OGM et changement climatique : le bluff

Durée de lecture : 1 minute

15 septembre 2010 / Inf’OGM

Une nouvelle brochure d’Inf’OGM démonte la prétention des cultures transgéniques à s’adapter au changement clmatique.


La crise climatique alimente quotidiennement les journaux et l’agriculture est régulièrement montrée du doigt comme une importante source d’émission de gaz à effet de serre. Tout le monde propose sa solution, et les entreprises de biotechnologies ne sont pas les dernières à vanter les mérites de leurs innovations brevetées pour sortir de cette crise qui menace à plus ou moins court terme les équilibres naturels et sociaux.

Après la faim dans le monde, Inf’OGM se penche sur une nouvelle promesse des promoteurs des OGM et démontre, point par point, l’incapacité structurelle des OGM à apporter des solutions durables. Au contraire, cette technologie s’inscrit dans une continuité philosophique avec la révolution industrielle du XIXe siècle qui, poussée à l’extrême, est responsable de la crise climatique. L’agriculture transgénique reste une agriculture dépendante de la pétro-chimie, basée sur la monoculture et des échanges de matières agricoles à travers la planète.

De façon plus factuelle, les OGM servent principalement à nourrir le bétail. Mais l’augmentation de la consommation de viande, consommation considérée comme un symbole de l’amélioration du confort individuel, par une population elle-même en croissance, n’est pas sans poser de question... Ne pourra-t-on pas envisager une relocalisation de l’agriculture et une modification des régimes alimentaires délibérément trop carnés ?



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.infogm.org/spip.php?arti...

Ecouter aussi : Pourquoi l’expertise indépendante est-elle impossible ? http://www.reporterre.net/spip.php?...

12 octobre 2019
Repas végétariens à l’école : les mères des quartiers populaires mènent la bataille
Reportage
11 octobre 2019
Dans un pays climatosceptique et autoritaire, des jeunes Russes se mobilisent pour le climat
Reportage
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage