Les luttes au menu de la Cantine des Pyrénées

4 avril 2018 / Collectif

  • Présentation du livre par son éditeur :

Que faire de l’idée révolutionnaire quand la situation ne l’est pas ? La question est grande et offre de multiples possibilités de réponses qui, jamais figées, demandent surtout à être expérimentées pratiquement.

L’histoire de la Cantine des Pyrénées fait partie de ces nombreuses tentatives qui s’efforcent, en renouant avec des formes de solidarité en résistance au capitalisme, d’instituer autre chose dans les pratiques et les relations sociales.

Ce lieu autogéré, d’abord installé rue des Pyrénées, dans le XXe arrondissement de Paris, se présente dans cet ouvrage en photos (celles de Sarah Ney) et en textes. Plus d’une vingtaine de témoins, de toutes origines, racontent leur rencontre avec la Cantine et ce qu’ils y ont trouvé. Car au-delà des actions qui y sont menées (une cantine, des permanences pour les sans-papiers ou les mal-logés, des cours de français, du cinéma, etc.), ce sont des femmes et des hommes qui font de ce lieu tout autre chose qu’un restaurant ou un centre social. Un endroit où se croisent aussi des luttes, autour d’un repas de soutien ou d’un débat, que ce soit celles de Notre-Dame-des-Landes, des ouvriers de Peugeot en grève ou des migrants.

La Cantine des Pyrénées ne se veut pas LA réponse qu’il faudrait reproduire. Elle n’est qu’une tentative pratique parmi d’autres. Mais, en période d’apathie politique comme en période de mouvement social, les espaces collectifs d’autoorganisation comme elle, sont appelés à se multiplier. Travaillant avec ce qui est, la Cantine s’efforce ainsi de montrer, par la pratique, que le monde ne va pas de soi et que, par conséquent, il est possible d’y agir autrement.


  • La Cantine des Pyrénées en lutte, textes et témoignages collectifs, photographies de Sarah Ney, éditions Repas, 2018, 96 p., 12 €.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
19 avril 2018
Face au mur du gouvernement, le dilemme de la Zad
Reportage
19 avril 2018
Bernard Friot : « Si Macron gagne son pari de la réforme de la SNCF, il faut se faire du souci pour le reste »
Entretien
15 avril 2018
La Zad vue par M. Macron : « La tyrannie de certaines minorités, habituées à ce qu’on leur cède en refusant de transformer le pays »
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Collectif