Les « vins nature », entre motivations profondes et choix radicaux

Durée de lecture : 2 minutes

6 mars 2019 / Christelle Pineau

Christelle Pineau, dans « La corne de vache et le microscope », a cherché à comprendre les motivations profondes de vignerons qui ont fait le choix des vins « nature », si singuliers et pluriels.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Dans les années 1980, des vignerons en dissidence avec le modèle vitivinicole productiviste et l’utilisation de produits chimiques de synthèse ont transformé leurs pratiques pour devenir des vignerons « nature ». Très implanté en France, ce réseau ne cesse depuis d’engendrer de nouveaux adeptes.

Cette nouvelle paysannerie militante et hétérogène fonde son identité commune sur le respect des sols, du milieu, privilégiant les actions de prévention dans le but de tendre vers une autonomie du végétal et des vins. Chaque étape nécessite un investissement total de ces « vignerons-chercheurs » qui peuvent avoir recours à la biodynamie (compost fait à partir de bouse de vache introduite dans des cornes par exemple) et/ou à la microbiologie (observation des levures indigènes au microscope). Par-delà les frontières des savoirs renvoyés soit dans les catégories du sensible ou de l’ésotérisme, soit de l’intelligible ou de la raison, ils tissent des liens.

Phénomène de société éphémère pour les uns, point de départ vers une redéfinition des façons de faire et de boire du vin pour les autres, les vins « nature » s’invitent dans les débats sur l’écologie et la santé publique. Entre attraction et répulsion, ils provoquent des réactions contrastées, rarement neutres ou pondérées.

Partie dans les vignobles de France où se concentrent majoritairement ces vignerons (Anjou, Ardèche, Beaujolais, Jura, Minervois, etc.), Christelle Pineau a cherché à comprendre les motivations profondes de leurs choix radicaux et exigeants qui les conduisent à élaborer ces vins si singuliers et pluriels.

  • Christelle Pineau est docteure en anthropologie sociale et ethnologie, chercheuse associée à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain de l’EHESS. Ses travaux portent en particulier sur le domaine du vin, et croisent les études de genre.

  • La corne de vache et le microscope. Le vin « nature », entre sciences, croyances et radicalités, de Christelle Pineau, éditions La Découverte, février 2019, 248 p., 20 €.

20 novembre 2019
Dans sa ferme, Anita prend soin des chèvres... et des humains
19 novembre 2019
Les assurances privées à l’assaut d’une agriculture affaiblie par le climat
20 novembre 2019
Froid, insalubre et désolé : le quotidien de 450 jeunes exilés dans un collège lyonnais