Nous consommons 9 tonnes de matière par habitant et par an

Durée de lecture : 14 minutes

20 septembre 2011 / PNUE

La consommation par habitant et par an de minéraux, de minerais, de combustibles fossiles et de biomasse s’élève à près de 9 tonnes.


Le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement) a publié le 12 mai 2011 un rapport intitulé “Decoupling natural resource use and environmental impacts from economic growth” [Découpler l’utilisation des ressources naturelles et leur impact sur l’environnement de la croissance économique].

New York, Nairobi – Le dernier rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement lance une mise en garde sur le fait que, si rien n’est fait pour « découpler » le taux de croissance économique du taux de consommation des ressources naturelles, le volume de minéraux, minerais, combustibles fossiles et biomasse consommés chaque année par l’humanité pourrait atteindre, d’après les estimations, 140 milliards de tonnes (soit trois fois les niveaux actuels) d’ici 2050.

Dans les pays développés, la consommation de ces quatre ressources clés s’élève en moyenne à 16 tonnes par habitant (et dépasse parfois les 40 tonnes). À titre de comparaison, un Indien consomme en moyenne aujourd’hui quatre tonnes par an.

D’après ce rapport, rédigé par le Panel international des ressources du PNUE,
l’éventualité d’une hausse significative des niveaux de consommation, sous l’effet conjugué de la croissance démographique et économique, notamment dans les pays en développement, « va sans doute bien au-delà des niveaux supportables ».

Les gisements bon marché et de bonne qualité de certaines ressources essentielles telles que le pétrole, le cuivre et l’or, commencent déjà à s’épuiser, avec pour conséquence, une hausse des volumes de combustibles et d’eau douce nécessaires à leur extraction.

Faire en sorte que le taux de productivité des ressources (« faire plus avec moins ») dépasse celui de la croissance économique est le principe fondamental de la notion de « découplage », souligne le panel. Cet objectif implique néanmoins de repenser d’urgence les liens entre l’utilisation des ressources et la prospérité économique et de soutenir les innovations technologiques, économiques et sociales par des investissements massifs, pour parvenir au moins au gel de la consommation par habitant dans les pays riches, tout en aidant les pays en développement à adopter un mode de croissance plus durable.

Le phénomène d’urbanisation peut constituer selon les experts un atout à ce titre, dans la mesure où les villes permettent des économies d’échelle et une fourniture de services plus efficace. La consommation par habitant dans les zones densément peuplées est inférieure à celle des régions faiblement peuplées du fait des économies réalisées aux niveaux de la distribution d’eau, du logement, de la gestion des déchets et du recyclage, de la
consommation d’énergie et des transports, indiquent les experts.

(...)

Si le rapport ne propose pas d’options stratégiques et technologiques détaillées (qui feront l’objet de prochains rapports), il souligne que les technologies qui ont permis à l’homme d’extraire des quantités toujours plus importantes de ressources naturelles doivent être désormais mises au service d’une utilisation plus efficace des ressources.

La consommation de ressources moyenne par habitant et par an, à l’échelle mondiale, s’élevait, en 2000, entre 8 et 10 tonnes, soit environ le double de l’année 1900. Dans les pays industrialisés (qui représentent un cinquième de la population mondiale), ce taux moyen était pour la même année près de deux fois supérieur à la moyenne mondiale et de quatre à cinq fois supérieur à celui des pays en développement les plus pauvres.

La consommation par habitant à l’échelle mondiale (ou nationale) est calculée en divisant le total des extractions mondiales (ou nationales) de minéraux, de minerais, de combustibles fossiles et de biomasse par les chiffres de la population mondiale (ou nationale).

La croissance rapide du commerce international brouille néanmoins les responsabilités en matière de consommation des ressources et de leur incidence sur l’environnement, indiquent les auteurs.

Au cours du siècle dernier, les mesures de lutte contre la pollution et d’autres dispositifs ont permis de réduire l’impact environnemental de la croissance économique. Sous l’effet conjugué des innovations en matière de technologies, de conception de produits, d’utilisation de l’énergie et de l’essor des populations urbaines adoptant un style de vie plus durable, l’économie mondiale a connu une croissance plus rapide que la consommation des ressources.

Il convient cependant de relativiser ces progrès. La croissance démographique, le maintien de la consommation à des niveaux élevés dans les pays industrialisés et la demande croissante de biens matériels, notamment en Chine, en Inde, au Brésil et dans d’autres économies émergentes ont multiplié par huit la consommation de ressources qui,
en valeur absolue, est passée de 6 milliards de tonnes en 1900 à 49 milliards en 2000.

Selon les estimations, elle s’élèverait aujourd’hui à 59 milliards de tonnes.
Le découplage est bel et bien à l’oeuvre mais « à un rythme qui ne suffit pas pour satisfaire les besoins d’un société équitable et durable », préviennent les auteurs du rapport. Entre 1980 et 2002, les ressources nécessaires pour produire une valeur économique de 1 000 dollars US ont chuté de 2,1 à 1,6 tonne.

Quatre pays ont des politiques de découplage

Le rapport fait état des progrès accomplis dans quatre pays dont les gouvernements ont adopté des politiques appuyant ce découplage. C’est le cas de l’Allemagne et du Japon, qui ont démontré le potentiel de cette approche.

- L’Allemagne a fixé des objectifs en matière de productivité des énergies et des ressources et entend multiplier celle-ci par deux d’ici 2020. Le pays affiche également des objectifs ambitieux pour 2020, comme de satisfaire certains besoins énergétiques, notamment en chauffage et en électricité, avec des sources d’énergies renouvelables ou de réduire de 30 % les émissions de CO2.

- Le Japon s’est engagé à devenir une « société durable », faible productrice d’émissions de carbone, axée sur la réduction, la réutilisation et le recyclage de matériaux et l’harmonie avec la nature. Les flux de matières font l’objet d’un suivi rigoureux. Les mesures mises en place par le Japon « sont probablement les exemples les plus aboutis d’amélioration de la productivité des ressources et de limitation des impacts environnementaux dans la pratique, » indique le rapport.

- La Constitution de l’Afrique du Sud prévoit « un développement et une utilisation des ressources écologiquement durables ». Les politiques mises en oeuvre par le pays exigent explicitement un « découplage des ressources et de l’impact » et des réductions des émissions de 30 à 40 % d’ici 2050. Les progrès se heurtent cependant à une dépendance de plus en plus forte vis-à-vis des exportations de charbon et de minéraux. Son intensité carbone est la plus élevée au monde et ses émissions par habitant représentent le double de la moyenne mondiale.

* La Chine s’est fixé pour objectif de bâtir une « civilisation écologique » où les préoccupations liées aux ressources et à l’environnement arriveraient en tête des priorités. Le pays a élaboré des indicateurs de découplage, fixé des objectifs obligatoires, comme de réduire de 20 % l’intensité énergétique et lancé des programmes d’économie de l’énergie et de réduction de la pollution à l’échelle nationale. Son plan d’action national sur les changements climatiques vise une baisse de 40 à 45 % de l’intensité des émissions de CO2 d’ici 2020. Selon les auteurs du rapport, la Chine constitue un test de référence à l’échelle mondiale, « parce qu’elle souhaite poursuivre sa croissance économique rapide tout en faisant un usage plus rationnel des ressources. » « Les mesures que la Chine instaure pour concilier ces objectifs auront une importance capitale pour les autres pays en développement qui partagent les mêmes intentions politiques. »

Le rapport souligne que la réduction du taux de consommation de ressources, et ses conséquences, sont théoriquement possibles si le développement économique du pays n’est pas simplement conçu en termes de croissance matérielle.

« L’heure est venue de reconnaître que les ressources naturelles nécessaires au développement et à la croissance économique sont limitées, » avertissent les auteurs. Le découplage « impliquera de modifier considérablement les politiques des gouvernements, le comportement des entreprises et les modes de consommation du grand public… ce changement passera par des innovations, voire des transformations radicales. »

Trois scénarios de convergence d’ici 2050

Le rapport propose trois scénarios de consommation équitable des ressources par les pays développés et en voie de développement :
« Convergence d’ici 2050 »

- Scénario 1 : maintien du statu quo dans les pays développés, convergence des autres pays.

La consommation de ressources par habitant demeure stable dans les pays industrialisés, comme ce fut le cas au cours des trois dernières décennies, et le reste du monde poursuit la tendance actuelle de rattrapage. Ce scénario conduit à une consommation annuelle totale de 140 milliards de tonnes de minéraux, de minerais, de combustibles fossiles et de biomasse, soit 16 tonnes par habitant pour une population mondiale de 9 milliards de
personnes d’ici 2050. D’après le rapport, il s’agit d’un « scénario insoutenable du point de vue de l’utilisation des ressources et des niveaux d’émissions, qui dépasse probablement toutes les mesures envisageables en matière de ressources disponibles et d’évaluation des limites en matière de capacité à absorber les impacts. »

- Scénario 2 : légère contraction de la consommation dans les pays développés, convergence des autres pays.

Les pays industrialisés diminuent de moitié leur consommation par habitant (8 tonnes), tandis que les autres pays rejoignent ce niveau. La consommation totale à l’échelle mondiale s’élèverait par conséquent à 70 milliards de tonnes d’ici 2050. « Ce scénario suppose d’importants changements structurels, qui conduiraient à de nouveaux modes de
production industrielle et de consommation, différant sensiblement du modèle industriel occidental traditionnel, gros consommateur de ressources. »

(...)
Rares sont les pays où l’on a observé des réductions drastiques de la consommation, à des niveaux bien inférieurs à ceux envisagés dans le scénario 2 et, dans certains cas, la baisse de la consommation par habitant n’a été obtenue que par l’importation de ressources de l’étranger.

- Scénario 3 : forte contraction de la consommation dans les pays développés, qui convergent avec les autres pays.

Les pays industrialisés réduisent de deux tiers leur consommation par habitant et les autres nations demeurent à leurs niveaux actuels, avec pour résultats un taux de consommation mondial annuel par habitant de six tonnes et une consommation totale mondiale de près de 50 milliards de tonnes, qui équivaut à celle de l’année 2000.
Ce scénario comporterait tant de restrictions et rebuterait tellement les décideurs politiques qu’il « peut difficilement être envisagé comme un objectif stratégique potentiel », reconnaissent les auteurs.
Et pourtant, des mesures aussi strictes que celles-ci maintiendraient la consommation mondiale à des niveaux que les scientifiques estiment encore insoutenables.

« Ces scénarios remettent en cause notre vision et nos postulats actuels en matière de développement,  » poursuivent les auteurs du rapport. « Si les investissements qui sont faits aujourd’hui dans les pays en développement et développés enferment l’humanité dans le maintien du statu quo et un modèle de croissance basé sur une utilisation un peu moins intensive des ressources, le risque de nous retrouver confrontés à des contraintes écologiques et à des difficultés d’approvisionnement ne fera qu’empirer. »

« Ces conclusions ont conduit le Panel international des ressources à mettre l’accent, dans ses prochains rapports, sur les mesures à prendre pour améliorer la productivité des ressources et proposer des alternatives valables aux décideurs. »

Il reste des difficultés à surmonter

- Les décideurs et le grand public ne sont pas encore convaincus qu’il existe des limites matérielles absolues à la quantité de ressources exploitables par l’homme.
- Les écarts importants en matière de consommation par habitant impliquent de mettre en place différents niveaux d’action. Les pays les plus pauvres, qui seront sans doute les premiers à subir les effets des pénuries de ressources, doivent avoir la possibilité d’améliorer leur niveau de vie. S’ils souhaitent cependant s’engager à leur tour dans un schéma de croissance excessif, ils courent le risque d’exposer leurs économies à des difficultés d’approvisionnement et d’exercer une pression encore plus insoutenable sur le stock de ressources de la planète.
- Les meilleurs gisements de minéraux, de minerais et de combustibles fossiles et les plus facilement accessibles sont en train de s’épuiser. Les nouveaux gisements sont généralement plus difficiles d’accès et de qualité moindre. La prospection et l’extraction consomment de plus en en plus d’énergie, aggravant l’impact sur l’environnement. Il faut dégager à présent trois fois plus de matières pour extraire un minerai donné qu’il y a un
siècle, avec la dégradation des sols, de la qualité de l’eau et la consommation d’énergie que cela entraîne.
- L’extraction de ressources s’effectue de plus en plus dans des pays qui disposent de normes juridiques et environnementales moins strictes, de sorte que « l’impact environnemental par unité de matière extraite est de plus en plus lourd. »
- À mesure que les échanges se développent, il devient plus difficile de déterminer les responsabilités en matière de consommation des ressources. Il s’agit pourtant d’un facteur capital si l’on veut imposer à chaque pays des restrictions en matière de consommation par habitant. La réduction de l’exploitation minière et de ses conséquences relève-t-elle de la responsabilité du pays où s’effectue l’extraction, de celui qui transforme ce minerai en produit fini ou de celui qui consomme ce produit ?
- Une consommation plus rationnelle de l’énergie et des produits manufacturés comporte souvent un effet boomerang dans la mesure où les économies réalisées permettent aux consommateurs d’acheter d’autres biens ou de les utiliser plus souvent, comme c’est par exemple le cas pour les voitures économes en carburant, qui incitent à faire plus de
kilomètres.

Et des raisons de garder espoir

- D’après le rapport, la certitude que des pénuries de ressources écarteront en fin de compte la possibilité de maintenir le statu quo signifie que les pays qui ont pris de l’avance en investissant dans les innovations « récolteront forcément les fruits de leurs efforts lorsque d’autres seront confrontés à la nécessité d’évoluer rapidement. »
- Les pays en développement, qui ne sont pas freinés par les technologies existantes, pourront sauter les étapes qui mènent à des modes de croissance et de production moins consommateurs de ressources, à l’instar d’une grande partie du continent africain, qui a adopté directement la téléphonie sans fil sans passer par un réseau téléphonique fixe.
- La hausse des prix de nombreuses ressources engendre la nécessité économique de diminuer notre consommation même si des prix plus élevés risquent également de financer l’exploitation de gisements plus dispendieux et dangereux pour l’environnement comme c’est le cas pour le pétrole en Arctique.
- L’urbanisation peut réduire le taux de consommation d’une population donnée en améliorant la qualité de la fourniture des services et en « concentrant le savoir-faire ainsi que les ressources financières, sociales et institutionnelles nécessaires à la mise en place d’innovations durables. » Néanmoins, les chiffres de la consommation des villes sont parfois réduits artificiellement si la zone urbaine dépend de l’énergie et des ressources de
la campagne environnante. En outre, le niveau de consommation des citadins augmente parallèlement à la croissance économique. « C’est tout le dilemme auquel sont confrontées les villes en matière de durabilité, » soulignent les auteurs du rapport. « Elles jouent un rôle moteur dans l’utilisation non durable des ressources au niveau mondial mais ce sont elles qui présentent le plus grand potentiel en matière d’innovations
durables. »

- Des écarts importants de taux de consommation de ressources existent encore aujourd’hui d’un pays à l’autre et ce, y compris entre des pays qui affichent des PIB par habitant équivalents. C’est la preuve que l’amélioration de la productivité des ressources et la croissance économique au niveau national ne sont pas incompatibles.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.unep.org/resourcepanel/P...

Lire aussi : Découplage

14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
13 septembre 2019
La Nuit des ours, un moment de grâce et de frissons
Chronique
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative