures supplémentaires) à 13.200 € par jour. Selon nos informations, depuis le 9 octobre dernier, « plus d’un million d’euros » a été versé pour régler les seuls frais (hébergement, restauration, transport, indemnités de déplacement et heures supplémentaires) des CRS affectés à la mission « Notre-Dame-des-Landes ». Cette somme n’intègre pas les salaires de ces fonctionnaires et ne prend pas en compte les frais des gendarmes mobiles, qui représentent au moins la moitié des effectifs mobilisés.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Le Télégramme

Lire aussi : A Notre Dame des Landes, l’opération policière est une des plus grandes jamais menées

28 mai 2020
Pour Air France, un plan d’aide peu écolo et non contraignant
Enquête
27 mai 2020
En plein déconfinement, la gestion des tests reste bancale
Enquête
27 mai 2020
Non au retour à un État fort, misons sur le local et sur la société
Tribune