Nous voulons des coquelicots, rassemblement à Strasbourg (Bas-Rhin)

Durée de lecture : 3 minutes


Le vendredi
5
avril


Dans le cadre du mouvement citoyen national lancé par Fabrice Picolino en septembre dernier, l’antenne strasbourgeoise de ce mouvement appelle les citoyens à se rassembler vendredi 5 avril prochain sur la place Kléber à partir de 18 H 00.

Les pesticides de synthèse, largement utilisés depuis 1945 et initialement dérivés des gaz de combat (gaz Sarin), n’ont cessé depuis lors d’empoisonner les êtres vivants au plus grand bénéfice des industriels. Si leur utilisation a pu se justifier dans le contexte de la révolution verte post-guerre, ce n’est désormais plus le cas. Mais le poids des lobbys de l’agriculture conventionnelle et des industriels nous entraîne dans une spirale infernale de destruction de notre environnement et de notre santé. Les antécédents d’interdictions tardives de pesticides très toxiques (Chlordécone, DDT, Gaucho, etc.) ne font que mettre en lumière le poids des intérêts individuels et industriels dans l’entêtement des politiques agricoles actuelles.

Car les pesticides (insecticides, fongicides et herbicides) sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Désormais retrouvés dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans les pommes et les cerises, ils sont une tragédie pour la santé et l’environnement. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. Ils se retrouvent disséminés dans l’air, dans l’eau, dans la terre et peuvent y persister des années. Le système est devenu fou et a choisi la fuite en avant. Une pomme est désormais traitée plus de 30 fois avant sa commercialisation !

L’interdiction totale des pesticides de synthèse est impérative : il en va de la santé de la population, au premier rang desquels les agriculteurs eux-mêmes, mais également de l’équilibre des écosystèmes.

Considérons également la beauté du monde. Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée, les bocages ont disparu entraînant érosion des sols et dissémination massive des pesticides. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans ; le nombre d’insectes ne cesse de chuter, les abeilles disparaissent, les papillons et les autres pollinisateurs meurent par milliards (menaçant jusqu’à la pollinisation des végétaux par voie naturelle, celle-là devant désormais être effectuée à la main dans certaines régions du monde) ; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive.

C’est pourquoi nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse. Assez de discours, nous exigeons des actes. Il faut interdire ces pesticides et aider le monde agricole à prendre le chemin d’une agriculture durable et pérenne, respectueuse de l’environnement. Cet objectif demande également de réformer la PAC. Nous exigeons qu’elle subventionne fortement l’agriculture durable aux dépens d’un modèle agricole, comme c’est le cas actuellement. Des solutions existent (agroécologie, permaculture, biodynamie…) et ont démontré leur efficacité, mais demeurent sciemment ignorées par nos gouvernants et par les lobbys agricoles et industriels.

Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde ! Venez nombreux nous aider à récolter 5 millions de signatures d’ici fin 2020. Les rassemblements ont lieu tous les premiers vendredis de chaque mois dans toute la France à l’endroit spécifié sur la carte des évènements, consultable sur https://nousvoulonsdescoquelicots.org/agir-ensemble/.

Ce texte a été rédigé par l’antenne strasbourgeoise de Nous voulons des coquelicots et reprend certains passages de l’appel officiel du mouvement, consultable sur https://nousvoulonsdescoquelicots.org/l-appel/.



Lire aussi : https://www.facebook.com/events/275...

Le mouvement Nous voulons des coquelicots de Strasbourg appelle ce vendredi 5 avril 2019 à un rassemblement à 18 H 00 place Kleber (Strasbourg) pour interdire tous les pesticides de synthèse.

12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?